22 février 2010 1 22 /02 /février /2010 11:01
Le-Vol-des-714-PorcineysQuatrième de couverture

Quand l'univers loufoque et policier de Bob Garcia débarque dans le monde exotique de Saint-Tin avec une île du Pacifique, au statut et aux statues étranges, des extraterrestres et des terrestres pas toujours extra, un détecteur de mensonge déficient et le vol de 714 peluches, on peut se dire qu'on est pas loin de perdre la boule et le cochonnet !


Mon avis
  • Tome 2 des aventures de Saint-Tin et son ami Lou, ce petit polar humoristique a été écrit par le comparse de Gordon Zola, Bon Garcia. On ne perd pas au change côté jeux de mots, calembours et autres allusions littéraires et cinématographiques !
  • Un avis très court mais pourquoi s'appesantir quand c'est bien ? lisez-le ! vous passerez un bon moment !
L'avis sur le tome 1 des aventures de Saint-Tin se trouve ici !

Partager cet article

Repost 0
22 février 2010 1 22 /02 /février /2010 10:34
Mecanique-du-coeur---Livre-ccb72.jpgRésumé

Edimbourg, 1874. Jack naît le jour le plus froid du monde et son cœur en reste gelé. Mi-sorcière mi-chaman, la sage-femme qui aide à l'accouchement parvient à sauver le nourrisson en remplaçant le cœur défectueux par une horloge. Cette prothèse fonctionne et Jack vivra, à condition d'éviter toute charge émotionnelle : pas de colère donc, et surtout, surtout, pas d'état amoureux. Mais le regard de braise d'une petite chanteuse de rue mettra le cœur de fortune de notre héros à rude épreuve. Prêt à tout pour la retrouver, Jack se lance tel Don Quichotte dans une quête amoureuse qui le mènera des lochs écossais jusqu'aux arcades de Grenade et lui fera connaître les délices de l'amour comme sa cruauté.


Mon avis

J'ai envie de lire ce livre depuis fin 2007 ! Comme quoi, il ne faut jamais désespérer, je viens de le finir !! Juste quand un film est en préparation !! Quel synchronisme !
Bon, je n'ai pas été déçu malgré l'attente ! mais je ne fus pas bouleversifiée pour autant ! (donc finalement un peu déçue ... paradoxal tout ça ;))
J'ai été émue, j'ai souri, j'ai pleuré (un peu), j'ai révé. Mathias Malzieu, chanteur du groupe Dionysos, a une plume enchanteresse, il peut nous emmener très loin dans son délire et la phrase suivante nous ramener à la réalité la plus froide. Ici, il met en avant les sentiments amoureux, le mensonge qui parfois en découle et inversement. Un beau roman sur la nature humaine, ses défauts et ses qualités.

Du même auteur, j'avais déjà lu un autre de ses romans Maintenant qu'il fait tout le temps nuit sur toi, paru après celui-ci.

D'autres avis, plus ou moins mitigés, chez Bob !

Partager cet article

Repost 0
18 février 2010 4 18 /02 /février /2010 10:14
tokyo-Zodiac-murders.jpgQuatrième de couverture

A la veille de la Seconde Guerre mondiale, dans le climat étrange du Japon impérial, une stupéfiante série de meurtres déroute la police et tient la population en haleine. Ce qui commence comme un classique mystère de chambre close, par l'assassinat du vieux peintre reclus Heikichi Umezawa, prend une dimension unique en son genre lorsque les cadavres des membres de la famille Umezawa sont progressivement retrouvés, chacun amputé d'une partie de son corps en fonction de principes astrologiques et alchimiques, afin d'assembler une entité supérieure : Azoth. Qui a assassiné Heikichi, violé et tué sa fille aînée, puis tué ses six autres filles et nièces ? Des notes, retrouvées près du corps de Heikichi, expliquent où chercher les filles disparues, et pourquoi telle partie du corps de chaque victime doit être prélevée. Qui est ce docteur Frankenstein japonais? Pourquoi avoir laissé ces documents ? Que signifie son oeuvre picturale, consacrée au zodiaque ? Heikichi serait-il encore vivant pour que s'accomplisse ainsi ce qui est annoncé dans ses notes ? Dans ce cas, qui est le premier mort ? Ou alors avait-il une âme damnée prête à mener à bien son projet délirant ? Et... où est passée Azoth ? Près d'un demi-siècle plus tard, sollicités par une femme dont le père récemment décédé a été mêlé à l'affaire, l'astrologue, logicien et détective Mitarai et son assistant Ishioka s'attaquent à cette énigme diabolique.


Mon avis

Ce polar a une particularité : il a été édité il y a plus de trente ans au Japon et fut un best-seller. Pour je ne sais trop quelle raison, il ne sera traduit en anglais qu'au début des années 2000 et en français, cette année. Pourtant Soji Shimada est un auteur très connu et qui a publié de nombreux romans dont une série ayant comme personnage récurrent Mitarai. Cette version de Tokyo Zodiac Murders fut quelque peu réécrite par Shimada pour la remettre au goût du jour et corriger quelques maladresses. (Pour moi il reste quelques contradictions par-ci par-là et quelques lourdeurs voire longueurs).

Toujours est-il que si vous aimez Sherlock Holmes et si vous aimez le Japon, ce roman est fait pour vous !! Shimada le dit lui-même, il a beaucoup lu Sir Arthur Conan Doyle et cela se ressent (même s'il ne se gène pas pour railler le détective londonien, à un moment du livre !).
Cette histoire est racontée par Watson Ishioka et nous suivons pas à pas leur développement quant à cette mystérieuse énigme. Ils m'ont un peu perdue lors du calcul des latitudes et longitudes et sans carte (livrée avec le roman, ouf), j'atterrissais en pleine péninsule du Kamchatka !!  J'ai aimé quand Shimada nous met au défi de résoudre l'énigme avant de lire la suite de l'histoire ! En effet, la solution est devant notre nez mais c'est évident quand on le sait !!!

Bref, un bon polar, un peu complexe mais abordable quand même !

Partager cet article

Repost 0
17 février 2010 3 17 /02 /février /2010 09:59
ailes du sphinxQuatrième de couverture

Montalbano fait grise mine. Depuis son incartade avec une très jeune demoiselle, ses relations avec Livia, son éternelle fiancée génoise, battent de l'aile. Sans compter que son récent infarctus l'inquiète. Mais pas le temps de s'apitoyer sur son sort, car le corps d'une femme vient d'être découvert dans une décharge. Et rien n'est fait pour faciliter l'identification. Elle est nue, aucun vêtement ni papier n'ont été retrouvés à proximité. Seul un petit tatouage sur l'épaule gauche pourrait aider les enquêteurs. Un papillon, un sphinx, étrange point commun avec plusieurs immigrées de l'Est, accueillies par une association catholique. Une bonne oeuvre pas très claire... Alors qu'il s'occupe d'un mystérieux enlèvement survenu au même moment, Montalbano se heurte à l'évêque et aux hautes sphères de l'Eglise et de l'Etat, mobilisées jusqu'à Rome pour entraver la découverte d'une vérité... glaçante.


Mon avis

Je ne connaissais pas du tout cet auteur mais j'en ai beaucoup entendu parler à la libraire. Cela a piqué ma curiosité et hop une lecture de plus !
Que dire ? Que c'est un bon polar à la Vargas teinté d'Indridason, le tout arrosé d'argot italien ! Je tire d'ailleurs mon chapeau au traducteur qui n'a pas dû s'éclater tous les jours !

Le commissaire Montalbano est un personnage récurrent de Camilleri, le commissaire paumé avec une vie perso un peu compliquée (ça me rappelle d'autres commissaires, c'est fou ça ). Les seconds rôles sont truculents, le planton chargé de l'accueil et du standard au commissariat vaut, à lui seul, le détour ! Ce polar m'a fait sourire à multiples reprises (oui, je sais, c'est pas bon du tout quand un polar fait sourire, c'est censé nous scotcher à notre siège !), La double enquête est prenante, cependant et les remarques envers l'Etat italien assez grinçantes !

Si vous ne l'avez pas encore fait, Camilleri est un auteur à découvrir (et même quand on commence par la fin de la série, comem moi, on comprend assez bien le passé des personnages !)

Partager cet article

Repost 0
1 février 2010 1 01 /02 /février /2010 09:32
la-chorale-des-maitres-bouchers.jpgRésumé

1918. De retour du front, Fidelis Waldvogel, un jeune soldat allemand, tente sa chance en Amérique. Avec pour seul bagage une valise pleine de couteaux et de saucisses, il s'arrête à Argus, dans le Dakota du Nord où, bientôt rejoint par sa femme et son fils, il décide d'ouvrir une boucherie et de fonder une chorale, en souvenir de celle des maîtres bouchers où chantait son père.


Mon avis

Voilà un livre qu'il est foisonnant ! Des personnages principaux qui s'effacent devant les secondaires qui ont leur place, une belle écriture, des histoires poignantes qui se croisent et se décroisent. La vie, quoi :)

Fidélis, allemand, revient de la guerre, il épouse la femme de son meilleur ami mort en 1918. Il tente sa chance aux États-Unis comme boucher et s'installe dans une petite ville du Dakota du Nord et fait venir sa femme, Eva.
Delphine vit avec Cyprian, tous deux sont artistes dans un cirque. Elle est le support ambulant de son compagnon, équilibriste. Elle découvre qu'il aime les hommes, ils restent ensemble pour ne pas être seuls ? Ils s'installent dans le village natal de Delphine ... Une petite ville du Dakota du Nord ... Son père, Roy, est l'alcoolique notoire de cette ville. En arrivant, ils font une découverte macabre dans la maison de Roy. La meilleure amie de Delphine est croque-mort, le shérif est amoureux d'elle ... Delphine obtient un travail dans la boucherie de Fidélis et devient amie d'Eva.

On suit les destins de Delphine et de Fidélis (mais pas que) jusqu'après la Deuxième Guerre Mondiale. Beaucoup de thèmes abordés dans ce roman, beaucoup de sentiments divers. Chaque personnage mériterait qu'on ne s'attache qu'à lui et à son histoire quitte à relire les livre autant de fois qu'il y a de personnage :)

Bref, un roman que je vous recommande chaudement ! même si j'ai été très longue à le lire (à raison de 20 pages par jour, il en fait environ 500, je vous laisse calculer ;)

Je remercie Suzanne de Chez les filles de m'avoir permis de le découvrir (et je m'attelle à L'hiver Indien dés que j'ai trois secondes ;) et surtout après lu les SP qui m'attendent !). Merci de votre patience !

D'autres avis chez  BOB

Partager cet article

Repost 0
25 janvier 2010 1 25 /01 /janvier /2010 09:16
Qgeluck-se-lache.jpguatrième de couverture

À ceux qui se demandaient si le trait de l'inventeur du Chat et du Docteur G ne s'était pas émoussé au fil des ans, notamment par la fréquentation des plateaux de télévision, cet ouvrage apporte une réponse vigoureuse : au contraire ! Geluck n'a jamais été aussi mordant, déjanté et percutant. En commentant les propos du pape ou les drames qui ont émaillé l'actualité, l'auteur semble s'être affranchi de toutes les normes du politiquement correct pour régler ses comptes. À travers son humour ravageur, iconoclaste, parfois cruel, il nous propose des textes remarquablement tournés et révèle une facette de son talent de dessinateur, inconnue jusqu'ici, n'hésitant pas à se mettre lui-même en scène, ce qui permettra à ses admirateurs de se repaître de son physique de rêve...

Mon avis

Mr Roudoudou a reçu ce livre pour Noyel et je me suis empressée de lui emprunter ! Geluck alterne dessins provocs et textes quelque peu incorrects (même si j'ai vu pire en politiquement incorrect !). De la subtilité, de l'impertinence, de l'humour noir et des mises en évidence de certains faits, de certaines situations. Bref, du Geluck quoi !
Un bon moment !

Partager cet article

Repost 0
16 janvier 2010 6 16 /01 /janvier /2010 23:00
le-japon-n-existe-pas.gifQuatrième de couverture

Voyageurs qui n'aimez pas les longues attentes dans les aéroports, ce livre est pour vous. Dans un terminal, un balayeur affable et disert bavarde avec les passagers en attente, devine leur destination, leur donne des conseils, raconte des histoires passionnantes sur ses voisins, flirte avec la vendeuse de journaux. Il propose même à ses interlocuteurs en partance pour Tokyo une théorie originale: "Le Japon n'est qu'une façade. Une opération marketing comme une autre. On l'a inventé pour vendre de la technologie et ça a marché. Made in Japan est aujourd'hui le meilleur label pour vendre une voiture ou un téléviseur."


Mon avis

Voilà un livre que j'avais envie de lire depuis sa sortie en mai 2009. Ce fut chose faite grâce à Sabrina du site Alapage que je remercie pour sa patience !
Salvador Fuensanta est balayeur de son état, dans un grand aéroport international. Il oublie souvent son travail pour raconter des histoires aux voyageurs en attente de leur avion. Il devine souvent leur destination, rien qu'à les observer et il entame la discussion.
Ce livre est plus une suite de nouvelles sur le principe qu'un roman en lui-même. On zappe d'une histoire à l'autre, on découvre ainsi qu'il existe des codes dans les aéroports ! On suit des histoires parfois invraisemblables, d'autres amusantes, souvent touchantes et en ligne de fond, les derniers jours de travail de Salvador, l'amour qu'il porte à sa défunte femme, son attirance pour la vendeuse de journaux, ses amitiés.

Lecture qui fut agréable,  plaisante et rapide ! (contrairement au billet qui s'est longuement fait attendre ! encore toutes mes excuses à Sabrina !)

Ce fut le premier roman d'Alberto Torres-Blandina, j'espère qu'il y en aura d'autres !


Partager cet article

Repost 0
11 janvier 2010 1 11 /01 /janvier /2010 14:23
La neige tombe et voici mon 200éme article (aucun rapport mais j'avais envie !). Que le temps passe ! J'ai un rythme de production très lent, surtout en ce moment. Merci pour vos 500 et quelques commentaires. Cela parait peu en plus de deux ans mais pour moi, c'est beaucoup :) Merci pour vos presque 13 000 visites et vos quelques 44 000 pages vues :) (Et là, ça fait beaucoup finalment !! Pfiouflà !!) Vous êtes nombreux à  me lire finalement ... je suis toute intimidée ... Bienvenue à vous tous et toutes qui me lisez sans rien dire !!


Passons aux choses sérieuses ! Au 200éme billet !


L-annonce.jpg  Résumé

Eric savait par coeur certaines annonces choisies, Célibataire quarante-quatre ans un mètre soixante-sept soixante-neuf kilos sans enfants chauffeur agriculteur cherche jeune femme aimant campagne voulant fonder un foyer heureux désirant enfants ; ou encore, Cherche compagne cinquante soixante-deux ans féminine (bien bustée) sans attaches pour vie alternée Paris campagne. Paul, quarante-six ans, paysan à Fridières, Cantal, ne veut pas finir seul. Annette, trente-sept ans, vit à Bailleul dans le Nord avec son fils. Elle n'a jamais eu de vrai métier. Elle a aimé Didier, le père d'Eric, mais ça n'a servi à rien. Elle doit s'en aller. Recommencer ailleurs. Elle répond à l'annonce que Paul a passée.


Mon avis

J'ai lu ce premier roman avec délectation, il y a quelques semaines en me disant "Quelle belle écriture, quelle poésie !". Je me suis retrouvée dans cette femme exilée de sa région, posée dans un coin de France où elle ne connaît presque personne sauf son fils ; où elle doit se faire une place face à des habitudes ancrées de longue date ; face à des gens qui auront du mal à lui laisser une place, elle l'étrangère. J'ai aimé cette histoire d'amour. je pensais même en fait un coup de coeur. Et le temps est passé. Comme quoi, parfois, ça a du bon de prendre du retard dans ses billets. Avec le recul, je dirais que ce roman est sympa, plaisant à lire mais il m'en reste peu de choses finalement si ce n'est que c'est très bien écrit.



Partager cet article

Repost 0
6 décembre 2009 7 06 /12 /décembre /2009 17:58
Quatrième de couverture

Née en Alaska, dans une tribu athabaskane, Velma Wallis a été élevée dans les valeurs traditionnelles de son peuple, bercée des légendes transmises de mère en fille depuis des générations. Parmi elles, Le Cadeau du froid, dont Velma a choisi d'écrire le récit des années plus tard, pour rendre hommage à son peuple d'Alaska.
Avec des mots simples et justes, elle rappelle l'importance de l'entraide, la richesse de l'expérience et l'incroyable pouvoir de la solidarité et de la volonté. Par sa sincérité, elle a touché plus d'un million de lecteurs dans le monde entier, faisant de cette légende de courage et de survie un texte universel, qui sait nous rappeler l'essentiel.


Mon avis

J'ai emprunté vite fait ce livre à la librairie. (trop bien de ramener des devoirs à la maison !! :D) Sa couverture m'interpellait depuis un moment et en parcourant le web, je n'ai lu que des avis sympas dessus. J'ai voulu me faire mon propre avis et surtout je me suis dit que Noël approchant, il pouvait, potentiellement, être un cadeau sympa à conseiller.

Je confirme, il peut être un cadeau sympa !
L'auteur nous raconte une des légendes qu'elle a entendu souvent durant son enfance. Le titre original du livre "Two old women" est beaucoup plus parlant. Cette légende est l'histoire des tribus d'Alaska qui, quand la famine se fait sentir, abandonnent, derrière elles, leurs anciens qui sont des bouches inutiles à nourrir. Ici, deux vieilles femmes, 75 et 80 ans chacune, acariâtres, toujours en train de se plaindre, marchant avec cannes, sont abandonnées à la veille de l'hiver, en plein Alaska. Et là, débute la leçon de courage ! Je ne vous en dirais pas plus, lisez-le :)

Petit livre joliment écrit, joliment décoré, à lire et à entendre, comme toute légende, au coin du feu !



Partager cet article

Repost 0
6 décembre 2009 7 06 /12 /décembre /2009 17:35
Résumé

Saint-Tin, grand reporter, se lance dans l'aventure à corps perdu pour sauver la mystérieuse Carla B. des griffes de " l'Epeire de Fez ", redoutable organisation tentaculaire... Cette enquête rocambolesque ne saurait se résoudre sans l'aide de son fidèle ami Lou, perroquet loquace et du capitaine Aiglefin, éclusier acariâtre. Une enquête qui les mènera en plein désert marocain sur la piste du redoutable Rasta Populiste, traqué de près par les agents secrets Yin et Yang.




Mon avis


Qu'est-ce que ça m'a fait du bien de retrouver les jeux de mots de Gordon Zola ! Je devrais vraiment en lire plus souvent ! Et quand, en plus, il rend hommage à Tintin, que du bonheur ! Parce que oui ces petits livres, le crado pince fort étant le premier d'une série de 23 volumes, sont ,à mes yeux, un bel hommage rendu par un tintinophile, n'en déplaise aux ayants-droits d'Hergé !

Comme je disais, on y retrouve le style Zola (non pas Émile, l'autre, Gordon !), les jeux de mots, le style drolatique, le rocambolesque mêlé aux allusions à Tintin : on y retrouve un capitaine porté sur l'alcool, deux policiers déjantés et à la masse, un animal sans qui le héros ne serait rien, un professeur sourd et absurde. Tout ceci vous rappelle quelqu'un hein ? eh bien non, ce n'est pas lui ! on en est même loin ! Ses aventures n'ont rien à voir !

En tout cas, c'est bien sympa à lire ! Vivement que je lise les autres !

J'ai déjà lu, de Zola : C'est pas sorcier Harry ! Le secret enfin révélé !  et La fausse celtique. Il en a commis beaucoup d'autres dont vous retrouverez les titres sur le site Le léopard masqué.




Partager cet article

Repost 0

Menu


Fourre-tout 

  Semblerait que mon fan-club (aheum :D) ronchonne de mon peu de publications ces derniers temps... Je vais tenter de remédier à ça et d'être plus rigoureuse ! (j'ai bien dit "tenter" hein :D)

 

Légére modernisation du blog ! Je vous annonce la naissance d'une page facebook indépendante de ma page perso. Vous y retrouverez, outre les articles ici-présents (et à venir), des avis rapides sur des lectures qui ne feront certainement pas l'objet d'articles ici, des joies ou tristesses livresques.

Retrouvez-moi ! facebook.jpg 

 

PS : Je suis assez longue à répondre à vos comms. Pardon. Mais, ils me font chaud au coeur et je vous remercie de m'en laisser !

Pour me joindre : leslecturesdeRoudoudou(at)gmail.com
Fond d'écran trouvé chez Vladstudio

Rechercher

Lecture en cours !

 

Plein de choses...  Comme toujours :)

Archives

J'en suis membre !

Optimisé pour :

Mes livres sur Babelio.com


Ma Page sur Hellocotonhttp://www.wikio.fr