21 mars 2014 5 21 /03 /mars /2014 14:29

la-vie-en-mieux.jpgQuatrième de couverture

Mathilde a 24 ans. Elle a abandonné ses études d'histoire de l'art pour un petit boulot sans intérêt et vit en colocation avec deux sœurs jumelles. Elle dit qu'elle est heureuse, mais est toujours obligée de boire pour s'en souvenir. Un jour, elle oublie son sac à main dans un café. Un homme le lui rend la semaine suivante. Plusieurs mois plus tard et à cause de cet homme justement, elle envoie tout balader et décide de changer de vie. 
Yann a 26 ans. Il est aussi diplômé qu'on puisse l'être, mais n'a pas trouvé de travail. En attendant des jours meilleurs, il est vendeur dans un magasin d'électroménager Hi-Tech. Il vit en couple avec Mélanie et ne dit pas qu'il est malheureux, mais souvent, quand il traverse la Seine, il s'imagine qu'il saute et se voit en noyé. Un soir, alors qu'il est seul, il rend service à son voisin de palier. 
Pour le remercier ce dernier l'invite à dîner. Le lendemain matin, il envoie tout balader et décide de changer de vie.

 

Mon avis

Nan mais là Faut que Gavalda fasse une pause hein ! Après le pitoyable "Billie" et son bel âne sur la couverture, elle nous propose ça .. un livre composé de 2 nouvelles basées sur le changement de vie sur un coup de tête.

Et comment dire ... Page 115, le livre m'est tombé des mains "mais qu'est ce que je suis en train de lire ?", ça faisait quand même 30 pages que je survolais tout ça ... Sur les conseils d'autres libraires et ayant toujours du mal à abandonner un livre, je persiste et finis la première nouvelle qui ne me laissera pas un souvenir impérissable. J'attaque la 2eme en soupirant et là, bim, enfin, me voilà happée par l'histoire. Ok c'est cousu de fil blanc, on sait où on va mais là, on veut bien y aller et sans souffrance !

pour faire court : lisez la 2eme nouvelle et passez la 1ere !

Partager cet article

Repost 0
Published by Anne - dans Lus
commenter cet article
20 novembre 2012 2 20 /11 /novembre /2012 18:40

le-murmure-de-l-ogre.png

Quatrième de couverture

Nice, 1922. Deux prostituées sont assassinées, le crâne rasé et le corps recouvert d'étranges symboles. Bientôt, ce sont des enfants qui disparaissent et qui sont retrouvés égorgés aux quatre coins de la ville dans une mise en scène macabre. Louis Forestier, un commissaire des brigades mobiles créées par Clemenceau, se lance sur les traces de celui que les journaux ont surnommé "l'Ogre". Il est épaulé par Frédéric Berthellon, un spécialiste des pathologies mentales de l'hôpital Sainte-Anne venu exprès de Paris, et par Raphaël Mathesson, un richissime érudit, aviateur à ses heures perdues. Très vite, ils découvrent que le tueur observe un rituel inspiré de récits de l'Antiquité sur la descente des mortels dans le monde des Enfers. L'affaire prend une dimension nouvelle quand le fils d'un millionnaire américain est enlevé par le tueur. Le compte à rebours commence: des ruelles miséreuses du vieux Nice aux luxueuses villas des hivernants, chaque indice est interprété pour tenter de saisir les motivations de l'Ogre, et de remonter sa piste.

 

 

Mon avis

Valentin Musso m'avait habituée à des bons polars scotchants qui m'apprennent des choses. C'est mal de donner des habitudes à ses lecteurs surtout quand on ne les suit plus ! Dans ce polar, vous allez plonger dans l'époque des Brigades du Tigre, début XXéme siècle à la sauce "Esprits criminels" avec les profileurs, les maigres connaissances en psycho de l'époque en plus, le tout assaisonné des "Experts", les moyens scientifiques en moins et avec une touche de "Castle" pour l'intervenant extérieur un peu farfelu mais qui a de bonnes idées (je vous rassure, je ne passe pas mon temps devant la télé ... sauf Castle ... mon héros à moi ;))... Bref, un polar dont tout est transposable à n'importe quelle époque, suffit d'adapter les moyens au contexte.
Bon voilà, maintenant que j'ai été méchante, je peux vous dire que j'ai,malgré tout, passé un bon moment de lecture. Je dirai que c'est un bon polar de plage, idéal pour se détendre nonobstant les quelques passages de psy expliquant le profil potentiel du sérial killer.

Si vous voulez un bon moment qui ne bouleversera pas votre vie de lecteur, allez-y ...

Partager cet article

Repost 0
Published by Anne - dans Lus
commenter cet article
29 septembre 2010 3 29 /09 /septembre /2010 11:31

Eh oui, tout ça !! Du bon, du moins bon, du plaisant, du mitigé, du bof bof !

 

Purge par Sofi Oksanen

 

purge

Quatrième de couverture

 

En 1992, l’union soviétique s’effondre et la population estonienne fête le départ des Russes. Mais la vieille Aliide, elle, redoute les pillages et vit terrée dans sa maison, au fin fond des campagnes. 
Ainsi, lorsqu’elle trouve Zara dans son jardin, une jeune femme qui semble en grande détresse, elle hésite à lui ouvrir sa porte. Ces deux femmes vont faire connaissance, et un lourd secret de famille va se révéler, en lien avec le passé de l’occupation soviétique et l’amour qu’Aliide a ressenti pour Hans, un résistant. La vieille dame va alors décider de protéger Zara jusqu’au bout, quel qu’en soit le prix.

 

Mon avis

 

Mitigé... J'ai aimé le style, j'ai aimé l'histoire, j'ai aimé les flash-back entre les années 1990 et la moitié du XXeme siècle mais j'arrive pas à faire de ce livre un coup de coeur. Je ne sais pourquoi ... Il n'est pas dérangeant pourtant ... quoique ? Un huis-clos noir, sans peu d'espoir, avec des sentiments exacerbés.

 

Lisez-le et dites-moi ce que vous en pensez ?

 

 

 

Spirales par Tatiana de Rosnay

 

Spirales.jpg

Quatrième de couverture

 

Helène est une femme à la vie lisse, sans histoire. Un jour, sur un coup de tête, elle qui n'a jamais connu la moindre aventure trompe son mari avec un inconnu. L'adultère vire au cauchemar quand, au lit, l'amant sans nom meurt d'une crise cardiaque. Hélène s'enfuit, décidée à ne jamais rien dire, et surtout à tout oublier. Mais, affolée, elle laisse dans la chambre de l'inconnu son sac à main. Et avec lui, tous ses papiers... Happée par une spirale infernale, Hélène ira très loin pour sauver les apparences. Jusqu'où ?

 

Mon avis

 

Y'a pas, j'aime le style Tatiana de de Rosnay ... On ressort toujours de ses romans, avec des questions plein la tête et celui-ci n'échappe à la règle !

On y suit Hélène, femme insipide, invisible aux yeux de tous et surtout de ses proches. Toujours là pour les autres mais qui est là pour elle ? Sa solitude est fracassante tellement elle est grande. Et, un jour, un dérapage qui part en vrille (en spirale ? désolée, c'était facile ;)) et là c'est l'engrenage et pour le lecteurs, le début des questions "j'aurai fait quoi à sa place ?". une tension qui monte lentement mais sûrement ... Impossible de lâcher ce court roman jusqu'à la fin qui m'a laissée toute bête !

Si certain(e)s d'entre vous l'ont lu, j'aurai voulu avoir votre avis sur cette fin !!

 

 

Absolument dé-bor-dée ou le paradoxe du fonctionnaire par Zoé Shepard

 

Absolument-debordee.jpg

Quatrième de couverture

 

« Les premières semaines, j'ai cherché les caméras.
C'était forcément une plaisanterie.
Six mois après avoir été embauchée à la mairie, j'ai accepté la triste réalité : je suis un petit rouage d'un univers absurde.
Un monde où ceux qui en font le moins se déclarent « dé-bor-dés ! » Où les 35 heures se font... en un mois.
Je passe mes trois heures de travail hebdomadaire à pipeauter des notes administratives, bidouiller de vagues rapports, jouer les GO pour délégations étrangères et hocher la tête en réunion.
L'essentiel est de réussir à gaspiller son temps en prenant un air important, à lécher les bottes des dirigeants pour glaner quelques informations et à jouer les fidèles vassaux des élus tout puissants... »

 

Mon avis

 

Je me suis éclatée à la lecture de cet essai. J'ai éclaté de rire à moultes reprises tellement c'est énorme ! Mais, ayant travaillé dans la Fonction publique, je peux confirmer que c'est si vrai ! Même si tout cela peut se transposer dans le privé ! Des planqués, des incompétents, on en trouve partout ...

Un très bon moment de lecture ! Seul point négatif : le côté immodeste de Zoé (alias Aurélie), un peu pédante et sans elle, ça tournerait encore moins ! (si si c'est possible ;))

Ce  qui est dommage est que tout ceci lui retombe sur le coin de la figure : exclusion pendant  10 mois sans salaire dont 6 mois avec sursis. Décidément, la Fonction publique n'a pas d'humour ! 

 

En tout cas, je vous conseille la lecture de ce pamphlet !

 

 

Petits meurtres entre camarades par David Revault d'Allonnes

 

petits-meurtres-entre-camarades.jpg

Quatrième de couverture

 

Entre Dominique Strauss-Kahn, Martine Aubry et Ségolène Royal, la lutte pour l'investiture socialiste à la présidentielle de 2012 s'annonce intense, et âpre. À deux ans de l'échéance, elle a déjà commencé, et agite, depuis des mois, les coulisses du PS. Même si l'heure de la candidature officielle n'est pas encore venue, aucune de ces trois personnalités qui représentent actuellement les plus sérieux des prétendants n'a l'intention de renoncer. Depuis les dessous du congrès de Reims, en novembre 2009, jusqu'à la préparation des primaires socialistes, qui auront lieu à l'automne 2011, Un fauteuil pour trois relate comment les trois poids lourds du premier parti d'opposition affûtent leurs armes, et leurs arguments.
Grandes stratégies et petits coups fourrés, états d'âme et coups de déprime, dîners secrets et rendez-vous discrets... Comment Martine Aubry a-t-elle réellement fait main basse sur le PS ? Comment, après s'être installée dans la douleur aux commandes du Parti, a-t-elle survécu à une première année abominable à tous points de vue pour s'installer dans la peau d'une candidate ? Comment Ségolène Royal a-t-elle surmonté sa défaite du congrès, et la cruelle déception qui s'en est suivie, pour rebondir vers la suite des opérations ? Pourquoi tous ceux qui l'avaient soutenue en 2007 l'ont-ils abandonnée ? A-t-elle encore ses chances ? Que fait Dominique Strauss-Kahn, exilé au Fonds monétaire international et éloigné des affaires de la rue de Solférino, pour rester dans la course ? Quelle sera sa stratégie pour revenir ? L'alliance entre ce dernier et Martine Aubry, contractée pour barrer la route à Royal, tiendra-t-elle ? Autant de questions auxquelles Un fauteuil pour trois apporte des réponses précises et circonstanciées.

 

Mon avis

 

euh j'ai lu difficilement le premier chapitre, j'ai tenté le suivant mais j'ai abandonné, je m'endormais dessus. Trop complexe pour moi qui lis surtout des romans ? le cerveau pas encore au point pour lire des essais politiques ? allez savoir :D

 

 

L'homme qui voulait être heureux par Laurent Gounelle

 

l-homme-qui-voulait-etre-heureux.jpg Quatrième de couverture

 

Imaginez... Vous êtes en vacances à Bali et peu de temps avant votre retour, vous consultez un vieux guérisseur. Sans raison particulière, juste parce que sa grande réputation vous a donné envie de le rencontrer, au cas où... Son diagnostic est formel : vous êtes en bonne santé, mais vous n'êtes pas... heureux. Porteur d'une sagesse infinie, ce vieil homme semble vous connaître mieux que vous-même. L'éclairage très particulier qu'il apporte à votre vécu va vous entraîner dans l'aventure la plus captivante qui soit : celle de la découverte de soi. Les expériences dans lesquelles il vous conduit vont bouleverser votre vie, en vous donnant les clés d'une existence à la hauteur de vos rêves.

 

Mon avis

 

Je comprends mal l'engouement pour ce livre. Je me suis ennuyée, c'est bourré de poncifs. Coelho a déjà fait "l'Alchimiste" sur le même thème : faire son propre bonheur, améliorer sa vie, avoir confiance en soi et de loin, je préfère Coelho qui est beaucoup mieux écrit.

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Anne - dans Lus
commenter cet article
24 août 2010 2 24 /08 /août /2010 09:27

 

Un peu de tout dans ce billet ! Du roman, du polar, de l'essai ... Faites votre marché !

 

 

Je suis très à cheval sur les principes de David Sédaris

 

je-suis-tres-a-cheval.jpg

Quatrième de couverture

 

Porter un nœud papillon nuit-il gravement à la vie sexuelle? Peut-on larguer son petit ami quand on ne sait ni cuisiner ni lire un plan? Faut-il avoir peur des microbes dans les salles de cinéma? Comment peut-on être Français? Voilà quelques-unes des questions que pose David Sedaris dans ce livre en forme de one man show.

 

Mon avis

 

Sympathique mais pas aussi tordant que je l'espérais. Séries de scenettes plus ou moins drôles sur la vie de l'auteur et son entourage.

 

 

 

Au bon roman de Laurence Cossé


au-bon-roman.jpg

 Quatrième de couverture

 

Un fou de Stendhal est abandonné en forêt. Une très jolie blonde quitte brusquement une route qu'elle connaît comme sa poche. Un Breton sans histoire rencontre au bord d'une falaise deux inconnus inquiétants. Nous ne sommes pourtant pas dans un roman policier. Les agresseurs ne sont ni des agents secrets ni des trafiquants. Ils ne s'attaquent qu'à des tendres : un ancien routard devenu libraire, une mécène mélancolique, des romanciers... Qui, parmi les passionnés de lecture, n'a rêvé un jour que s'ouvre la librairie idéale ? Une librairie vouée au roman où ne seraient proposés que des chefs-d'œuvre ? En se lançant dans l'aventure, Ivan et Francesca se doutaient bien que l'affaire ne serait pas simple. Comment, sur quels critères, allaient-ils faire le choix des livres retenus ? Parviendraient-ils un jour à l'équilibre financier ? Mais ce qu'ils n'avaient pas prévu, c'était le succès.

 

Mon avis

 

Mitigé. N'en déplaise à Amélie qui me l'a fortement recommandé et qui a adoré !

J'aime le principe de la librairie idéale. J'ai aimé les nombreuses oeuvres citées (et que j'ai envie de découvrir, c'est malin pfff ;). J'ai pas bien compris le mystère autour de la mise en place de cette librairie. Pourquoi garder secret les noms des personnes composant le comité de sélection ? C'est une librairie qui se crée ! pas un truc terroriste !!

J'ai aimé retrouver dans ce livre le boulot de libraire que l'auteur a l'air de bien connaître. (Livre qui peut être utile auprès des personnes persuadées que les libraires passent leur temps à lire !).

J'ai eu du mal avec le style de L Cossé par contre. Des phrases lourdes par moment, longues...

 

Un livre très fourni intellectuellement parlant mais léger en intrigue. Umberto Eco ayant croisé Marc Levy ? (je vais me faire tuer là ;))

 

 

La femme en vert par Arnaldur Indridason

 

la femme en vert

Quatrième de couverture

 

Dans un jardin sur les hauteurs de Reykjavik, un bébé mâchouille un objet étrange... Un os humain ! Enterré sur cette colline depuis un demi-siècle, le squelette mystérieux livre peu d'indices au commissaire Erlendur. L'enquête remonte jusqu'à la famille qui vivait là pendant la Seconde Guerre mondiale, mettant au jour les traces effacées par la neige, les cris étouffés sous la glace d'une Islande sombre et fantomatique..

 

Mon avis

 

J'ai retrouvé Erlendur avec plaisir (cf la cité des jarres). Un bon petit polar où l'on apprend des choses sur l'Islande durant la 2eme guerre mondiale. Un bon petit polar oscillant entre enquête policière et histoires humaines. Même si j'ai su rapidement qui était la femme en vert, je n'ai pas réussi à lâcher ce livre !

 

 

La stagiaire et le mammouth


la-stagiaire-et-le-mammouth.jpg

Quatrième de couverture

 

Reçue du premier coup à l'agrégation d'anglais, Lucie Hart souhaite exercer le plus beau métier du monde. Or, péché originel, elle vient du privé et n'a plus vingt ans. La voilà qui entre en formation à l'IUFM et en stage dans le meilleur lycée de Paris. Mais elle n'a pas la tête de l'emploi : trop bobo, trop diplômée, trop tout... Bref, l'année se passe mal pour la Stagiaire qui est conviée à redoubler. Cette fois, bingo, c'est dans le lycée le plus difficile de l'académie, 1867` sur 1871 au classement national. Le nez dans le guidon, les pieds dans un panier de crabes, la Stagiaire angoisse mais elle a de l'humour. Aucune amertume contre ses élèves qui pourtant lui inspirent des morceaux d'anthologie. Infiltrée malgré elle, elle s'accroche à sa vocation pour le meilleur et pour le pire. Le suspense reste entier : sera-t-elle titularisée ou remerciée pour finir ? Car, en cette nouvelle rentrée, la fiancée du Mammouth doit tripler ! À l'heure de la réforme des lycées, de la mort programmée des IUFM, des 30 000 suppressions de poste, une histoire vraie... et néanmoins surréaliste sur l'apprentissage chahuté subi par nos enseignants.

 

 

Mon avis

 

Mais qu'est-ce que c'est mauvais !! Lucie Hart est éditrice, ceci expliquant sûrement cela ! Mais mince, quid du correcteur ?? Le pire : des notes de bas de pages, censées nous aider à comprendre les acronymes, et qui arrivent 30 pages plus loin ! Un style imbouffable, décousu, on passe d'un sujet à l'autre, comme si on était dans le cerveau de l'auteur, sans liaison.

Je pensais apprendre des choses sur les nouvelles réformes dans l'Education Nationale, sur le vécu des élèves professeurs (que j'ai failli côtoyer dans une autre vie) et je me suis retrouvée dans un essai presque sans queue ni tête touchant à peine du bout du doigt les réformes, le mécanisme de fonctionnement du mammouth. Quand ça devient intéressant, hop, on passe à autre chose traité de façon aussi superficielle. L'Education nationale est un ensemble complexe pour qui ne connaît pas son fonctionnement. Même en le connaissant un peu, j'ai été perdu entre IUFM, PLP2, inspecteurs à divers niveaux etc.

Des tentatives d'humour, de faire ami ami avec le lecteur, obtenir sa complaisance. Mais même si cet essai avait été bien écrit, je n'aurai aucune indulgence pour cette élève prof qui, pour moi, a cherché ses ennuis : arrivée en retard le 1er jour, des lettres au Ministre, des chouinages etc. Cela a dû quelque peu agacer en haut-lieu ... Cette cinquantenaire en reconversion ne comprend pas qu'on lui refuse la titularisation malgré ses nombreux diplômes prestigieux ! mais les diplômes ne font pas tout !

Le pire moment de cet essai étant à mes yeux le coup de coeur de cette prof pour un de ces élèves et ses atermoiements ! 

 

 


Partager cet article

Repost 0
Published by Anne - dans Lus
commenter cet article
21 avril 2010 3 21 /04 /avril /2010 12:22

le poisson mouillé

Présentation de l'éditeur

 

Berlin, mai 1929. La ville est en pleine ébullition et la police a du mal à être sur tous les fronts à la fois - combats de rue entre forces de l’ordre et communistes, criminalité grandissante et night-clubs clandestins. Et puis il y a ce cadavre repêché au fond du canal et dont personne ne semble connaître l’identité. Sauf Gereon Rath, qui l’a croisé quelques jours avant sa mort. Ce jeune commissaire originaire de Cologne qui travaille pour la brigade des mœurs brûle de résoudre seul cette affaire dans l’espoir d’être intégré à la Criminelle. Car cette enquête risque de rejoindre les dossiers des affaires classées non élucidées appelées « les poissons mouillés».
Mon avis
Berlin, 1929. Un air des Brigades du Tigre, les courses poursuites en moins.
On y suit Gereon Rath qui vient d'être muté à la brigade des moeurs. Son souhait : réintégrer la brigade criminelle à laquelle il appartenait quand il vivait à Cologne. Il fera tout pour arriver à son but, même cacher l'identité d'un cadavre que lui seul reconnaît, laissant ses potentiels futurs collègues chercher. Il mènera de son côté sa propre enquête quitte à marcher sur leurs plates-bandes...
Je ne connaissais pas énormément Berlin, la République de Weimar, la montée du national-socialisme, l'apparition des croix gammées, la montée d'Hitler avant son accession au pouvoir. Ce polar est foisonnant du point de vue historique.
Du point de vue polar, il m'a fallu du temps pour m'y intéresser : trop de choses autour ... Une histoire d'amour qui, à mon humble avis, ne sert à rien si ce n'est entrer dans les clichés littéraires. ; des visites de Berlin, pour moi qui ne suis pas germanophile, qui m'ont perdue et vite agacée (il tourna à droite dans la rue chose puis à gauche sur la place machin ...).
Un roman qui aurait pu ne faire que 300 pages au lieu des 566 pages actuelles. Cela ne lui aurait pas nui.
Bref, un bon polar pour qui aime l'Allemagne, pour qui est intéressé par cette période et pour qui est attiré par des enquêtes policières basiques.

 

 

D'autres avis : La ruelle bleue (un peu de mon avis), Mika et Yv qui ont, tous les deux, beaucoup aimé. Ce qui me fait me dire que ce roman est plus un roman pour les hommes que pour les femmes ;)

 

 

Merci à Suzanne de Chez les filles pour cette lecture :)

Partager cet article

Repost 0
Published by Anne - dans Lus
commenter cet article
24 janvier 2010 7 24 /01 /janvier /2010 16:30
meurtre en librairieQuatrième de couverture

Dans une petite île au large de la Caroline du Sud, Annie Laurance dirige une librairie spécialisée en romans policiers : Crimes à la demande. Au cours d’une Causerie du dimanche soir, organisée avec les habitués de la librairie, une des personnes présentes est assassinée. Suspectée par la police, la libraire mène l’enquête…


Mon avis

J'ai choisi ce livre à  la médiathéque sur une impulsion durant le mois de décembre : mois de stage à temps complet à la librairie à faire, entre autre, des paquets cadeaux ! Le titre m'a fait sourire parce qu'il correspondait à ce que je ressentais par moment ! Et puis bon, un polar qui se déroule dans une librairie, il ne peut y avoir que du bon hein ? bah non :)

Annie a hérité d'une librairie spécialisée en polar (y'en a qui ont de la chance quand même), sur une île, habitée, je vous le donne dans le mille, par des écrivains de polars ! y'a de ces coïncidences quand même ! Et bien sûr, on a  Max, l'ex petit copain grand, musclé, intelligent, riche et toujours amoureux qui pointe son nez !
Tous les dimanches, Annie reçoit ses écrivains pour une soirée discussion mais l'un d'eux a décidé de révéler plein de choses moches sur le passé de ses comparses ! Bouh ! C'est mal ! et Hop, devinez quoi ? il est tué ! oué, je sais le suspens est insoutenable ! Et bien sûr, la police est incapable et désigne d'office Annie comme coupable idéale ! Avec Max, elle va devoir mener l'enquête.
À la rigueur, il n'y aurait eu que l'enquête, ça aurait été mais quand c'est mêlé à une histoire d'amour cul-cul la praline, bah c'est pitoyable ! J'ai cru lire du Barbara Cartland ou avoir fait le challenge des Harquelinades à l'insu de mon plein gré !
Bref, ce livre va bien pour se vider la tête ! Et si je le garde en mémoire, cela sera pour son côté cul cul !!

Parait que c'est le premier d'une série ... je passe mon tour pour lire la suite !


Ont lu ce polar : Goelen, Emeraude et Amanda dont j'ai découvert le billet après avoir écrit le mien et où je vois que nous avons ressenti les mêmes choses ou presque : j'avoue avoir moins ri qu'elle tellement j'ai trouvé ça pitoyable :p


Partager cet article

Repost 0
Published by Anne - dans Lus
commenter cet article
14 décembre 2009 1 14 /12 /décembre /2009 14:10
Breves-enfances.jpgPrésentation de l'éditeur

Trente-quatre enfants se racontent. Trente-quatre portraits en creux de familles décomposées ou recomposées. Trente-quatre regards doux et avertis sur les adultes que nous sommes. Sylvie Bourgeois a su saisir ces innocences écourtées par une maturité acquise trop vite, leur lucidité et leur immense capacité d'amour et de pardon.


Mon avis

Pfiouf-là ! Je m'attendais à des mots d'enfants et je me retrouve dans un catalogue de la misère humaine vue par des enfants (enfin plutôt par Sylvie Bourgeois qui se met à la place de). Dés le début,  le ton est donné : le premier portrait se solde par un suicide d'enfant. Et tout le livre est comme ça, entre inceste, pédophilie, enfants battus, enfants de divorcés servant de baballe entre les parents... On se demande quand ça va s'arrêter !
C'est bien écrit, Sylvie Bourgeois reprend bien la façon de penser et de dire des enfants, leur façon à eux qu'ils ont d'amalgamer les dires des adultes et ce qu'ils en comprennent.

À éviter comme cadeau de Noël toutefois !



Partager cet article

Repost 0
Published by Anne - dans Lus
commenter cet article
30 novembre 2009 1 30 /11 /novembre /2009 16:06
Quatrième de couverture

11 septembre 2001. Après avoir traversé l'enfer des incendies pour retrouver Eve, sa compagne israélienne, qui travaille dans la tour Nord du World Trade Center, l'avocat Jon Bæksgaard se lance à corps perdu dans la défense d'Ifrahim Mohammed, accusé à tort de l'assassinat d'un joaillier juif. Harassé par un état de fatigue hallucinatoire, Jon s'investit sans relâche dans son travail qui le mène au coeur d'un réseau terroriste lié à Al-Qaeda.


Mon avis

Je suis mitigée quant à ce livre. Autant j'ai dévoré les 150 premières pages, autant j'ai souffert sur les 200 restantes.

Dans la première partie, nous découvrons Jon et Eve à la veille des attentats du 11 septembre 2001. nous les suivons dans leur vie de couple, le travail de Jon qui prime sur celle-ci et sur les désirs d'Eve de rejoindre sa famille en Israël. Arrive le 11 septembre et nous découvrons de l'intérieur ce qu'ont subi les personnes présentes dans les Tours. L'incompréhension, la peur, la fuite, le désir de vivre, de survivre. Bon, là, première chose époustouflante : Jon arrive à retrouver Eve dans une tour en flamme et à la limite de s'écrouler. Trop fort ! Bruce Willis n'a qu'à bien se tenir...

Nous suivons ce couple dans son travail de reconstruction physique et morale. Jon, pour oublier et avancer, malgré un état de fatigue hallucinatoire, se jette dans le travail et défend un musulman accusé d'avoir tué un joaillier juif. Il nous entraîne dans une enquête anti-terroriste mettant en avant la réaction patriotique voire extrémiste des américains envers les musulmans, ne faisant pas de différence entre les "bons" et les "mauvais". De fil en aiguille, nous nous retrouvons à Gaza.


J'ai eu, à un moment, le sentiment que ce livre avait écrit à quatre mains et que le deuxième auteur n'avait pas lu ce que son collègue avait fait. Jon est malade, physiquement et moralement mais du jour au lendemain, plus aucun symptôme. De plus, le texte devient froid, sans émotion. Toute la partie à New-York prend aux tripes et brusquement, plus rien, plus aucune émotion. Beaucoup de choses sont abordées mais juste effleurées. Pourquoi Jon a fui de Vienne et a-t'il plaqué son ex la laissant avec son fils autiste ? Alors qu'on sent qu'il regrette cette décision.
Qui plus est la fin m'a laissée sur ma fin, ne m'apportant aucune réponse. Épouse-t'il Eve ou rejoint-il son ex ? Que deviennent-ils ?

J'avoue être nulle en histoire du Moyen-Orient mais quand un livre commence sur Al-Qaida et se finit sur le conflit Israélo-palestinien, j'ai du mal à comprendre que l'on puisse assimiler les deux. Pour moi, ce sont deux choses totalement différentes. Le raccourci me semble rapide. Je me trompe peut-être ? Merci de m'éclairer :)

Merci à Babelio et aux Editions Gaia pour m'avoir fait parvenir ce livre qui me laisse dubitative :)

Partager cet article

Repost 0
Published by Anne - dans Lus
commenter cet article
23 novembre 2009 1 23 /11 /novembre /2009 16:02
Quatrième de couverture

Des portraits de lui sont affichés un peu partout dans la ville. Une photo de classe, avec ces phrases : " Avis à la population. Vous êtes priés de prendre garde à cet individu qui peut représenter un danger pour la sécurité de tous. Ce garçon est un tremblement de terre. " C'est vrai que de temps en temps, là où il passait, il y avait une vibration, une secousse, une fissure. Et puis les choses se sont accentuées. Aggravées. A présent, les objets qu'il côtoie se craquellent. Les bâtiments dans lesquels il se trouve tremblent sans raison apparente. Il met tout le monde en danger. Il faut agir. Voir des spécialistes. Prendre des mesures. Des mesures graves, des mesures d'urgence.


Mon avis

Un gamin a des symptômes assez originaux : quand il est perturbé,  il fait trembler la terre autour de lui. Dur à vivre quand on a une dizaine d'années. Il se retrouve exclu de son école, de la ville. Avec ses parents, il consulte une géologue assez loufoque qui n'a jamais été sur le terrain (c'est dire !). Se sentant paria, il fugue pour ne pas être un danger pour les autres.

J'ai aimé ce livre qui met en avant la différence et comment la gérer.

Merci à Virginie !

Partager cet article

Repost 0
Published by Anne - dans Lus
commenter cet article
23 novembre 2009 1 23 /11 /novembre /2009 15:24
Quatrième de couverture

Aggie est la reine de la débrouille. Difficile de faire autrement quand on est orpheline et qu'on ne mange pas tous les jours à sa faim. Avec son ami Orin et son chien Mister Bones, elle a mis au point un numéro pour détrousser les riches passants qui s'aventurent dans les bas quartiers de Boston. C'est d'ailleurs en essayant de voler le portefeuille de Pemberton Rushworth qu'Aggie l'a rencontré. Plutôt que de la conduire à la police, ce détective privé lui fait alors une proposition extraordinaire. Jusqu'à présent, Aggie n'a pas eu beaucoup de chance. Mais cette drôle de rencontre est une occasion inespérée d'échapper à son destin de gamine des rues. Si Aggie suit attentivement les conseils du détective, elle pourra enfin changer de vie.

Mon avis

Lors de notre rencontre, Virginie notre accro des livres m'a offert divers livres jeunesse dont celui-ci. Je découvre ainsi la maison d'édition L'école des loisirs spécialisée dans la littérature jeunesse.
Je ne sais pas si tous les autres livres sont du même acabit mais je n'ai pas trouvé celui-ci très moral ... Assez loin des Comtesse de Ségur de mon enfance, plein de bons sentiments et assez moralisateurs (le coup de vieux que je me prends là ;)).
Aggie vit chez des hôteliers qui la maltraitent. Dés qu'elle peut, elle fuit cet environnement et vit de petits larcins, dans la rue. Un jour, elle tente de voler M. Rushworth. Or, celui-ci s'avère plus retors qu'elle ! Il est détective privé, fauché, dont la femme est gravement malade. Il a été chargé, des années auparavant de retrouver la nièce de M. Selwyn, bourgeois. Or, Aggie ressemble fortement à cette fillette. M. Rushworth décide de modeler Aggie de façon à la faire passer pour cette fillette et ainsi récupérer la prime. J'arrête mon résumé ici sinon je vous raconte tout ;) Mais je le redis, j'ai trouvé le principe peu moral na !!
Ok c'est plein de bons sentiments mais je ne ferais pas lire ce livre à un jeune : c'est lui donner un mode d'emploi pour gruger les autres et se dire qu'il  y a  toujours moyen de se faire de l'argent facilement sur le dos des gens en les manipulant et en se  jouant de leurs sentiments.


Partager cet article

Repost 0
Published by Anne - dans Lus
commenter cet article

Menu


Fourre-tout 

  Semblerait que mon fan-club (aheum :D) ronchonne de mon peu de publications ces derniers temps... Je vais tenter de remédier à ça et d'être plus rigoureuse ! (j'ai bien dit "tenter" hein :D)

 

Légére modernisation du blog ! Je vous annonce la naissance d'une page facebook indépendante de ma page perso. Vous y retrouverez, outre les articles ici-présents (et à venir), des avis rapides sur des lectures qui ne feront certainement pas l'objet d'articles ici, des joies ou tristesses livresques.

Retrouvez-moi ! facebook.jpg 

 

PS : Je suis assez longue à répondre à vos comms. Pardon. Mais, ils me font chaud au coeur et je vous remercie de m'en laisser !

Pour me joindre : leslecturesdeRoudoudou(at)gmail.com
Fond d'écran trouvé chez Vladstudio

Rechercher

Lecture en cours !

 

Plein de choses...  Comme toujours :)

Archives

J'en suis membre !

Optimisé pour :

Mes livres sur Babelio.com


Ma Page sur Hellocotonhttp://www.wikio.fr