30 septembre 2009 3 30 /09 /septembre /2009 15:51
1. Le Seigneur des Anneaux de J.R.R. Tolkien

2. Orgueil et préjugés de Jane Austen

3. A la croisée des mondes de Philip Pullman

4. Le Guide du voyageur galactique de Douglas Adams

5. Harry Potter et la coupe de feu de J.K. Rowling 

6. Ne tirez pas sur l'oiseau moqueur de Harper Lee

7. Winnie l'Ourson de A.A. Milne (rhoo je sens que ça va me manquer ça !! :D)

8. 1984 de George Orwell 

9. Le lion, la sorcière blanche et l'armoire magique (Les Chroniques de Narnia) de C.S. Lewis

10. Jane Eyre de Charlotte Brontë

11. Catch-22 de Joseph Heller

12.Les Hauts-de-Hurlevent d'Emily Brontë

13. Les chemins de feu de Sebastian Faulks

14. Rebecca de Daphne du Maurier

15. L'Attrape-Coeurs de J.D. Salinger

16. Le vent dans les saules de Kenneth Grahame

17. Les grandes espérances de Charles Dickens

18. Les quatre filles du docteur March de Louisa May Alcott

19. La Mandoline du Capitaine Corelli de Louis de Bernières

20. Guerre et paix de Leon Tolstoï

21. Autant en emporte le vent de Margaret Mitchell

22. Harry Potter à l'école des sorciers de J.K. Rowling

23. Harry Potter et la chambre des secrets de J.K. Rowling

24. Harry Potter et le prisonnier d'Askaban de J.K. Rowling 

25. Bilbo le Hobbit de J.R.R. Tolkien

26. Tess d'Uberville de Thomas Hardy

27. Middlemarch de George Eliot

28. Une prière pour Owen de John Irving

29. Les raisins de la colère de John Steinbeck

30. Les aventures d'Alice au pays des merveilles de Lewis Carroll

31. La fabuleuse histoire de Tracy Beaker de Jacqueline Wilson

32. Cent ans de solitude de Gabriel Garcia Marquez

33. Les piliers de la Terre de Ken Follett 

34. David Copperfield de Charles Dickens

35. Charlie et la chocolaterie de Roald Dahl (vu)

36. L'île au trésor de Robert Louis Stevenson

37. Le testament de Nevil Shute

38. Persuasion de Jane Austen

39. Dune de Frank Herbert (vu)

40. Emma de Jane Austen

41. La maison aux pignons verts (la saga d'Anne) de Lucy Maud Montgomery

42. Les garennes de Watership Down de Richard Adams

43. Gatsby le Magnifique de F. Scott Fitzgerald

44. Le Comte de Monte Cristo d'Alexandre Dumas

45. Retour à Brideshead d'Evelyn Waugh

46. La ferme des animaux de George Orwell

47. Un chant de Noël de Charles Dickens

48. Loin de la foule déchaînée de Thomas Hardy

49. Bonne nuit, Monsieur Tom de Michelle Magorian

50. Les pêcheurs de coquillages de Rosamunde Pilcher

51. Le jardin secret de Frances Hodgson Burnett

52. Des souris et des hommes de John Steinbeck

53. Le fléau de Stephen King

54. Anna Karénine de Léon Tolstoï

55. Un garçon convenable de Vikram Seth

56. Le bon gros géant de Roald Dahl

57. Swallows and Amazons d'Arthur Ransome

58. Les aventures du prince noir de Anna Sewell

59. Artemis Fowl d'Eoin Colfer (le premier)

60. Crime et châtiment de Fiodor Dostoïevski

61. Entre chiens et loups de Malorie Blackman

62. Geisha d'Arthur Golden

63. Le conte des deux villes de Charles Dickens

64. Les oiseaux se cachent pour mourir de Colleen McCollough

65. Mort de Terry Pratchett

66. L'arbre qui batifole d'Enid Blyton

67. Le Mage de John Fowles

68. De bons présages de Terry Pratchett

69. Au guêt de Terry Pratchett

70. Sa Majesté des Mouches de William Golding

71. Le parfum de Patrick Süskind

72. The ragged trousered Philanthropists de Robert Tressell

73. Ronde de nuit de Terry Pratchett

74. Matilda de Roald Dahl

75. Le journal de Bridget Jones de Helen Fielding

76. Le maître des illusions de Donna Tartt

77. La femme en blanc de Wilkie Collins

78. Ulysse de James Joyce

79. Bleak House de Charles Dickens

80. A nous deux de Jacqueline Wilson

81. The Twits de Roald Dahl

82. Le Château de Cassandra de Dodie Smith

83. Le passage de Louis Sachar

84. Gormenghast de Mervyn Peake

85. Le dieu des petits riens de Arundhati Roy

86. Mon amie pour la vie de Jacqueline Wilson

87. Le meilleur des mondes d'Adous Huxley

88. La ferme de froid accueil de Stella Gibbons

89. Magicien de Raymond E. Feist

90. Sur la route de Jack Kerouac

91. Le parrain de Mario Puzo

92. Les enfants de la Terre de Jean M. Auel

93. La huitième couleur de Terry Pratchett

94. L'Alchimiste de Paulo Coelho

95. Katherine d'Anya Seton

96. Kane et Abel de Jeffrey Arche

97. L'amour au temps du choléra de Gabriel Garcia Marquez

98. 3 filles et 9 bonnes résolutions de Jacqueline Wilson

99. Journal d'une princesse de Meg Cabot

100. Les enfants de minuit de Salman Rushdie


28/100... "sauvée" par Harry ? :)

Bon, bah à quand la liste des 100 livres préférés des Espagnols ??

Partager cet article

Repost 0
Published by Anne - dans Divers
commenter cet article
30 septembre 2009 3 30 /09 /septembre /2009 15:01
Une liste court partout sur la blogosphère. Elle recense les 100 livres préférés des Français. Après avoir résisté un moment, je baisse ma garde et je compte ceux que j'ai lu ! Ils sont en rouge !


1 La Bible
2 Les misérables de Victor Hugo (C'est Hugo, quoi !!)
3 Le petit prince d'Antoine de Saint-Exupéry
4 Germinal d'Emile Zola (merci maman qui avait tous les Zola dans sa bibliothèque, ce qui m'a permis de les lire très jeune, et plusieurs fois)
5 Le seigneur des anneaux de J.R.R. Tolkien (3 fois, j'ai toujours pas tout bien compris...)
6 Le rouge et le noir de Stendhal
7 Le grand Meaulnes d'Alain-Fournier
8 Vingt mille lieues sous les mers de Jules Verne
9 Jamais sans ma fille de Betty Mahmoody
10 Les trois mousquetaires d'Alexandre Dumas (ainsi que le Vicomte de Bragelonne qui est la suite de Vingt ans après, lui même la suite de...)
11 La gloire de mon père de Marcel Pagnol (pareil que Zola)
12 Le journal d'Anne Frank d'Anne Frank
13 La bicyclette bleue de Régine Deforges (et toute la série et même pas honte !)
14 La nuit des temps de René Barjavel
15 Les oiseaux se cachent pour mourir de Colleen Mc Cullough (vu et ça m'a suffit :p)
16 Dix petits nègres d'Agatha Christie
17 Sans famille d'Hector Malot (le dessin animé compte hein ??)
18 Les albums de Tintin de Hergé (une partie, du moins)
19 Autant en emporte le vent de Margaret Mitchell
20 L'assommoir d'Emile Zola
21 Jane Eyre de Charlotte Brontë
22 Dictionnaires Petit Robert, Larousse, etc. (euh, en entier non... je ne suis pas si maso...)
23 Au nom de tous les miens de Martin Gray
24 Le comte de Monte-Cristo d'Alexandre Dumas
25 La cité de la joie de Dominique Lapierre
26 Le meilleur des mondes d'Aldous Huxley
27 La peste d'Albert Camus
28 Dune de Frank Herbert (vu)
29 L'herbe bleue Anonyme
30 L'étranger d'Albert Camus

31 L'écume des jours de Boris Vian (dans ma pal)
32 Paroles de Jacques Prévert
33 L'alchimiste de Paulo Coelho
34 Les fables de Jean de La Fontaine
35 Le parfum de Patrick Süskind
36 Les fleurs du mal de Charles Baudelaire
37 Vipère au poing d'Hervé Bazin
38 Belle du seigneur d'Albert Cohen
39 Le lion de Joseph Kessel
40 Huis clos de Jean-Paul Sartre
41 Candide de Voltaire
42 Antigone de Jean Anouilh
43 Les lettres de mon moulin d'Alphonse Daudet
44 Premier de cordée de Roger Frison-Roche
45 Si c'est un homme de Primo Levi
46 Les malheurs de Sophie de la comtesse de Ségur (au moins  20 fois !!)
47 Le tour du monde en 80 jours de Jules Verne
48 Les fourmis de Bernard Werber (dans ma pal)
49 La condition humaine d'André Malraux
50 Les Rougon-Macquart d'Emile Zola
51 Les rois maudits de Maurice Druon
52 Cyrano de Bergerac d'Edmond Rostand (vu et revu)
53 Les hauts de Hurlevent d'Emily Brontë
54 Madame Bovary de Gustave Flaubert
55 Les raisins de la colère de John Steinbeck
56 Le château de ma mère de Marcel Pagnol
57 Voyage au centre de la Terre de Jules Verne
58 La mère de Pearl Buck
59 Le pull-over rouge de Gilles Perrault
60 Mémoires de guerre de Charles de Gaulle
61 Des grives aux loups de Claude Michelet
62 Le fléau de Stephen King (simetierre du même auteur m'a suffi)
63 Nana d'Emile Zola
64 Les petites filles modèles de la comtesse de Ségur
65 Pour qui sonne le glas d'Ernest Hemingway

66 Cent ans de solitude de Gabriel García Márquez
67 Oscar et la dame rose d'Eric-Emmanuel Schmitt
68 Robinson Crusoé de Daniel Defoe
69 L'île mystérieuse de Jules Verne
70 La chartreuse de Parme de Stendhal
71 1984 de George Orwell (dans ma pal)
72 Croc-Blanc de Jack London
73 Regain de Jean Giono
74 Notre-Dame de Paris de Victor Hugo
75 Et si c'était vrai de Marc Levy (oué, une erreur de jeunesse, on va dire:p)
76 Voyage au bout de la nuit de Louis-Ferdinand Céline
77 Racines d'Alex Haley
78 Le père Goriot d'Honoré de Balzac
79 Au bonheur des dames d'Emile Zola
80 La terre d'Emile Zola (arghhh ! !maman !! Faut qu'on cause !!)
81 La nausée de Jean-Paul Sartre
82 Fondation d'Isaac Asimov
83 Le vieil homme et la mer d'Ernest Hemingway
84 Louisiane de Maurice Denuzière
85 Bonjour tristesse de Françoise Sagan
86 Le club des cinq d'Enid Blyton
87 Vent d'est, vent d'ouest de Pearl Buck
88 Le deuxième sexe de Simone de Beauvoir
89 Les cavaliers de Joseph Kessel
90 Jalna de Mazo de la Roche
91 J'irai cracher sur vos tombes de Boris Vian
92 Bel-Ami de Guy de Maupassant
93 Un sac de billes de Joseph Joffo
94 Le pavillon des cancéreux d'Alexandre Soljenitsyne
95 Le désert des Tartares de Dino Buzzati
96 Les enfants de la terre de Jean M. Auel
97 La 25e heure de Virgil Gheorghiu
98 La case de l'oncle Tom de H. Beecher-Stowe
99 Les Thibault de Roger Martin du Gard
100 Le silence de la mer de Vercors



55/100, pas mal mais je vois que j'ai zappé Camus et Vian (et aussi, Duras qui est absente de ce classement).

Et vous ?

Partager cet article

Repost 0
Published by Anne - dans Divers
commenter cet article
25 septembre 2009 5 25 /09 /septembre /2009 12:24
Résumé

Jamil, rescapé d’un voyage clandestin dans le train d’atterrissage d’un Airbus, rencontre Léandra, aide-soignante dans une maison de retraite, qui élève seule son enfant. Jamil ne parle pas, ne révèle rien de son passé. Moniteur de parapente, il vit dans les airs et y entraîne Léandra.
Un monde s’ouvre, vertigineux, lorsque Jamil est accusé de meurtre. Quel secret cache cet ange mutique ?


Mon avis

En refermant ce livre, le premier mot qui m'est venu à l'esprit fut "bizarre". Je n'arrive pas à savoir si ce roman m'a plu ou non. Il m'a dérangée, ça c'est sur !
Le premier chapitre est fort : un article de journal racontant l'histoire d'un vol entre Brazzaville et Paris. Un passager clandestin s'est glissé dans le train d'atterrissage. Le commandant, averti au bout d'une heure quarante de vol, décida de continuer son vol. Le passager fut retrouvé mort congelé, à son arrivée à Paris. Cet article m'a profondément choquée, surtout la réaction du commandant de bord.
Nous tournons la page et nous nous retrouvons dans le Vercors avec Léandra, aide-soignante, paumée et sa fille, Alice. Un parapente passe au-dessus d'elles et de fil en aiguille, une histoire se fait entre Léandra et le pilote. Celui-ci, Jamil, a du mal à se livrer, on ne sait quasiment rien de lui (par contre, on devient presque imbattable sur le parapente...).
Beaucoup de choses se passent, beaucoup de nons-dits aussi, surtout. Beaucoup de souffrances.
Le lien avec le début du livre ? Jamil est un des rares passagers clandestins à avoir survécu à un voyage dans un train d'atterrissage.
Je suis mitigée. L'histoire de Léandra ne m'a pas touchée, celle de Jamil non plus, c'est effleuré, c'est bizarrement raconté, je ne trouve pas les mots pour en parler, je suis peut être trop conventionnelle pour ce style d'écriture :)
Ce qui m'a touchée, c'est surtout l'histoire de ces jeunes passagers qui risquent leurs vies pour la liberté, pour l'accès à toutes ces choses qui nous semblent tellement normales à nous, occidentaux.

Yves Bichet a aussi écrit : La part animale ; La papesse Jeanne ; Le papelet ; Chair ; La femme-Dieu.


Merci à Thomas du site Livre de poche pour cette lecture.

Partager cet article

Repost 0
Published by Anne - dans Lus
commenter cet article
22 septembre 2009 2 22 /09 /septembre /2009 09:51
  Résumé

Dans un village aux confins de la campagne irlandaise, un homme est mort. Il était si âgé qu'une place lui est encore réservée dans l'ancien cimetière, déjà entré dans l'ordre des légendes. Cloon na Morav le champ des morts, est une enclave hors du temps, où les tombes oubliées s'usent comme des montagnes, où le ciel semble encore plus grand. La veuve est là, accompagnée de deux fossoyeurs et de leurs pelles. Et, comme on ne sait pas très bien où inhumer le mort, deux anciens, sortis des limbes mènent l'expédition. Deux vieillards têtus ; fantasques, à la mémoire vacillante. Tout heureux de cette aventure qui les arrache à leur solitude, ils vont prendre un plaisir cruel à ne pas s'entendre. La tombe du tisserand est introuvable. Sa recherche se transforme en duel dérisoire entre les vieillards et en stupeur de la veuve avec, pour spectateur, ce mort qui a perdu sa tombe.


Mon avis

Du pur bonheur, à classer à côté de La perle de Steinbeck !!
Les déambulations de ces deux petits vieux  se suivent avec délectation, tendresse, limite j'ai eu envie de leur faire un gros câlin à la fin de ma lecture ! Ils sont attendrissants dans leur recherche, leurs disputes, leurs mimiques, leurs passés.
Mais où est cette tombe ? La veuve voudrait bien le savoir elle aussi afin d'enterrer son époux. Devant les recherches plus ou moins infructueuses des deux petits vieux, elle se décide à aller voir un troisième petit vieux, au fond de son lit. Visite qui vaut elle aussi par son côté épique !

Ce livre est drôle, émouvant, original. On en ressort comme on resort d'un bon bain moussant !

À lire, à s'offrir, à offrir !


L'auteur n'a écrit que ce roman, qui paraîtra à titre posthume en 1919 et que les Editions Attila ont réédité en mars 2009.



Partager cet article

Repost 0
20 septembre 2009 7 20 /09 /septembre /2009 15:29
Résumé

Eléazard von Wogau, héros inquiet de cette incroyable forêt d'histoires, est correspondant de presse au fin fond du Nordeste brésilien. On lui laisse un jour un fascinant manuscrit, biographie inédite d'un célèbre jésuite de l'époque baroque. Commence alors une enquête à travers les savoirs et les fables qui n'est pas sans incidences sur sa vie privée. Comme si l'extraordinaire plongée dans l'univers d'Athanase Kircher se répercutait à travers les aventures croisées d'autres personnages, tels Elaine, archéologue en mission improbable dans la jungle de Mato Grosso ; Moéma, étudiante à la dérive, ou bien Nelson, jeune gamin infirme des favelas de Pirambu qui hume le plomb fondu de la vengeance.


Mon avis

J'ai commencé ce livre en juin dernier, avec enthousiasme. J'ai dû le rendre à la bibliothèque, 2 mois sont passés, je l'ai retrouvé avec joie sauf que le soufflé était retombé entre temps... Je me suis beaucoup moins attachée aux nombreux personnages tous plus ou moins liés ; l'hagiographie de Kircher, jésuite et grand scientifique (jusqu'à ce qu'on découvre qu'il avait dit énormément de bêtises) m'a vite saoulée, et pourtant, je suis historienne de base, il a vécu lors de ma période préférée à savoir le 17ème siècle avec la Guerre de Trente ans*, entre autre, mais rien à faire, peut-être trop érudit pour moi ? Pourtant, Umberto Eco, à qui l'auteur est souvent comparé, n'est pas mal non plus dans son genre et ne me rebute pas... J'ai tenté de suivre les personnages, Moéma, la fille paumée et droguée ne m'a pas retenue, Elaine, l'ex-femme d'Eléazard m'a agacée ; je me suis demandée ce que Nelson faisait là ; je me suis demandée quand le jaguar du colonel Moreira allait dévorer la femme de celui-ci ; l'ex-nazi servant de guide à Elaine sur le fleuve Paraguay m'a définitivement dégoûtée de finir ce livre : il narre une scène de torture qu'il a fait subir durant la Guerre et qu'il souhaiterait faire subir à Elaine. Scène qui enchaîne avec le journal d'Eléazard, à la lecture duquel je me suis demandée ce qu'il avait fumé...
Bref, j'ai tenu jusqu'à la page 182. Sur 766, c'est déjà pas mal, je trouve.
J'ai parcouru les critiques sur le net au sujet de ce roman. Toutes positives, très flatteuses. On va dire que la mienne est l'exception qui confirme la règle... Mais il me reste un arrière-goût en bouche, ce sentiment d'être, certainement,  passée à côté d'un très bon livre.



* en parlant de la Guerre de Trente ans, j'ai trouvé, dans mes mots-clés (ceux qui amènent sur mon blog) : "la guerre de Trente ans résumée en 3 lignes", j'avoue, j'ai bien ri :)


L'auteur a aussi écrit : Meduse en son miroir et autres textes ; Sites et monuments antiques de l'Algerie ; Le rituel des dunes ; La mémoire de riz et autres contes ; L'impudeur des choses.

Partager cet article

Repost 0
13 septembre 2009 7 13 /09 /septembre /2009 10:00

* court partout*

Je suis admise en licence pro Librairie !!!!

Début des cours le 8 octobre !!!

Partager cet article

Repost 0
Published by Anne - dans Vie perso
commenter cet article
7 septembre 2009 1 07 /09 /septembre /2009 09:52
Quatrième de couverture


Alabama, 1918. Quand Zelda, " Belle du Sud ", rencontre le lieutenant Scott Fitzgerald, sa vie prend un tournant décisif. Lui s'est juré de devenir écrivain : le succès retentissant de son premier roman lui donne raison. Le couple devient la coqueluche du Tout - New York. Mais Scott et Zelda ne sont encore que des enfants : propulsés dans le feu de la vie mondaine, ils ne tardent pas à se brûler les ailes... Gilles Leroy s'est glissé dans la peau de Zelda, au plus près de ses joies et de ses peines. Pour peindre avec une sensibilité rare le destin de celle qui, cannibalisée par son mari écrivain, dut lutter corps et âme pour exister..

Mon avis

Tout au long de ce roman, je me suis demandée "où est la part de fiction et où est la réalité ?", cela montre, à mon  humble avis, le tour de force que vient de réaliser l'auteur : se mettre dans la peau de Zelda et surtout dans sa tête. Nous allons suivre Zelda tout au long de sa vie, de sa vie d'enfant gâtée en Alabama  aux rues de New-York. Fille du juge, elle profite de ce statut pour multiplier les scandales avec un de ses amies. Jusqu'au jour où elle rencontre Fitzgerald qui n'a qu'un rêve : devenir écrivain.
Elle le suit, l'épouse, il devient célèbre rapidement grâce à un premier roman, ils mènent grande vie. mais rapidement, le couple explose. l'inspiration quitte Fitz qui n'hésite pas à s'approprier les écrits de sa femme. Elle tombe amoureuse d'un autre, Fitzgerald s'éloigne, mais veut la garder pour elle, sous sa coupe. Commence un rapport de force entre les deux. Guerre qui aura raison de la santé mentale de Zelda qui multipliera les séjours en hôpitaux psychiatriques, incomprise de tous. Son mari ne se remettra jamais en question l'accusant, elle, de tous les maux.

Seul point négatif de ce roman : les balades temporelles. Dans un même paragraphe, on peut passer de 1918 à 1940, revenir à 1926 et ainsi de suite. j'avoue avoir été perdue par moment !

En général, je suis réfractaire à la lecture des prix  littéraires qui ne sont pas, pour moi, des gages,de bons livres. Ici, ma première impression  à la fin de cette lecture fut que le Goncourt me semblait mérité.

Gilles Leroy a aussi écrit : Grandir ; Champecrets ; les maitres du monde ; Les jardins publics ; machines à sous  ; Soleil noir ; Eddy Wiggins : Le noir et le blanc ; Madame X ; Maman est morte.

Et toutes celles et ceux qui l'ont lu sont sur Blog of Book.

Partager cet article

Repost 0
1 septembre 2009 2 01 /09 /septembre /2009 09:28




Blog of Book, plus familièrement connu sous le petit nom de BoB, vient de se doter d'un nouvel outil : un forum  "Les Bla bla de BoB " ! On va pouvoir échanger en direct nos avis, nos lectures, nos coups de coeur, nos non-coups de coeur, parler de tout et de rien (et ça, je sais bien faire :D).
J'aime bien le forums mais ceux qui me connaissent de longue date savent aussi que je ne sais pas y être sérieuse ! C'est un grand terrain de jeu ! Et là, en plus, j'ai repéré plein de smileys rigolos !! Je vais tenter d'être sage mais je ne promets rien !

Pour le moment, ça va, je pense que je me tiens bien, je me suis présentée sans trop dire de bêtises (ce fut dur...) et j'ai découvert que nous étions quelques un(e)s à être de Strasbourg (en fait, je le savais déjà mais on va faire comme si, ok ? ;). Et j'ai eu l'idée lumineuse (et je me suis grillée mon dernier neurone sur ce coup-là) de lancer une rencontre de blogueurs-blogueuses à Strasbourg en septembre !  MissAlfie, qui est de Besançon, a déjà refusé l'offre, ça fait trop court pour son emploi du temps (mais on peut voir à décaler si elle le souhaite !).

Blogueurs-blogueuses de l'Est, ça vous dit une petite rencontre ? papoter de lecture autour d'un café ou dans un parc (si le temps le permet), échanger encore et toujours !!!

Laissez-moi un mail ou un petit mot sur le forum si vous êtes intéressé !!

Partager cet article

Repost 0
Published by Anne - dans Divers
commenter cet article
30 août 2009 7 30 /08 /août /2009 10:46
Résumé

Le père de l'auteur, Vladek, juif polonais, rescapé d'Auschwitz, raconte sa vie de 1930 à 1944, date de sa déportation. Ce récit est rapporté sous la forme d'une bande dessinée dont les personnages ont une tête d'animal : les juifs sont des souris, les nazis des chats, les Polonais des porcs et les Américains des chiens.


Mon avis

Je ne suis pas BD, en général. Hormis Garfield, aucune BD ne m'attire ou presque. Il faudra d'ailleurs que je vous parle de Garfield, un jour.... Mon héros Toutefois, contrairement à certains, je ne considère pas la BD comme de la fausse littérature. Il faut du talent pour dessiner et créer une histoire de la même façon qu'il faut du talent à un écrivain pour écrire un roman.

Beaucoup d'entre vous doivent connaître, je pense, cette BD. J'en ai entendu parler, pour la première fois, lors de mon stage à Soif de Lire, par ma libraire préférée. J'ai tourné autour (de la BD, pas de ma libraire préférée ;) pendant mes 15 jours de stage, l'ouvrant vaguement mais sans jamais m'y plonger. Et là, je me suis sentie prête. Je l'ai empruntée à la médiathèque et je m'y suis plongée directement.

Le thème est dur : la Shoah. En parler via une BD peut être discutable pour certains. Personnellement, je pense qu'à partir du moment où on en parle et où le devoir de mémoire est mis en place, c'est le principal.

Art Spiegelman nous raconte l'histoire de son père de 1930 à 1944. Celui-ci était polonais juif. Il a vécu les déportations, les camps, les brimades. Il a vu sa famille, ses amis disparaître, emportés par la folie d'un seul homme. Il a vécu les trahisons de soit-disant amis, il a découvert des amitiés alors qu'il pensait ne plus avoir d'issue. Sa façon de survivre au détriment des autres, par moment, m'a écoeurée mais une phrase tournait en boucle, dans ma tête : "Comment aurais-je agi à sa place ?" couplé à une chanson : Né En 17 à Leidenstadt.
Outre le thème de la Shoah, Art Spiegelman nous parle aussi des relations qu'il a eu avec son père, leurs chamailleries, leurs confidences. L'auteur nous parle de son père sans complaisance, de ses travers, de ses trafics pour s'en sortir. Il le dit lui-même, il a devant lui la caricature du marchand juif et ça le dégoûte, par instant. Je pense que l'une de ses plus grandes blessures fut de découvrir que son père avait brûlé le journal intime que sa mère a tenu durant la 2ème Guerre mondiale. Là où elle racontait tout ce qu'elle a vécu dans les camps. Art Spiegelman ne basera donc sa BD que sur un seul témoignage : celui de son père.

On passe d'une époque à une autre, d'une case à l'autre. Du temps présent à la 2ème Guerre mondiale et on est entraîné dans ce récit que l'on ne peut lâcher tellement il est bouleversant. J'ai souri, j'ai pleuré, j'ai été émue.. Je suis passée par beaucoup de sentiments, d'un extrême à l'autre mais je ne suis pas ressortie indemne.

Ils l'ont lu aussi : Florinette, entre autre :)






Le père de l'auteur, Vladek, juif polonais, rescapé d'Auschwitz, raconte sa vie de 1930 à 1944, date de sa déportation. Ce récit est rapporté sous la forme d'une bande dessinée dont les personnages ont une tête d'animal : les juifs sont des souris, les nazis des chats, les Polonais des porcs et les Américains des chiens.

Partager cet article

Repost 0
23 août 2009 7 23 /08 /août /2009 10:31
Quatrième de couverture

La solitude est partout, dans la promiscuité d'une loge de concierge, dans le cœur d'une adolescente ingrate ou d'une jeune femme branchée, dans l'exaspération d'un couple marié depuis trop longtemps, dans les yeux d'un bébé qui attend sa mère... partout. Et l'on voudrait nous faire croire que ces instruments (téléphone portable, télévision, Internet...) destinés à nous relier au monde peuvent y changer quelque chose. Mais c'est tout le contraire. La preuve en 16 nouvelles légères et graves, 16 scènes prises sur le vif, dans un immeuble où chacun se croise sans vraiment se voir.


Mon avis

Après Fatou et Richard, voici un 3ème livre sur la solitude. Hasard de mes choix ou thème à la mode ? Toujours est-il que j'avais repéré celui-ci il y a quelques mois et que j'ai craqué et l'ai acheté il y a peu...
Je ne suis pas très "Nouvelles", j'aime les histoires longues où j'ai le temps de m'attacher aux personnages, mais le thème me plaisait et me semblait prometteur.

J'ai vu une certaine analogie entre cette série de nouvelles et Inassouvies, nos vies, dans le fait que l'action se passe dans un immeuble où on étudie la vie de chacun, comme Betty le faisait de sa fenêtre. Les 16 personnages sont en corrélation les uns avec les autres, chacun pense être le plus seul au monde sans penser que son voisin pense la même chose et l'envie.

La première nouvelle Seuls comme des sardines, m'a beaucoup plu. L'histoire de cette concierge qui n'aspire qu'à une seule chose : être seule afin de respirer un peu ! Elle m'a émue par son désir de solitude !
Les solitudes de Sophie et Aubin m'ont touchée et j'aurais voulu savoir ce qu'il se passait après.

Certaines nouvelles sont touchantes mais en majorité, elles m'ont laissée indifférente, je n'arrivais pas à m'attacher aux personnages. Je n'ai pas été surprise par les chutes. Plus j'avançais dans ma lecture et moins je voyais le thème de la solitude, je voyais surtout des souffrances qui n'étaient pas toujours liées à cette solitude mais plutôt à un mal-être.

Plaisant à lire mais je pense que je l'aurai oublié dans quelques temps !  ou pas...

Stéphanie Janicot a aussi écrit : 100 Romans de première urgence pour (presque) tout soigner
Dans la tête de Shéhérazade
Salam
Cet effrayant besoin de famille
Les Matriochkas
Soledad
Dieu est avec vous... (sous certaines conditions)
Le privilège des rêveurs
Des profondeurs...
La Constante de Hubble
Non, ma mère n'est pas un problème
Une traviata

Ils l'ont lu aussi : Sophie, Clarabel, mimienco et certainement beaucoup d'autres :)

Partager cet article

Repost 0

Menu


Fourre-tout 

  Semblerait que mon fan-club (aheum :D) ronchonne de mon peu de publications ces derniers temps... Je vais tenter de remédier à ça et d'être plus rigoureuse ! (j'ai bien dit "tenter" hein :D)

 

Légére modernisation du blog ! Je vous annonce la naissance d'une page facebook indépendante de ma page perso. Vous y retrouverez, outre les articles ici-présents (et à venir), des avis rapides sur des lectures qui ne feront certainement pas l'objet d'articles ici, des joies ou tristesses livresques.

Retrouvez-moi ! facebook.jpg 

 

PS : Je suis assez longue à répondre à vos comms. Pardon. Mais, ils me font chaud au coeur et je vous remercie de m'en laisser !

Pour me joindre : leslecturesdeRoudoudou(at)gmail.com
Fond d'écran trouvé chez Vladstudio

Rechercher

Lecture en cours !

 

Plein de choses...  Comme toujours :)

Archives

J'en suis membre !

Optimisé pour :

Mes livres sur Babelio.com


Ma Page sur Hellocotonhttp://www.wikio.fr