22 juillet 2009 3 22 /07 /juillet /2009 15:17
Marion et Karine proposent un ti truc que je trouve bien sympa : photographier nos livres lus mais aussi en attente ! Je joue le jeu !

on attaque direct dans l'entrée :
un mélange de polars, romans, théâtre, SF, humour etc... Lus ou non parce que certains à moi et d'autres à Mossieur Roudoudou et que je n'ai pas encore eu le temps de m'y pencher ! En fait c'est un peu tout ce que nous n'avons pas pu mettre dans le salon :
la grande biblio de droite commence à être blindée, j'attaque en double file et je fais des piles au dessus des livres... Pas trop la place pour mettre une autre biblio... on réfléchit à des étagères dans le couloir ! un mur couvert !!! arghhhh ! le rêve !!!
Mais là, tout ou presque (je dirais 99%) est lu voire relu pour certains ! Ici se trouvent surtout les polars, les romans français et étrangers et les coups de coeur !

Et voici les Pal. Bon, pas autant que George Sand... déjà que je trouvais qu'avec une 50aine bouquins en attente (recensement de mars 2009, depuis ça a dû augmenter mais chut, ne dites rien à Mossieur Roudoudou, ça reste entre nous ;)) ça m'en faisait beaucoup... mais quand je vois ses Pal, je me trouve petite joueuse ;)

Pal 1 : au pied du lit. Surtout des livres qui sont là depuis un petit moment... Je pense faire un tri par le vide un jour...
Pal 2 : devant mon bureau, sous les plantes, au frais ;) livres beaucoup plus récents (en majorité issus du salon du livre 2009).
je vous passe tous ceux qui traînent dans mes sacs à main : un livre par sac, parfois deux. Seulement un ou deux sur la table de nuit , Mossieur Roudoudou a bien calculé son coup : il a fait des petites tables de nuit pour que je ne puisse pas trop stocker dessus ;) par contre à terre...
Je vous passe aussi les 2 bibliothèques de BD dans une autre pièce, ça c'est le domaine de Mossieur :)

Voilà ! je vous ai livré tout ça sans rangement, tel que je le vois, la poussière en prime ! (shame on me ! )

Partager cet article

Repost 0
Published by Anne - dans Divers
commenter cet article
21 juillet 2009 2 21 /07 /juillet /2009 12:04
Quatrième de couverture

Comment le cadavre d'un conseiller du Premier ministre est-il arrivé, par une nuit pluvieuse de novembre, sur le parking miteux d'une grande surface, dans la région parisienne ? L'enquête est confiée au commissaire Coralie Le Gall. Fille d'un haut fonctionnaire, en rébellion contre son milieu, musicienne et pratiquant le close-combat, cette personnalité hors-normes est bien décidée à prendre sa revanche contre un monde politique qu'elle déteste. Mais Coralie va peu à peu comprendre l'ampleur de la manipulation en cours. Un roman noir dons la France des années 1990. Une intrigue palpitante et truffée d'énigmes, qui déniaise à jamais d'une certaine politique.


Mon avis

Quand Chez les filles m'ont proposé ce livre, je me suis dit : "Chouette, un polar, j'en avais envie justement !" J'ai donc accepté leur offre avec plaisir. Je me demande encore si j'ai bien fait...
Un meurtre au Ministère de l'Intérieur, entrer dans les arcanes du pouvoir politique, une enquête menée par une commissaire en prise avec ses propres démons... Bon ok, rien de bien exceptionnel en ce bas monde littéraire mais pourquoi pas ? Je me lance donc dans cette lecture ! Et j'ai failli refermer au bout de 10 pages... L'auteur était-il obligé de faire parler sa commissaire comme une charretière, d'employer des expressions argotiques nécessitant presque l'emploi d'un dictionnaire pour comprendre le texte, suivies de mots très littéraires ? Bon, en même temps, placer dans un même paragraphe "artiche" et "coruscante", faut le faire, je le reconnais ;) Peut-être un pari avec un ami ?
Était-ce un choix de l'auteur, de l'éditeur ou du correcteur de franciser tous les mots anglais ? Je sais bien que Toubon est passé par là avec sa loi mais quand même quoi ... Lire le mot "chêqueupe" pour "check-up" m'a fait frémir !!! (et ce n'était qu'un début ...).  En tout cas, quelle que soit la personne ayant fait ce choix, il est malheureux !
M'étant quand même un peu prise au jeu de l'enquête (on se fait à tout malheureusement ;), j'ai voulu savoir qui avait tué Vaslin, haut fonctionnaire au service du Premier Ministre. Aux côtés de la commissaire, Coralie Le Gall, on entre dans les bureaux des hauts fonctionnaires en poste, on assiste à leurs tractations pour sauver leurs fesses, leurs manipulations, un monde sordide et malhonnête même si j'ai trouvé le côté "tous pourris !" un peu trop catégorique. Ma naïveté et ma crédulité me poussent à croire que le monde politique n'est pas complètement corrompu et qu'il existe encore des personnes travaillant pour la France et non pour elles-mêmes (laissez-moi mes illusions, siouplait ;). L'intrigue est intéressante, bien développée, bien amenée.

Bref, un bon polar politique si on arrive à oublier le vocabulaire employé... (pas facile quand il s'agit d'un livre, je le conçois ;)

Claude Marker en est à son premier roman.

Ils et elles l'ont lu : Pimprenelle, Neph, Stephie, Mika, Catherine, Belle de Nuit, Armande, Nanne et encore beaucoup d'autres :)

Merci à Suzanne de Chez les filles pour  ce roman :)






Partager cet article

Repost 0
19 juillet 2009 7 19 /07 /juillet /2009 12:22
Quatrième de couverture

A la suite d'un léger accident de travail, la narratrice de ce récit a quitté son usine et trouvé un emploi d'assistante et réceptionniste auprès de M. Deshimaru, directeur d'un laboratoire de spécimens. Dans ce lieu étrange, ancien foyer de jeunes filles pratiquement désert, elle reçoit la clientèle avant que M. Deshimaru, en véritable maître de taxidermie, recueille, analyse et enferme à jamais les blessures et les souvenirs de ceux qui désirent échapper à leur mémoire. Sans vraiment comprendre ce qui se joue sous ses yeux, la jeune fille tombe peu à peu sous la coupe de cet homme...

Mon avis

J'avais déjà découvert l'univers de Yôko Ogawa via Le Musée du silence. Lecture ancienne mais encore bien présente en mémoire. C'est un monde à part, envoûtant.
Ici, cette histoire, qui se lit d'une traite, m'a prise dans ses filets, je n'ai pu lâcher le livre avant la fin.
On y suit une jeune fille qui a perdu un bout de doigt lors de son dernier emploi, dans une usine d'eau gazeuse. Elle doit quitter cet emploi. Là voilà qui erre dans une ville, un quartier sinistre et qui voit une annonce pour un emploi d'assistante, collée sur la porte d'un vieil immeuble. Elle postule et commence le lendemain. Elle devient ainsi l'assistante d'un professeur atypique, taxidermiste de souvenirs. Cela lui donnera l'occasion de croiser des gens blessés, riches en couleurs, qui se confient à elle.
Le laboratoire est situé dans un vieux pensionnat pour jeunes filles dont deux, maintenant assez âgées,  vivent encore là. Elles apportent aussi un certain charme à l'histoire. 
Une relation particulière naît entre la jeune fille et le professeur, relation assez étrange basée sur la domination et une paire de chaussures...

Une histoire déconcertante mais envoûtante ; une atmosphère oppressante mais pas morbide ; une simplicité dans l'écriture mais si percutante !
Comme dans Le musée du silence, j'y ai retrouvé l'obsession du classement qui semble si cher à l'auteure. On ne peut rester indifférent à la lecture de la scène où la jeune fille passe la nuit à genoux devant le professeur à ramasser les caractères de la machine à écrire, tombés à terre, et à les reclasser.

Ogawa a aussi écrit : Le musée du silence, Une Parfaite chambre de malade, La Piscine, Les Abeilles, La Grossesse,  Amours en marge, Le Réfectoire un soir et une piscine sous la pluie, La Petite pièce hexagonale, Hôtel Iris, Parfum de glace, Tristes revanches, La bénédiction inattendue, Les Paupières, La formule préférée du professeur, La marche de Mina, La Mer ...

Elles (et ils) l'ont lu aussi : LeiloonaSylvieYueyin, Laurence, Hélène, Katell et certainement encore beaucoup d'autres !





Partager cet article

Repost 0
19 juillet 2009 7 19 /07 /juillet /2009 09:37
La faute à Karine:) Elle s'est créé un avatar que j'ai trouvé sympa et je n'ai pu m'empêcher d'aller jouer itou ...

Cela donne ça ! 
Meez 3D avatar avatars games

Le matou sur l'épaule est la représentation du mien .. Qui sautille quasiment autant, quand il n'est pas en train de dormir sur mon bureau, la tête sur mes livres !


Je vous présente Crapouillot ! qui surveille de très très très près une de mes futures lectures !

Et là, ça vous permet de comprendre pourquoi je suis longue à faire desbillets : je n'ai pas accès au clavier ou très peu ;)

Partager cet article

Repost 0
Published by Anne - dans Divers
commenter cet article
16 juillet 2009 4 16 /07 /juillet /2009 15:04

Un blog d'or ! à moi ! par Heide ! Grand merci à elle ! Il tombe à point nommé ! J'étais en train de me dire depuis quelques jours que je commençais à me lasser de faire des billets, de réfléchir (et ça fait mal ça :p), quand je lisais, à ce que j'allais écrire perdant ainsi le plaisir de la lecture. J'étais en train de me dire que je mettrais bien ce blog en pause mais Heide me rebooste quelque peu ! Encore merci à  elle ! (ou pas ? ;)

Je transmets ce blog de ouro (même si je pense qu'elles l'ont déjà eu) à Isa de Livr-esse, un blog à quatre mains qui nous parle de livre et de vin (parfois les deux combinés ;) ; à Anne d'Insatiable lectrice dont la vie est en plein chambardement ! et à Sarah de Monpetitmag qui,, même si elle ne parle pas de livre, fait des remarques pertinentes, incisives, drôles sur l'actualité, la vie...


Enfin, je copie/colle la règle du blog d'or:
- Mettre le blog d'or sur son blog
- Mettre un lien vers le blog qui le lui a transmis
- Offrir cette récompense à un ou plusieurs autres blogs
- Informer les destinataires
- Recopier le règlement.




Partager cet article

Repost 0
Published by Anne - dans Divers
commenter cet article
16 juillet 2009 4 16 /07 /juillet /2009 12:02
Quatrième de couverture

Elle s’interrogeait : qu’est-ce qui différencie ou caractérise ces cubes, ces carrés, ces rectangles, ces losanges, ces cavités, toutes ces innombrables fantaisies architecturales réunies sous le vocable habitations ? En dehors de leur forme, qu’est-ce qui en fait des demeures et non des sépultures ? Que s’y passe-t-il de si fort, de si réel, de si dynamique, de si tangible, qui ne puisse avoir lieu au cimetière et qui justifie qu’on appelât ces endroits des lieux de vie ? Vivre, ça couvre quelle superficie ? Quel sens donne-ton à ce verbe, au point de lui réserver des lieux ? Ne vit-on pas également lorsqu’on se promène en forêt, en traversant la rue ou en bandant ses muscles pour propulser sa barque sur un bras de mer lascif ? Les bureaux et les usines seraient-ils des lieux de mort ? (...) Et puis, parce que vivre c’est survivre à quelqu’un ou à quelque chose, à qui, à quoi renonçons-nous, humblement défaits ou dignement amputés, mais toujours inassouvis ? Betty avait pris sa décision : elle saurait quelles existences se cachaient derrière les fenêtres d’en face. L’obsession était née et installée en elle. Elle ne fit rien pour s’en distraire, au contraire, elle l’entretenait, comme un feu de bois par mauvais temps, minutieusement, patiemment. (…) Elle allait s’imbiber de la vie des autres, ignorant qu’elle y serait bientôt engloutie.


Mon avis

Comme je l'ai dit précédemment, j'ai découvert Fatou Diome lors d'une soirée dédicace et elle parlait avec tellement d'enthousiasme, de pétulance de son livre que je n'ai pu que repartir avec (le livre, s'entend ;). Je me hâtais de finir Chinoises et je me suis jetée sur Inassouvies, nos vies. Tout au long de ma lecture, j'ai eu le sentiment de déguster un bonbon : un peu piquant au début, doux en bouche avec le temps et un peu lassant sur la fin.
Le personnage principal, Betty, la trentaine esseulée, se prend au jeu d'observer les vies dans l'immeuble en face de chez elle. Cela devient comme une drogue tous les soirs, regarder ces gens et imaginer leurs vies. Très vite, l'imagination ne lui suffit pas, elle veut en savoir plus et les hasards de la vie (se croiser à la boulangerie, sur un  banc dans un parc etc.) lui permettront d'en savoir plus sur la souffrance des voisins d'en face, mettant en avant leurs propres solitudes et les renvoyant à celle de Betty.
Elle se rapproche surtout d'une vieille dame qu'elle a surnommée Félicité car elle a toujours le sourire (elle gardera ce surnom tout au long du livre, d'ailleurs). Quand Félicité disparaît de l'immeuble d'en face, Betty va faire des pieds et des mains pour la retrouver dans la maison de retraite où sa famille l'a placée (en attendant son héritage). Elle lui rendra des visites hebdomadaires, chacune servant de bouée à l'autre, chacune retenant l'autre à la vie. Tant que Félicité est en vie, Betty a des repères : les souvenirs de la vieille dame, les discussions sur les autres personnes de l'immeuble, les solitudes qui se créent, se défont. Quand la vielle dame disparaît, Betty s'écroule.

Fatou Diome met bout à bout des solitudes, montrant le côté individualiste de la société actuelle. Ayant discuté, un peu, avec l'auteur, quelques semaines après cette soirée dédicace, j'ai eu le sentiment qu'il y avait beaucoup d'elle dans ce livre, que Betty et elle ne formaient qu'une. Au fil du roman, on se rend compte que Betty n'est pas d'ici, comme Fatou. Elle porte un oeil "naïf" sur notre société, mais vite désabusé. J'ai retrouvé dans ce roman, des choses qu'elle nous a dites en direct, des actes qui se sont réellement déroulés.

J'ai aimé ces histoires de solitude, cet optimisme latent, les réflexions sur nous-mêmes, sur notre société que nous suggère Betty. Chaque page me donnait envie de prendre des notes, de chopper des citations (mais là, il m'aurait fallu recopier le livre ici ;) Ce roman est écrit avec une grande poésie, une grande beauté cependant, je n'ai pas aimé le fait de passer un peu trop rapidement de réflexion en réflexion. On sent que Fatou a encore beaucoup de choses à dire et que ce n'est qu'effleuré ici. C'est un peu frustrant et un peu brouillon.  Comme dirait ma libraire préférée "Le fond est bien, mais pas la forme".

Un roman intéressant  qui nous laisse inassouvis ? ;)

Édit de fin d'après-midi :
 J'ai oublié de parler du côté lassant suggéré en début d'article. Je ne cache pas que j'ai un peu souffert sur la fin, j'ai décroché... Je me suis  battue avec moi-même pour le finir parce que je n'aime pas abandonner un livre qui m'a plu sur une bonne moitié. Il m'a fait l'effet d'un soufflé qui retombe...
Toutefois, ce n'est pas parce que j'ai eu du mal que d'autres auront du mal ! Je culpabilise toujours quand un de mes billets vous fait dire que vous laisserez tel ou tel livre de côté. (je suis un peu perturbée comme fille je crois :D)

Fatou a aussi écrit : Le ventre de l'Atlantique (que l'on me recommande chaudement), Kétalaet deux recueils de nouvelles : La Préférence nationale et Le Loup de l'Atlantique.

Ils ou elles l'ont lu aussi : Gangoueus

Partager cet article

Repost 0
12 juillet 2009 7 12 /07 /juillet /2009 10:26



Un "petit" nuage de mots sur quelques articles pris au hasard sur ce blog. C'est là que jeme rend compte que je mets des "tout" partout, des "bien", beaucoup de "ça" et surtout beaucoup d'histoire, de livre, de roman et d'auteur ! ouf, cela se voit que l'on est sur un blog de lecture !! J'aime le "dis" dans le O d'Histoire...

Tout ça pour vous dire que je suis là, j'ai juste 3 billets de retard : Inassouvies, nos vies ; L'annulaire ; Cadavre d'état. On finit, avec mossieur, de refaire la cuisine et je m'y remets ! (et je cherche du taff aussi, au passage...)

Partager cet article

Repost 0
Published by Anne - dans Divers
commenter cet article
25 juin 2009 4 25 /06 /juin /2009 20:51
Quatrième de couverture

A la fin des années 1970, trois pom-pom girls quittent leur camp de vacances à bord d'une Mustang décapotable dans l'espoir de se baigner dans le mystérieux Lac des Amants. Dans leur insouciance, elles sourient à deux garçons croisés en chemin. Mauvais choix au mauvais moment. Soudain, cette journée idyllique tourne au cauchemar.



Mon avis


Rien que ce résumé montre une montée du suspens, on sent déjà le côté haletant de l'histoire. Résumé qui ne nous trompe pas. Le prologue annonce la couleur en nous parlant des histoires que l'on se raconte autour d'un feu de camp, celles qui nous font peur en général et hop, l'auteur nous entraîne dans une Mustang rouge, cheveux au vent aux côtés de 3 pom-pom girls. Celles-ci ont décidé de sécher leur cours de sport lors de leur camp d'été, il faisait trop chaud et elles en avaient assez d'obéir aux ordres d'une chefaillon enceinte jusqu'aux yeux. Nous avons Kristy au volant, la jeune fille qui semble n'avoir aucun défaut, que tout le monde aime ou semble aimer du moins. Il lui a quand même été offert un mobile représentant le système solaire avec comme remarque "pour qu'elle n'oublie pas qu'elle n'est pas le centre du monde" mais Kristy est persuadée que sans elle pas mal de choses ne se feraient pas. À côté d'elle se trouve Desiree, la salope du lycée, la nympho, celle qui a peu d'amies féminines sauf Kristy, bien sur... Derrière, Kristi, un peu space, trouillarde à ses heures, un peu nunuche, du moins, en apparence. Tout semble sourire à ces 3 jeunes filles, elles sont les plus belles du lycée, pom-pom girls, typiquement les jeunes filles américaines de base des années 70. Mais un sourire à 2 garçons dans un vieux break pourri et tout bascule. Et tout le long du livre, j'ai attendu le moment gore, j'ai senti la tension monter et j'ai eu comme la vision d'un soufflé retombant quand j'ai lu la fin ... Fin qui ne m'a pas déçue, je m'attendais à autre chose et c'est sans doute là, le tour de force de l'auteur, nous emmener ailleurs que là où nous pensions aller !

Parallèlement à cette histoire de suspens lié aux deux garçons, Laura K. nous décrit avec brio la mentalité américaine des années 70. Le style de l'auteur est époustouflant, je sentais la chaleur décrite autour de moi, j'entendais le chant lancinant des cigales, je voyais le lac sombre, la forêt étouffante...
J'ai aimé les réflexions que pose ce livre : parler à la police de ces deux garçons ou pas ? Après tout, ces 3 filles les avaient allumés. S'il leur arrivait quoique ce soit, on dirait qu'elles l'avaient cherché... Que faire ? Qu'aurions-nous fait à leur place ?

Un livre que j'ai lu très rapidement, que j'ai eu du mal à lâcher. Il nous parle d'insouciance mais nous fait nous poser pas mal de questions ... Il ne laisse pas indifférent en tout cas !


Merci aux Editions du Livre de poche pour cette découverte.
Cette auteur a aussi écrit La couronne verte, À moi pour toujours, La vie devant ses yeux ... À lire ? ;)

Partager cet article

Repost 0
22 juin 2009 1 22 /06 /juin /2009 17:20
Quatrième de couverture

Un dicton chinois prétend que " dans chaque famille il y a un livre qu'il vaut mieux ne pas lire à haute voix ". Une femme a rompu le silence. Durant huit années, de 1989 à 1997, Xinran a présenté chaque nuit à la radio chinoise une émission au cours de laquelle elle invitait les femmes à parler d'elles-mêmes, sans tabou. Elle a rencontré des centaines d'entre elles. Avec compassion elle les a écoutées se raconter et lui confier leurs secrets enfouis au plus profond d'elles-mêmes. Epouses de hauts dirigeants du Parti ou paysannes du fin fond de la Chine, elles disent leurs souffrances incroyables : mariages forcés, viols, familles décimées, pauvreté ou folie... Mais elles parlent aussi d'amour. Elles disent aussi comment, en dépit des épreuves, en dépit du chaos politique, elles chérissent et nourrissent ce qui leur reste.


Mon avis

L'idée est intéressante, recueillir les témoignages de ces femmes chinoises, leur "non-existence" serait plutôt le terme exact, aux yeux de la société chinoise. Société dont le manque de considération est mis en avant, tout pour le Parti, la femme aura ce qu'il reste et encore ... Ça se passe quand même non pas au Moyen-Âge mais à notre époque ! La différence de traitement entre les femmes occidentales et les femmes asiatiques est invraisemblable ! La Chine s'ouvre peut-être au Monde mais le chemin à parcourir est encore long et surtout faire oublier certaines traditions immondes va prendre du temps ! Les récits sont bouleversants par eux-mêmes, par ce qu'ils disent, par la souffrance de ces femmes, de ce qu'elles ont du subir en silence mais le livre est froid, trop journalistique. J'ai eu du mal à me sentir impliquée, à rentrer dans ces histoires de par le style utilisé. J'ai eu le sentiment de passer de récits en récits froidement. Ce sera ma seule déception tellement ce livre est fort.

Livre à lire en tout cas !!!

Partager cet article

Repost 0
21 juin 2009 7 21 /06 /juin /2009 15:49



Un dimanche après-midi sur Terre, jour de la fête de la Musique ... Une foire aux Livres Anciens et d'occasion... Une trentaine d'exposants... À 5 mn de chez moi... Je savais d'avance que j'étais foutue... Je me dis "un rapide passage et hop, je repars !"... Je me dis "Je suis fauchée de toute façon..." C'était sans compter sur Monsieur Roudoudou... Une balade sympa sur les quais et retour au bercail... Avec 6 livres pour moi et 3 BD pour lui ...

Ma PAL (Pile à Lire) se voit augmentée de :

* Le syndrome Copernic par Henri Loevenbruck (depuis le temps que Gamin m'en parle !!)
* Les petits chevaux de Tarquinia par Marguerite Duras
* Moderato Cantabile du même auteur (j'en ai jamais lu, je pense que ça manque à ma culture.... Comme tout le monde, j'ai vu L'Amant mais est-ce bien suffisant ?)
* Alabama Song de Gilles Leroy
* Il avait plu tout un dimanche de Philippe Delerm
* Les hirondelles de Kaboul de Yasmina Khadra dont j'avais beaucoup aimé L'Attentat



Pour Mossieur, 3 Blake et Mortimer.

Partager cet article

Repost 0
Published by Anne - dans Divers
commenter cet article

Menu


Fourre-tout 

  Semblerait que mon fan-club (aheum :D) ronchonne de mon peu de publications ces derniers temps... Je vais tenter de remédier à ça et d'être plus rigoureuse ! (j'ai bien dit "tenter" hein :D)

 

Légére modernisation du blog ! Je vous annonce la naissance d'une page facebook indépendante de ma page perso. Vous y retrouverez, outre les articles ici-présents (et à venir), des avis rapides sur des lectures qui ne feront certainement pas l'objet d'articles ici, des joies ou tristesses livresques.

Retrouvez-moi ! facebook.jpg 

 

PS : Je suis assez longue à répondre à vos comms. Pardon. Mais, ils me font chaud au coeur et je vous remercie de m'en laisser !

Pour me joindre : leslecturesdeRoudoudou(at)gmail.com
Fond d'écran trouvé chez Vladstudio

Rechercher

Lecture en cours !

 

Plein de choses...  Comme toujours :)

Archives

J'en suis membre !

Optimisé pour :

Mes livres sur Babelio.com


Ma Page sur Hellocotonhttp://www.wikio.fr