20 juin 2009 6 20 /06 /juin /2009 11:31
L'avis des éditeurs

Fidèle à son univers d'une inventivité si particulière, mêlant cruauté et tendresse, macabre et poésie, Tim Burton donne le jour à une étonnante famille d'enfants solitaires, étranges et différents, exclus de tous et proches de nous, qui ne tarderont pas à nous horrifier et à nous attendrir, à nous émouvoir et à nous faire rire. Un livre pour les adultes et pour l'enfant qui est en nous.


Mon avis

Un petit moment de bonheur, des illustrations made in Tim Burton lui même, un texte en anglais et son pendant en français, des histoires très très courtes (quelques lignes pour certaines) dans lesquelles se retrouvent, avec un grand plaisir, la poésie de Burton, mais aussi son univers décalé, sombre, morbide. Un très beau livre (même en poche) à garder et / ou à offrir !

Partager cet article

Repost 0
12 avril 2009 7 12 /04 /avril /2009 22:00
Quatrième de couverture

Lou Bertignac a 13 ans, un QI de 160 et des questions plein la tête. Les yeux grand ouverts, elle observe les gens, collectionne les mots, se livre à des expériences domestiques et dévore les encyclopédies.
Enfant unique d’une famille en déséquilibre, entre une mère brisée et un père champion de la bonne humeur feinte, dans l’obscurité d’un appartement dont les rideaux restent tirés, Lou invente des théories pour apprivoiser le monde. A la gare d’Austerlitz, elle rencontre No, une jeune fille SDF à peine plus âgée qu’elle.
No, son visage fatigué, ses vêtements sales, son silence. No, privée d’amour, rebelle, sauvage.
No dont l’errance et la solitude questionnent le monde.
Des hommes et des femmes dorment dans la rue, font la queue pour un repas chaud, marchent pour ne pas mourir de froid. « Les choses sont ce qu’elles sont ». Voilà ce dont il faudrait se contenter pour expliquer la violence qui nous entoure. Ce qu’il faudrait admettre. Mais Lou voudrait que les choses soient autrement. Que la terre change de sens, que la réalité ressemble aux affiches du métro, que chacun trouve sa place. Alors elle décide de sauver No, de lui donner un toit, une famille, se lance dans une expérience de grande envergure menée contre le destin. Envers et contre tous.
source : amazon

Mon avis

Quand les éditions Livre de poche m'ont proposé ce livre, je n'ai pas hésité longtemps. Je m'y suis plongée rapidement et n'en suis ressortie que quelques heures plus tard. On découvre Lou une ado de 13 ans, surdouée mais très timide, complexée comme beaucoup de surdoués. Leur esprit marche à 3 000 à l'heure mais dans les relations humaines,  c'est autre chose :) Lou a des parents repliés sur eux-mêmes suite au décès de sa petite soeur. Sa mère fait une grave dépression et son père fait ce qu'il peut pour tenir sa petite famille à flots.
Lou est en classe avec des ados de 15 ans, voire 17 ans pour certains et le décalage est grand, elle se pose beaucoup de questions comme tous les ados, elle est mal dans sa peau et envie les  files de 15 ans d'être si à l'aise. Un de ses plaisirs est d'aller à la gare et d'observer les gens, c'est là qu'elle croise une SDF, No. Elles discutent et au fil du temps deviennent amies. Le fait que Lou ait un exposé à faire sur les SDF joue beaucoup. Cet exposé fait, elle perd No de vue et s'en désespère. Elles se retrouvent et Lou décide de changer les choses, d'aider No à s'en sortir. Cette décision va avoir beaucoup de conséquences positives et négatives. La mère de Lou retrouve lentement une joie de vivre, elle refait des projets avec sa famille. No trouve du travail. Lou passe beaucoup de temps avec le "beau gosse" de la classe qui la protège des autres.
No a à peine 18 ans et a déjà pas mal vécu. Une mère quasi absente et la rue rapidement. La rue et ses difficultés, comment y vivre, y survivre. La rencontre avec Lou va bouleverser sa vie, elle compte pour quelqu'un. Elle a peur de la perdre, de perdre son amitié.

Ce roman se lit vite, il est humain, mets le doigt sur pas mal de choses qui pourraient être changées si on prenait le temps, si on le souhaitait réellement.
L'auteur a eu cette faculté d'écrire comme une ado de 13ans, idéaliste, naïve mais si mature en même temps. Beaucoup de passages percutants, remuants. J'ai été émue aux larmes par moment, c'est dire ;)
Au-delà de la dimension sdf et faut qu'on se bouge, j'y ai vu la renaissance d'une famille, sa reconstruction, une ado qui murit mais qui découvre aussi les limites du Monde.

Une pépite que ce livre !

Un grand merci à Elise des éditions Livre de Poche pour m'avoir proposé ce livre. Quand vous voulez pour une autre découverte comme celle-ci !!!

Partager cet article

Repost 0
11 avril 2009 6 11 /04 /avril /2009 09:56
  Quatrième de couverture

Hier soir, nous étions encore en 1988. Jeudi 12 mai. Un jour de décalage. C'est noir sur blanc, et ça veut dire que douze années se sont écoulées. En 1988, où je crois être encore, je viens de rencontrer Pablo. Mais en 2000, où je viens d'arriver, nous avons deux enfants. Mais moi, où suis-je dans tout ça ?je ne me souviens de rien... Sinon du septième étage d'une rue de Montmartre. Je revois Pablo m'emmenant sur le balcon admirer le Sacré-Cœur. Pablo, la tête enfouie dans mon corsage, hurlant au milieu des fleurs qu'il me désire. Pablo qui, pour l'instant, est mon seul lien avec la veille. Que s'est-il passé pendant douze ans ? (source : Amazon)

Mon avis

J'ai été attiré par ce livre en surfant sur le site le choix des libraires et l'histoire m'a intriguée tout de suite ! J'ai foncé à la médiathéque l'emprunter et je l'ai dévoré en 3 jours ! C'est dire ! Et tout le long de ma lecture, je me disais "Comment je réagirais à sa place ?"
12 ans de sa vie qui disparaissent. Elle se réveille mère de 3 enfants, femme d'un homme qu'elle connaît à peine, habitant une maison qu'elle ne connaît pas, les gestes du quotidien à découvrir, les lieux à découvrir, ... Elle ne dit rien à son mari, cherche à comprendre, pense à s'enfuir mais elle est la maman de 3 enfants qui ne comprendraient pas. Comment réagir ??!! Rester ? fuir ?
On est entraîné dans son histoire, on cherche à comprendre avec elle. Pourquoi son intuition lui dit de ne rien dire à son mari, mensonge qui peut se retourner contre elle à tout moment. Quel est ce pacte auquel il fait allusion ? que va-t'elle découvrir en enquêtant sur ces 12 ans ?
On assiste, avec émotion, à la renaissance de son amour pour Pablo, son mari, à la découverte de ses enfants, son apprentissage du rôle de mère. La veille, elle n'était qu'une jeune célibataire et elle se réveille maman !

Au final, une histoire d'amour qui renaît, une histoire de couple presque banal mais magnifiée par une belle écriture, un style prenant.

à lire !!

Partager cet article

Repost 0
16 mars 2009 1 16 /03 /mars /2009 17:10
Résumé

Les nombres premiers ne sont divisibles que par 1 et par eux-mêmes ; soupçonneux et solitaires, certains possèdent cependant un jumeau dont ils ne sont séparés que par un nombre pair. Mattia, jeune surdoué, passionné de mathématiques, en est persuadé : il compte parmi ces nombres, et Alice, dont il fait la connaissance au lycée, ne peut être que sa jumelle. Même passé douloureux, même solitude à la fois voulue et subie, même difficulté à réduire la distance qui les isole des autres. De l'adolescence à l'âge adulte, leurs existences ne cesseront de se croiser, de s'effleurer et de s'éloigner dans l'effort d'effacer les obstacles qui les séparent.


Mon avis

Quand Chez-les-filles m'a proposé ce livre, je me suis dit  "Oula, les maths et moi ça a toujours fait deux... (admirez le jeu de mots ;), je ne suis pas sure d'accrocher là". J'ai lu le résumé, parcouru un peu la blogosphère et vu beaucoup de critiques positives. Je me suis donc lancée et je ne le regrette pas ! Ce livre vaut le prix qu'il a reçu en Italie, à savoir le Prix Strega (équivalent du Goncourt français), il vaut les 1 millions d'exemplaires vendus en Italie et je pense qu'il aura un aussi grand succès dans le reste du monde.
Alice nous est présentée alors qu''à l'âge de 7 ans elle est victime d'un accident de ski qui lui laissera des séquelles morales et physiques. Mattias, lui, a  10 ans quand il perd sa soeur jumelle  handicapée mentale dans un parc. Il en gardera de grandes blessures psychologiques. L'un et l'autre vont, dés lors, s'automutiler soit par le biais de l'anorexie soit par la scarification. Ils se croisent au lycée, se reconnaissent sans se reconnaître. Ils sont âmes soeurs sans le savoir, nombres premiers séparés par un nombre composé. Nous les suivons enfants, adolescents puis adultes avec toujours leur souffrance décrite avec beaucoup de pudeur, de retenue. Mattia se réfugie dans les maths, s'isole dans ses études, se coupe du monde. Alice tente de se faire aimer par les autres alors qu'elle déteste la seule personne dont elle voudrait être aimée, son père qu'elle rend responsable de son accident. Tout au long du roman, je me suis demandée comment leurs vies allaient finir... Je vous laisse le plaisir de découvrir la fin par vous même ;)
Un roman fort, poignant mais jamais déprimant de par une écriture qui nous fait garder nos distances. On s'attache aux personnages mais avec un peu de froideur (j'espère être claire là ;).


Merci à Suzanne de Chez les filles et aux éditions Seuil pour cette découverte.




Partager cet article

Repost 0
27 février 2009 5 27 /02 /février /2009 17:32
Résumé

Jeudi 4 juin 1964, dans une cité d'Orly… Le narrateur, quinze ans, déjà grand pour son âge, hésite. Doit-il finir ses devoirs, et ainsi obéir à sa mère, adorable, dure à cuire et débordée par ses nombreux enfants ? Doit-il passer la journée avec un de ses amis, futur loulou caché sur le toit et qui s'imagine, en ce jour anniversaire, abattant John-Fitzgerald Kennedy ? Ou doit-il rejoindre la belle Marie-France, qui habite en face, presque en face, et enfin l'embrasser, sinon mieux ?


Mon avis

Que du bonheur ! Cette suite du "Coeur à la craie" (que j'avais adoré !) est du pur Picouly ! Passer une journée avec lui, le rêve ;) C'est ce qu'il nous propose dans ce nouvel opus : un jeudi entier avec lui quand il a 15/16 ans, dans les années 60 ; une journée à réviser un cours sur la sauterelle (oui, on a tous souffert sur ce cours et ce dessin !) ; une journée à se disputer avec sa mère et à le regretter, à attendre qu'elle nous parle et à adorer quand elle le fait, ; une journée à se demander si on va pouvoir embrasser l'autre ; une journée à faire les 400 coups avec ses potes ; une journée à baliser à l'idée de faire un mauvais coup (celui de trop ?) ; une journée à se demander si son ami, sur le toit, ne va pas faire une bêtise ; une journée à voir la décapotable d'Eddie Barclay et tant d'autres choses ! Une journée très remplie en tout cas et qui nous est contée avec tendresse, émotion, humour...

Partager cet article

Repost 0
16 février 2009 1 16 /02 /février /2009 18:32
Quatrième de couverture

" Il ne faut pas faire ce que je fais quand mon institutrice inscrit sur le tableau : racontez une soirée d'automne. Il ne faut pas écrire : La nuit qui tombe à cinq heures. Le bruit de la Cocotte-minute, le bruit du mixer, la chaise vide de ma sœur, la louche pour servir la soupe, le lait que mon demi-frère verse dans la soupe pour la refroidir, le silence autour de la table. Il ne faut pas écrire : Celle qui n'est pas ma mère assise en face de moi. Le début de fou rire qui nous envahit, mon demi-frère et moi, et notre détresse qui grandit en même temps que le jour diminue. Il ne faut pas confondre l'énoncé des rédactions avec de vraies questions. Je dois inventer un monde spécialement pour le raconter à mon institutrice. J'apprends qu'on ne peut pas tout dire. " (source)


Mon avis

j'ai beaucoup aimé ce livre. On y suit une fillette du primaire au lycée. On la découvre quand elle apprend à lire et à écrire, elle découvre la vie au fur et à mesure, on la voit mûrir et découvrir le monde des adultes et surtout découvrir comment on peut duper les adultes, elle découvre le racisme, la violence, les non-dits. On découvre qu'elle s'appelle Nadia, qu'elle vient d'Algérie, qu'elle vit en cité au lendemain de la guerre d'Algérie, que cette guerre n'est pas étudiée à l'école, que la femme qui l'élève n'est pas sa vraie mère, que son père fait ce qu'il peut, que sa soeur a peur de tout, que son demi-frère est un peu le chou-chou. On apprend surtout qu'elle a des blessures qu'elle cache derrière une scolarité sans reproche, des coupes gagnées à la gym. Une enfant modèle mais blessée.
J'ai aimé le style de l'auteur, 3 chapitres mais remplis de petits paragraphes sur tout ce que Nadia apprend. On peut passer d'une poésie de Prévert à sa vie en cité, on saute du coq à l'âne mais c'est ce qui fait le charme de ce roman.
Beaucoup de pudeur, de tendresse et d'émotion.


Partager cet article

Repost 0
16 janvier 2009 5 16 /01 /janvier /2009 12:09
Résumé

Onze monologues sur la perte de l'amour, du désir, le deuil, la séparation et l'après.

Mon avis

Très beau recueil de nouvelles. Pas une ne m'a laissée indifférente. On s'y retrouve, comme un miroir qui nous renvoie les sentiments que l'on a pu éprouver à un moment de notre vie. Très belle analyse des sentiments, des non-sentiments, de ces moments où on s'aperçoit que l'on n'aime plus l'autre, de ces moments où on s'aperçoit que l'autre n'est plus, de ces moments où l'on tente de faire comprendre aux autres ce qu'on ressent, la vie après.
Je comprends que ce recueil ait eu le Goncourt  de la nouvelle 2007, c'est amplement mérité :)

Partager cet article

Repost 0
9 décembre 2008 2 09 /12 /décembre /2008 09:35
Quatrième de couverture

J'ai onze ans, et je vis dans une famille complètement tordue. Heureusement qu'il y a mon frère Maxence. Lui, c'est mon manuel de savoir-survivre. Le soir, on ferme nos oreilles à double tour, pour ne plus entendre les cris de nos parents qui se disputent. Croyez-moi sur parole, la vie, c'est pas pour les enfants. Maxence a préféré partir au Pays sans Adultes. Moi, j'ai voulu le rejoindre, mais je me suis trompé de chemin. Avec mes nouveaux amis, Valentine et Hugo, on a beaucoup discuté et on s'est fait une promesse : quand on sera grands, on prendra tous les enfants malheureux dans nos filets, et on ne les relâchera que quand ils sauront vraiment nager. Promis, juré.

Mon avis

Chez les filles et les Editions Anne Carrière m'ont fait parvenir ce roman. Je ne le regrette absolument pas. Merci à elles !
Je l'ai dévoré en 3 nuits, son histoire ne me quittait pas même quand le livre était refermé.
Le thème est dur : la violence familiale ; un père alcoolique, au chômage ; une mère qui ne sait plus comment s'en sortir et qui devient passive, sous les coups ; un grand frère Maxence qui donne de la couleur à ce monde si noir ; un grand frère avec une grande imagination, qui emmène Slimane, 11 ans, dans ses rêves pour lui faire oublier les cris, les coups, la terreur. Mais un grand frère qui, finalement, abdique, ne croit plus en la vie et part pour le Pays sans Adultes. Pour Slimane, c'est l'écroulement de son monde. Il se retrouve face au Démon, son père, seul. Il décide de rejoindre son frère mais est sauvé à temps. Il se retrouve dans un hôpital pour réapprendre à vivre. Il croise Valentine, Hugo, Sabrina, Romain, Marguerite. Tous blessés de la vie et ils réapprennent ensemble.
La première partie du roman est dur, très dur. Un peu longue aussi à mon goût. Toutes les métaphores possibles sont employées pour comparer le Démon et le monde idéal. Le noir contre les couleurs. La mort contre la vie. C'est très poétique, très beau mais je finissais par me demander si le roman n'était que ça. Et brusquement, on tombe dans la souffrance de Slimane, son incompréhension.
La suite du roman est empli d'espoir. On sent Slimane revivre, ses amis revivre et les couleurs reviennent, celles dont Maxence parlait.
Ce livre m'a fait sangloter deux ou trois fois tellement l'émotion, que je ressentais, était forte.

Je vous le recommande fortement.

Partager cet article

Repost 0
13 novembre 2008 4 13 /11 /novembre /2008 09:00
Résumé

" Orpheline, dyslexique, obèse. Les fées ne s'étaient apparemment pas penchées sur mon berceau. Mais cette farouche envie d'exister, que chaque épreuve venait renforcer, et les quelques anges gardiens que j'ai croisés m'ont aidée à devenir celle que je suis : imparfaite mais vivante. " Sauvée par une famille qui l'a cachée pendant la guerre, à la Libération, Odette se retrouve orpheline de ses deux parents, déportés à Auschwitz. Commence alors une enfance ballottée d'orphelinat en orphelinat, loin de ses frères et sœurs. Malgré sa rencontre avec la baronne de Rothschild, son " ange gardien " - qui recueille des enfants en détresse -, le chagrin, les mots qu'Odette n'arrive pas à exprimer et qui pourraient la soulager la plongent petit à petit dans la dyslexie et l'obésité. La vie professionnelle va lui offrir un nouveau souffle. L'amour des enfants dont elle s'occupe comme nurse l'apaise, mais ne soigne pas sa blessure originelle. A trente ans, un homme entre dans sa vie, qu'elle aime éperdument. Mais il se révèle jaloux et la bat. Un enfant naît, l'homme ne se calme pas. Odette et son fils sont obligés de fuir. L'errance reprend. A 55 ans, pour la fondation " Survivants de la Shoah " de Steven Spielberg, elle témoigne pour la première fois de son expérience. Les vannes s'ouvrent alors, un chemin de guérison devient possible : elle découvre la peinture et remplace les mots trop longtemps tus par des couleurs.

Mon avis

Cela fait 3 ans que cette autobiographie est dans ma PAL. J’avais commencé à le lire quand mes amis, eux-mêmes amis d’Odette, me l’ont prêté, mais je ne devais pas être prête.

Avec le recul, je me dis que tous les livres que j’ai lus sur la Shoah ces derniers mois m’ont amené lentement à celui-ci. J’avais sûrement besoin de me préparer moralement. Je craignais ce que j’allais lire, je craignais les souffrances subies par Odette que j’ai eu le plaisir de croiser deux ou trois fois.

Finalement, j’ai plongé et dévoré cette autobiographie en trois jours. Jusque-là, j’avais surtout lu des œuvres « traitant de l’intérieur » l’Holocauste. Avec Odette, on aborde la vie après. Comment se reconstruire, se construire tout court. Odette nous livre sa vie et ses souffrances avec pudeur. Son voyage en Israël m’a bouleversée ainsi que celui à Auschwitz. Voyages nécessaires à son deuil ainsi que son témoignage même si elle ne s’en aperçoit qu’après coup.

En tout cas, j’y ai retrouvé la Odette que j’ai croisée, vive, fraîche, amusante et pleine de couleurs ! Ce livre m’a donnée envie de la serrer dans mes bras sans rien dire parce qu’il n’y a rien à ajouter, tout simplement.


Partager cet article

Repost 0
12 novembre 2008 3 12 /11 /novembre /2008 09:00
Résumé

Paris, mai 2002. Julia Jarmond, journaliste pour un magazine américain, est chargée de couvrir la commémoration de la rafle du Vel’ d’Hiv. Au cours de ses recherches, elle est confrontée au silence et à la honte qui entourent le sujet. Au fil des témoignages, elle découvre, avec horreur, le calvaire des familles juives raflées, et en particulier celui de Sarah. Contre l’avis des siens, Julia décide d’enquêter sur le destin de la fillette et de son frère. Soixante ans après, cela lui coûtera ce qu’elle a de plus cher.
Paris, le 16 juillet 1942 : la rafle du Vel’ d’Hiv’. La police française fait irruption dans un appartement du Marais. Le petit Michel, paniqué, se cache dans un placard, et sa grande sœur Sarah, dix ans, l’enferme et emporte la clef en lui promettant de revenir. Mais elle est arrêtée et emmenée avec ses parents...

Mon avis


J'ai aimé ce roman mettant en avant la Rafle du Vel d'Hiv. Point noir de l'Histoire de France durant la 2eme Guerre mondiale, très rapidement étudié à l'école (quand c'est fait). La France semble atteinte d'amnésie quand on évoque ce douloureux passé. On ne peut juger les Français ayant participé à cette rafle, ayant livré des Juifs aux Nazis. Pour un certain nombre, ils ne faisaient qu'obéir aux ordres. Après, il y a la façon de les appliquer ...
J'ai aimé ce roman à double voix (voie ?).  D'un côté, Sarah qui nous raconte son calvaire, quand elle a laissé son frère en lui promettant de revenir et qu’elle n’oubliera jamais, quand elle s'est retrouvée dans les camps avec ses parents, puis seule face à d'autres Français et leurs attitudes.

D’un autre côté, Julia, journaliste américaine basée à Paris, peu heureuse en couple mais qui subit. Elle doit faire un article pour la commémoration de la Rafle du Vel d’Hiv et découvre qu’elle ne sait rien sur cet événement et surtout que les Français se taisent, ne veulent pas en parler.  Son enquête la mène sur la piste de Sarah et de son frère. Dés lors, sa vie et celle de ses proches seront liées à la leur. Elle découvre un pan de l’histoire de sa belle-famille, un secret comme il y en a eu tant d’autres durant la 2eme Guerre mondiale. Secret qui sera révélé et qui changera tout dans leur vie.


J’ai été bouleversée par l’histoire de Sarah, par tout ce qui s’est déroulé en juillet 42 et après. Les appartements dont les occupants étaient à peine raflés et qui étaient déjà loués ; les Français qui ont changé leur point de vue sur leurs voisins dés que ceux-ci ont eu une étoile jaune sur leur poitrine ; les gens qui ont tourné le dos par prudence. On ne peut juger, comment aurions-nous agi à leur place ?

L’histoire de Julia m’a moins touchée : une femme peu heureuse en couple et qui ouvre les yeux avec l’histoire de Sarah. Le happy end à l’américaine m’a peu touché tellement il était prévisible …


A lire pour Sarah et tous ceux qui ont été victimes.


Partager cet article

Repost 0

Menu


Fourre-tout 

  Semblerait que mon fan-club (aheum :D) ronchonne de mon peu de publications ces derniers temps... Je vais tenter de remédier à ça et d'être plus rigoureuse ! (j'ai bien dit "tenter" hein :D)

 

Légére modernisation du blog ! Je vous annonce la naissance d'une page facebook indépendante de ma page perso. Vous y retrouverez, outre les articles ici-présents (et à venir), des avis rapides sur des lectures qui ne feront certainement pas l'objet d'articles ici, des joies ou tristesses livresques.

Retrouvez-moi ! facebook.jpg 

 

PS : Je suis assez longue à répondre à vos comms. Pardon. Mais, ils me font chaud au coeur et je vous remercie de m'en laisser !

Pour me joindre : leslecturesdeRoudoudou(at)gmail.com
Fond d'écran trouvé chez Vladstudio

Rechercher

Lecture en cours !

 

Plein de choses...  Comme toujours :)

Archives

J'en suis membre !

Optimisé pour :

Mes livres sur Babelio.com


Ma Page sur Hellocotonhttp://www.wikio.fr