16 août 2011 2 16 /08 /août /2011 05:33

cendres-froides.jpg

Résumé [source: Electre] :
A la mort de son grand-père en 1999, Aurélien Cochet découvre que celui-ci aurait travaillé durant la guerre dans une maternité nazie accueillant des femmes enceintes de membres de la SS. Il plonge alors au coeur d'un des programmes les plus terrifiants du IIIe Reich jusqu'à mettre en danger ceux qu'il aime.

Mon avis :
Bon petit policier dont on ressort un peu plus cultivé !
Valentin Musso (oui, le frère de l'autre) nous fait découvrir un nouvel aspect de la 2ème Guerre Mondiale (oui, encore un et malheureusement sûrement pas le dernier ...) dans ce roman policier où les secrets de famille ont la part belle.
Écriture fluide, se lit facilement et l'histoire nous happe rapidement !

Partager cet article

Repost 0
15 août 2011 1 15 /08 /août /2011 11:10

maison au citronier

Résumé [source Electre] :


En 1967, en Israël, un jeune Palestinien, Bashir, frappe à la porte d'une vieille bâtisse flanquée d'un citronnier. C'est la maison où il a grandi. Bashir est accueilli par Dalia dont la famille, venue de Bulgarie, vit là depuis 1948. Sur le seuil de leur maison commune, Dalia et Bashir nouent malgré tout ce qui les sépare une amitié profonde qui survivra à quatre décennies de conflits.

 

Mon avis :


Si, comme moi, vous ne comprenez pas grand chose au conflit israélo-palestinien, ce livre est fait pour vous !
Pour moi, c'est LE livre à lire, LA référence dans ce domaine !
Écrit comme un roman, il nous narre une histoire vraie, comme il y en a tant d'autres là-bas. L'histoire d'une maison construite par les Arabes et habitée par les Juifs. Il nous parle de la création de l'état d’Israël, d'une décision prise en Europe et qui va bouleverser des millions de vies. Il nous parle d'hommes et de femmes, de sentiments, de souffrances, d'espoirs et de conflits. Il nous fait remonter le temps pour mieux comprendre le présent.
Il a fallu 7 ans à l'auteur pour arriver au bout de ce récit dense, cultivé, rigoureux et objectif.

Partager cet article

Repost 0
20 mars 2011 7 20 /03 /mars /2011 14:51

le-voisin.jpg

Quatrième de couverture

 

Un mari souvent absent. Un métier qui ne l'épanouit guère. Un quotidien banal. Colombe Barou est une femme sans histoires. Une de ces femmes auxquelles il n'arrive jamais rien. Comment imaginer ce qui l'attend dans le charmant appartement où elle vient d'emménager ? A l'étage supérieur, un inconnu lui a déclaré la guerre. Seule l'épaisseur d'un plancher la sépare désormais de son pire ennemi... Quel prix est-elle prête â payer pour retrouver sommeil et sérénité ?

 

Mon avis

 

Lu entre minuit de deux heures du mat'... Ça veut tout dire non ?

Une fois plongé dedans, vous ne le lâcherez pas  avant la fin !

Un suspens qui monte lentement mais sûrement !

Tatiana de Rosnay aime que ses héroïnes soient invisibles, insipides, dans une vie creuse qui pourtant semble les rendre heureuses (cf Spirales).

Imaginez, vous trouvez pour votre petite famille et vous l'appartement de vos rêves. Vous vous y installez et là, commence le cauchemar ! Un voisin que tout le monde qualifie de parfait vous pourrit la vie. Personne ne vous croit, même pas vos proches, surtout pas vos proches. Pour ceux-ci, de toute façon, vous n'êtes que la bonne cruche de service, Bobonne dans toute sa splendeur. Mais ce voisin qui vous pousse à bout va faire apparaître des aspects de votre personnalité que personne ne soupçonnait ... même pas vous ...

 

Vous voulez passer un bon moment ? Plus d'hésitation ! Passez chez votre libraire adoré et demandez lui "Le voisin" !

Partager cet article

Repost 0
20 mars 2011 7 20 /03 /mars /2011 14:46

Automne.jpg

Quatrième de couverture

 

Jerry Petersson est un riche avocat parvenu. Tout le monde le déteste. Aussi, quand on retrouve son cadavre dans les douves du château qu'il vient d'acheter, personne n'est étonné. Malin mène l'enquête, qui l'amène sur l'île de Ténérife. Un dépaysement dont elle a bien besoin. Rien ne va plus chez elle. C'est l'automne à Linkôping. Il pleut, le temps est maussade et froid. Malin, maintenant bien connue du public français, est toujours aussi fragile. Elle devra affronter ses vieux démons et sa solitude pour se lancer aux trousses du tueur.(source : Amazon)

 

Mon avis

 

J'avais beaucoup aimé les deux opus précédents Hiver et Eté et j'attendais avec impatience ce 3eme roman !

J'ai retrouvé avec plaisir Malin, Tove, Jan, Sven et toute l'équipe du commissariat, découverts dans Hiver et suivis dans Été.

Malin s'en veut de ce qui est arrivé à sa fille  (je n'en dis pas plus sinon je spoile ;)) et sombre de plus en plus dans l'alcool. Ses déboires familiaux se mêlent à cette nouvelle enquête. Un avocat est retrouvé mort dans les douves du château qu'il venait d'acquérir. Qui ? Pourquoi ? Et comme  dans les épisodes précédents, le mort  s'adresse à Malin se servant du mal-être de celle-ci pour excuser sa propre attitude.

L'enquête et la vie personnelle de l'équipe se partagent l'histoire sans jamais lasser le lecteur. Comme dans Hiver et Eté, l'atmosphère climatique est très bien retranscrite : à vos bottes et à vos cirés ! Il pleut !

 

Une enquête rondement menée, l'action est toujours lente mais comme dans les 2 précédents, on a hâte de tourner les pages ...

 

Vivement  Printemps !

 

Partager cet article

Repost 0
8 septembre 2010 3 08 /09 /septembre /2010 11:21

entrevue-de-St-Cloud.jpg

Quatrième de couverture

 

Le 3 juillet 1790, alors que la monarchie est en péril et l'avenir de la France incertain, Marie-Antoinette accorde à Mirabeau une audience secrète à Saint-Cloud. Ces quelques heures à la dérobée suffiront-elles au comte libertin pour renverser l'inexorable cours de l'Histoire ? Car, paradoxalement, une seule volonté anime l'orateur du peuple, élu du tiers état, celle de sauver le trône. Déployant toute son éloquence, le redoutable tribun saura-t-il rallier la reine â ses convictions ?

 

 

Mon avis

 

J'avais beaucoup aimé Un hiver avec Baudelaire, du même auteur, et j'attendais avec impatience ce nouveau roman. Harold Cobert nous entraîne dans un registre complètement différent : le roman en costume (dixit l'auteur).

On assiste à l'entrevue entre Marie-Antoinette et Mirabeau, durant la Révolution Française.Entrevue qui se fait à fleurets parfois pas très mouchetés entre deux personnes que tout sépare. D'un côté la Monarchie, de l'autre, la Révolution.

Harold Cobert nous fait suivre les raisonnements de chacun avec des flash-back nous permettant de comprendre pourquoi chacun réagit de telle ou telle façon : pourquoi Marie-Antoinette se gausse quand Mirabeau lui demande d'aimer son peuple de France.

Ce roman m'a donné envie de me plonger dans une biographie de Mirabeau (et pourquoi pas dans la thèse d'Harold Cobert : "Mirabeau, polygraphe : du pornographe à l'orateur politique" et qui sait donc de quoi et surtout de qui il parle quand il fait s'exprimer Mirabeau) ainsi que de relire une biographie de Marie-Antoinette et de rouvrir mes livres d'histoire sur la Révolution Française.

Ce livre est, en même temps, assez frustrant parce qu'il ne fait que toucher du doigt, qu'effleurer, des événements qui ont fait notre Histoire.
Monsieur Cobert, un très bon roman en costume, et non pas historique comme vous le signalez en toute modestie, mais un roman trop court !!

Partager cet article

Repost 0
7 juin 2010 1 07 /06 /juin /2010 11:16

un-hiver-avec-baudelaire.jpg

Quatrième de couverture

 

Sa femme l'a mis dehors, son CDD n'est pas prolongé. Philippe est happé dans la spirale infernale et passe de l'autre côté de la barrière sociale : SDF, confronté à la dure loi de la rue, faite de solitude, de honte et de violence. Jusqu'au jour où il rencontre Baudelaire. Grâce à cet inénarrable compagnon d'infortune, et avec l'aide d'un vendeur de kebab, d'une riche veuve et d'une dame pipi, il réussit à remonter la pente. Et à retourner à une vie normale.

 

 

Mon avis

 

Une claque ! Je me suis pris une claque à la lecture de ce roman qu'on ne peut lâcher, une fois commencé.

 

On suit la descente de Philippe, l'engrenage ; sa méconnaissance des aides existantes (pourquoi les connaître, ? il n'en avait pas eu besoin jusque là) ; son ex-femme (que j'ai eu envie de baffer un sacré nombre de fois) ; son amour pour sa fille qui lui permet de tenir ; les rencontres bonnes ou mauvaises et Baudelaire qui le trouve, le sauve.Tout ne tient qu'à peu de choses, aussi bien la chute que la remontée.

Les chapitres sont courts, leurs titres ont leur importance. Les phrases lors de la "survie" sont hachées, rapides, prenantes. Dés la moitié du livre, j'ai dû sortir la boite de mouchoirs. Il est rare que je pleure en lisant mais là, pfiouf que d'émotions indescriptibles. Je ne saurais dire pourquoi j'ai pleuré, parce que prise aux tripes, parce que c'est dur, c'est beau, c'est ... Pfiouf quoi !
Merci à M. Cobert pour ce beau roman. Pas si roman que ça..., je dirais un documentaire romancé. On ne peut pas romancer la misère humaine, ni le quotidien des SDF, ça serait un manque de respect.

 

À lire, relire ...

 

 

Elles ont beaucoup aimé, aussi : Koryfee, Laure, MadameCharlotte, Clarabel, ...

Partager cet article

Repost 0
28 mai 2010 5 28 /05 /mai /2010 15:01

 

l'empreinte sanglante

Quatrième de couverture

 

L'empreinte sanglante d'un pied nu, la suivre au long d'une rue...

sujet proposé par l'un des pères de la littérature américaine il y a un siècle et demi. 1 défi relevé par huit maîtres du thriller réunis pour la première fois. A 7 nouvelles inédites, sept intrigues d'exception.

 

 

Mon avis

 

Une série de nouvelles dont je parle à mon entourage depuis sa sortie, fin 2009. Que j'ai conseillé à moultes reprises (sans l'avoir lu, trop forte :p). Et que j'ai enfin pu lire ! 

 

Parmi les auteurs qui se sont pris au jeu, ( Cardetti, Chattam, Descosse, Giacometti, Giebel, Ravenne, Scalese et Thilliez.), je n'en connaissais que 3... Bon 4 si on compte Descosse que je n'ai jamais lu mais dont j'ai été une des victimes de son coup médiatique et qui, du coup, ne m'a pas donné envie de  le lire :D

 

Donc, ici , une série de nouvelles débutant toutes par une même phrase. J'aime bien les exercices de style de ce genre et surtout quand on ressent le plaisir pris par les auteurs qui se lâchent ! Et là, je peux vous dire que c'est le cas ! Du suspens, du "âmes sensibles s'abstenir" (merci M. Chattam ...), un peu de romantisme, du fantastique, etc.

Je dis un merci particulier à Maxime Chattam parce que bon, me retrouver dans la tête d'un tueur en série .. Pfiouf quoi !! M'en suis toujours pas remise ! Conséquence : Descosse, qui passe juste derrière, parait bien gentillet avec son raid sanglant ... (aucun acharnement hein  ! Juste un hasard alphabétique. Toute nouvelle passant après Chattam paraîtra  un peu fade...)

 

À recommander pour découvrir de nouveaux auteurs de polar, thriller, suspens. À recommander à quelqu'un voulant offrir un bon polar à un grand lecteur de polar ...

 

Bref, à lire surtout !

Partager cet article

Repost 0
26 mai 2010 3 26 /05 /mai /2010 14:50

Une fois n'est pas coutume, je ne commenterai pas un mais deux livres sur un même billet ! C'est la fête ! Bon, en même temps, j'avoue, mes avis seront courts parce qu'il m'est de plus en plus difficile de dire pourquoi j'ai aimé ou pas aimé un livre (ce qui explique, entre autre, mon silence et mon absence de billets)

 

J'ai découvert Karine Giebel lors de mon stage en librairie (bouhh la honte ! elle ne connaissait pas !! bouhhh !). Je connaissais de nom son  titre le plus célèbre : Les morsures de l'ombre, sans jamais l'avoir lu. Un autre de ses titres "Jusqu'à ce que la mort nous unisse" s'est pas mal vendu en fin d'année et mes collègues m'en ont parlé en bien et en plus, elle a fait une nouvelle dans un livre dont je parlerais plus tard "L'empreinte sanglante", aux côtés de Chattam, Thilliez et autres auteurs de polars. Je ne pouvais donc pas rester dans mon ignorance !

 

Karine Giebel est née dans le Var en 1971 (bon crû :D). Juriste de formation, elle s'adonne à sa passion qu'est l'écriture.

 

Pour la découvrir, j'ai souhaité commencé par un petit roman (au cazou ça ne me plairait pas, je suis pas si maso que ça quand même ). J'ai choisi Terminus Elicius.

 

Terminus-Elicius.jpg

Quatrième de couverture

 

Ayant une vie réglée au millimètre, Jeanne, jolie jeune femme discrète et mal dans sa peau, travaille dans un commissariat de Marseille, comme gratte papier, et vit à Istres avec sa mère. Train matin et soir, horaires fixes, routine sans défaut, du banal à en pleurer. Sauf que Jeanne ne pleure jamais... Une lettre, un soir dans le train, va bousculer le bel ordonnancement de sa vie, alors qu'un tueur en série sévit à Marseille, défiant l'équipe du capitaine Esposito, dont Jeanne est secrètement amoureuse...
Dès lors, Jeanne s'engage dans un voyage aux frontières du bien et du mal, dans un voyage au bout d'elle-même, parsemé de morts et surtout sans retour.

 

 

Mon avis

 

Ah bah je ne regrette pas mon choix ! Je l'ai dévoré ! Impossible de le lâcher ! On se prend d'affection pour Jeanne même si ce qu'elle fait nous retourne le coeur ! Sa timidité, son apathie, son invisibilité m'ont donné envie à moultes reprises de la baffer, de la secouer mais en même temps, je comprenais son silence. C'était sa façon à elle d'exister.

Un suspens qui monte tranquillou mais qui fait qu'on ne peut pas poser ce livre !

Bref, m'a donné envie de découvrir d'autres oeuvres de Mme Giebel !

 

 

Chose qui fut faite quelques semaines plus tard. J'ai croisé Les morsures de l'ombre chez un libraire d'occas (hey ho, je suis étudiante hein ;)). Ni une ni deux, hop l'affaire est dans le sac et je le commençais aussitôt, délaissant mes révisions sans vergogne ! (enfin ... mon peu de révision )

 

les-morsures-de-l-ombre.jpg

Quatrième de couverture

 

Elle est belle, attirante, disponible. Il n'a pas hésité à la suivre pour prendre un dernier verre. A présent il est seul, dans une cave, enfermé dans une cage. Isolé. Sa seule compagnie ? Sa séductrice et son bourreau. Et elle a décidé de faire durer son plaisir très longtemps. De le faire souffrir lentement. Pourquoi lui ? Dans ce bras de fer rien n'est dû au hasard. Et la frontière entre tortionnaire et victime est bien mince...

 

 

 

 

Mon avis

 

Je n'ai pas abandonné mon peu de révisions très longtemps... En le promenant un peu partout (tram, train, cours, rue), je l'ai lu en 3 h (oui, j'ai bien dit "cours" ! même pas honte ! Il me semble bien l'avoir fini en cours d'ailleurs ...). Et je me suis sentie orpheline en le fermant ! (et je ne spoile pas là !), j'aurai voulu qu'il dure encore et encore ! Et franchement, quand j'ai su qui était le tueur, je suis restée toute bête !  Je n'ai rien vu venir ! Et je vous envie, vous là ! qui ne l'avez pas encore lu ! parce que vous serez surpris, croyez-moi ! :)

 

 

Un autre !! Un autre !! Faut que je me trouve "Jusqu'à ce que la mort nous unisse" et que je guette la sortie, en août, de "Meurtres pour rédemption" Chez Fleuve Noir (première édition en 2006, aux éditions du rail) et en septembre, chez Pocket, de "Chiens de sang".

 

 

 

Alors soit, c'est un peu une lecture de plage, ça se lit vite, ça vide la tête mais on demande quoi à un livre ? qu'il nous fasse oublier tout, non ? (c'était mon humeur du jour :D)

 

 

(sources : Rue des livres)

 

 

Partager cet article

Repost 0
4 mai 2010 2 04 /05 /mai /2010 08:53

garance.jpgPrésentation de l'éditeur

 

Par une nuit froide, au cœur de la forêt de Mahlungstadt, un silence pesant envahit la demeure de Romain et Garance…Le lendemain matin, leur père, plongé dans son journal, leur apprend que sept chefs-d’œuvre ont été dérobés…à leur place se trouvent sept tableaux blancs. Alors que Garance rejoint sa chambre, elle constate avec stupéfaction que les couleurs de son poster « Arc-en-ciel » ont disparu ! Avec l’aide du Maître des Couleurs, les deux enfants vont tenter de résoudre ce mystère et partent à la recherche des sept pierres d’Arc-en-ciel au cœur du Royaume des Couleurs. En chemin, des rencontres surprenantes les attendent…

 

 

Mon avis

 

Vous connaissez tous et toutes, sûrement, le principe du livre audio : un livre lu par une seule personne (parfois deux) avec un peu de musique et pi c'est tout :) Là, les éditions Les mots en soie nous font redécouvrir le livre audio ! ça a la couleur du livre audio, ça ressemble à un livre audio mais c'est encore mieux qu'un livre audio ! Pourquoi ? Parce qu'il y a plus qu'une voix, il y a DES voix ! Celle de la narratrice mais aussi celles des enfants et celle du maître des couleurs. Chacun nous faisant découvrir le très joli conte écrit par Cécile Palusinski avec bonheur.

Mais outre ces voix, ce qui fait réellement la différence avec un livre audio classique, c'est l'habillage sonore. On n'écoute pas une lecture, on vit la lecture grâce aux sons, grâce à la musique (légèrement entêtante comme toutes les comptines pour enfants :D), qui comme le dit Cajanuage (l'illustratrice), donnent une autre dimension à l'histoire. Texte et musique forment un ensemble très poétique et nous font rêver.

 

Une histoire qui est pour les enfants mais du haut de mes presque 40 ans (oh purée, je suis vieille), je peux vous dire que j'ai apprécié. Moi qui suis une quiche en Art, j'ai appris des choses sur les couleurs, sur certains tableaux. Une histoire qui ne prend pas les enfants pour des idiots et qui est instructive. Je l'ai fait tester par le fils (5-6 ans) d'un de mes collègues à la librairie et même malade, il a apprécié et écouté quasi jusqu'au bout avec intérêt ! Test réussi quoi ;) (oui, je suis rapide à faire des stats, je sais ! cf Le poisson Mouillé :D)

 

Je pourrais vous coller des extraits du texte mais d'une, depuis que je tiens ce blog, il est rare que je mette des extraits et de deux, je peux faire mieux ! (elle peut le faire !! :D) Je peux mettre un lien avec des extraits dedans !! Garance et le maitre des couleurs. Un regret quant à ces extraits : vous ne pouvez pas entendre la musique si entêtante !

 

Vous pouvez trouver Garance dans touts les bonnes librairies (qui peuvent le commander si elles ne l'ont pas) et vous pouvez laussi a trouver sur le site Des mots en soie.

 

 

PS : je reconnais une certaine orientation subjective à ce billet ! Voilà ce que c'est que de vivre avec le mossieur qui a fait la musique si entêtante et l'habillage sonore de Garance ! :D J'espère que vous me pardonnerez ;)

 

Partager cet article

Repost 0
24 mars 2010 3 24 /03 /mars /2010 12:40
dix petits nègres Résumé

En a-t-on parlé de l’Île du Nègre! Elle avait, selon certains, été achetée par une star de Hollywood.Des journaux avaient insinué que l’Amirauté britannique s’y livrait à des expériences ultra secrètes. Bref, quand ils reçurent –sans savoir de qui– cette invitation à passer des vacances à l’Île du Nègre, tous les dix accoururent.


Mon avis

Je pensais l'avoir lu durant ma prime jeunesse. Eh bien non ! Je m'en serai souvenue !
Je pensais avoir trouvé qui était l'assassin. Eh bien non ! Y'avait de l'idée mais ce n'était la bonne personne !
Je pensais qu'après Chattam, Thilliez et consort, je n'aurai plus de crainte à lire un polar. Eh bien non ! Je me suis dit à un moment, "Je suis pas prête de dormir, moi !" (bon en même temps, il était un peu 1h du mat' et j'arrivais pas à décrocher !). Oui, je sais je suis facilement impressionnable et alors ? ;)
Bref, je n'ai rien à rajouter si ce n'est que décidemment Agatha Christie est imbattable et que j'ai envie de me replonger dans ses autres romans !

Si ce n'est pas fait, lisez-le ! (mais je pense que je devais être une des rares à ne pas l'avoir lu...).
Un bémol (oui, là aussi), la traduction un peu trop moderne à mon goût. J'aurai voulu retrouver le côté désuet d'Agatha Christie dont j'avais le souvenir.

Partager cet article

Repost 0

Menu


Fourre-tout 

  Semblerait que mon fan-club (aheum :D) ronchonne de mon peu de publications ces derniers temps... Je vais tenter de remédier à ça et d'être plus rigoureuse ! (j'ai bien dit "tenter" hein :D)

 

Légére modernisation du blog ! Je vous annonce la naissance d'une page facebook indépendante de ma page perso. Vous y retrouverez, outre les articles ici-présents (et à venir), des avis rapides sur des lectures qui ne feront certainement pas l'objet d'articles ici, des joies ou tristesses livresques.

Retrouvez-moi ! facebook.jpg 

 

PS : Je suis assez longue à répondre à vos comms. Pardon. Mais, ils me font chaud au coeur et je vous remercie de m'en laisser !

Pour me joindre : leslecturesdeRoudoudou(at)gmail.com
Fond d'écran trouvé chez Vladstudio

Rechercher

Lecture en cours !

 

Plein de choses...  Comme toujours :)

Archives

J'en suis membre !

Optimisé pour :

Mes livres sur Babelio.com


Ma Page sur Hellocotonhttp://www.wikio.fr