28 décembre 2007 5 28 /12 /décembre /2007 15:01

undefinedJ'aime beaucoup ce style de livre, où, à chaque chapitre ou presque, on change de lieu, de temps. Sentiment de lire plein de livres en même temps, du coup ! Pour une LCA comme moi, c'est le nirvana ! C'est une des première fois où je me surprends à boucler un chapitre avant de devoir fermer le livre. En général, je le ferme quand j'en ai marre de lire (oui, cela m'arrive), quand j'arrive à ma station de métro, bref quand nécessité oblige ! Hop, un marquetapage et on ferme ! Là, je tentais de finir un chapitre à chaque fois, quitte à en louper ma station !

 

Dans ce livre, on suit d'un coté, Paul Tomm, jeune journaliste de 23 ans, en poste dans un journal local, qui se complaît là où il est mais il avoue lui même que sa vie frise l'ennui. Il se retrouve à faire une notice nécrologique sur un professeur de son ancienne université située pas très loin, et là ... C'est l'engrenage. La notice ne se révèle pas si simple que ça à faire, beaucoup de choses mystérieuses dans la vie de ce professeur qui semblait pourtant si tranquille. D'un autre coté, les autres chapitres nous font découvrir un objet différent à chaque fois, le contexte dans lequel est vu pour la dernière fois, son détenteur etc... Chaque objet a sa notice : date de fabrication, lieu de fabrication, valeur ... Tous ces objets ont été en fait dérobés en 1154 à Al-Idrisi, géographe du roi Roger II de Sicile. Dispersés aux quatre coins du monde,ils étaient les outils d'un alchimiste.

 

Gros gros travail de l'auteur, grande érudition un livre dont on ne ressort pas idiot, on y croise un athanor, entre autre. Tous les chapitres débutent par des citations. l'auteur jongle avec des histoires différentes à chaque objet. Je me dis que cela a dû être amusant mais aussi sportif à écrire !

 

Voilà mon impression à la moitié du livre. Depuis que j'ai écrit ces lignes, j'ai fini ce roman et je suis assez déçue. Pour moi, ce n'est qu'un livre en plus sur cette quête du Graal qu'est l'alchimie, cet l'art de faire la pierre philosophale qui a le pouvoir de transmuter le plomb en or, entre autre. La liaison se fait entre les objets et l'enquête sur le vieux professeur. Mais je n'ai pas été convaincue par la fin.

Partager cet article

Repost 0
Published by Anne - dans Lus
commenter cet article
28 décembre 2007 5 28 /12 /décembre /2007 09:30
Je suis toute décalée dans mes mots, moi :D

Je repasse rapidement (pendant que j'ai accès au pc chez Chéri d'amour !) pour vous présenter un mot que je trouve joli : Jarter. Joli dans  sa phonétique.  J'imagine bien un objet voler et atterrir ... jarter quoi :p

Pour le wiki (et lexilogos n'a rien voulu dire, lui) ça veut dire se faire renvoyer, virer ... Pour moi, c'est dégager un objet, l'envoyer bouler (je passe par le vocabulaire de tous les jours, je ne retrouve plus mes mots civilisé :p), avec cette notion de jet, de violence peut être ?


Bon réveillon à tous et toutes !

Partager cet article

Repost 0
18 décembre 2007 2 18 /12 /décembre /2007 18:01
Oui je sais je suis en avance, mais quand vous verrez le mot, vous comprendrez  pourquoi :D

Le mot est "VACANCES" !!!

Ce nom vient de vacant, du latin vacans, participe passé du verbe vacare :
 
- être libre, inoccupé, vacant (par exemple une place, une maison...)
 
- être inoccupé, oisif (avoir du temps libre)
vacuus (adjectif) : vide, inoccupé, libre
vacui dies : jours de loisirs
vacatio(-onis) : exemption, dispense
vacuitas : espace vide ; absence de quelque chose, d'où : vacuité
 
La vacance d'une charge, c'est une charge sans titulaire (un poste vacant)
 
Les vacances désignent à l'origine la période pendant laquelle les élèves cessent leurs études, puis les jours de vacances désignent les jours où l'on interrompt le travail pour se détendre.
 

Le latin vacare a donné en français vaquer :
vaquer (à), c'est s'occuper à faire quelque chose : je vais vaquer à peindre (je vais occuper mon temps libre, week-end, RTT, congés..., à peindre)
vaquer, c'est aussi suspendre ses fonctions, être en vacances : je vais vaquer tout le mois d'août !

En ancien français, un vacant désigne un oisif, une personne en vacances (ce sens a aujourd'hui disparu). Aujourd'hui, un vacancier désigne l'estivant : le vacant estival !

Les vacances ont remplacé les vacations : cependant ce terme subsiste aujourd'hui dans le domaine du droit : les vacations désignent les vacances judiciaires, c'est à dire la période pendant laquelle les tribunaux interrompent leurs travaux.

Quel bonheur d'être "en vacations" !
 
C'est ce terme qu'emploie l'espagnol : estar de vacaciones.


Allez ! à dans 3 semaines au pire ! au mieux bah euh à avant !!



Partager cet article

Repost 0
13 décembre 2007 4 13 /12 /décembre /2007 19:59

Le mot du jour est le mot colère. Je ne retiendrai que cette définition.


 [En parlant d'une pers.] Vive émotion de l'âme se traduisant par une violente réaction physique et psychique. Une grande, grosse, juste, sainte, terrible, violente colère.

 Je veux dire que la plus redoutable colère vient de l'impatience de ne pouvoir maîtriser la colère. (...). Ce genre de colère, qui s'accroît par un effort maladroit pour la vaincre, est propre à l'homme, il me semble. Alain, Propos, 1924, p. 586.


ça sera tout sur ce mot pour ce soir :)

Partager cet article

Repost 0
6 décembre 2007 4 06 /12 /décembre /2007 19:58


anti.1196596691.jpg
Résumé
De quoi parle l'Anticyclopédie Universelle ? C'est très simple : d'absolument tout. Depuis les dinosaures jusqu'à la Grande Muraille de Chine, en passant par l'Apocalypse, Pif-gadget, et la recette du philtre d'amour, chaque sujet est abordé en détail, dans un souci de rigueur scientifique qui force l'admiration. Comme les meilleurs spécialistes n'étaient pas disponibles, nous avons dû vérifier par nous-mêmes le nombre de poils de l'opossum ou la distance entre la Terre et Pluton. Mais nous ne regrettons rien, car nous avons la certitude que cet ouvrage sera utile à nos contemporains : il s'agit là d'une étape considérable dans le progrès des connaissances humaines.



Partager cet article

Repost 0
Published by Anne - dans A voir
commenter cet article
6 décembre 2007 4 06 /12 /décembre /2007 19:26
Enfin je vais essayer de  m'y tenir, je promets rien hein :p

Donc aujourd'hui nous sommes jeudi et j'adopte le mot  ... le mot ...  Athanor !! non on ne répond pas "à tes souhaits  !". Je viens de le croiser  en lisant "la bibliothèque du géographe" (je sens que je vais apprendre plein de  choses avec ce livre :D).

Mais c'est quoi donc ?

anathor.jpg ça ressemble à ça ! (image tirée du même livre, toujours :)


Je cite  :  "un athanor est  la partie supérieure d'un appareil servant à la distillation. Celui-ci est composé de verre résistant  de couleur verte, haut de trente -six centimètres, et dont le diamètre le plus large à la base mesure  dix-huit centimètres. La partie supérieure est mince et flûtée, et fait un coude vers la droite ; placés au-dessus  d'une distillerie, les athanors servent de  vase communicant aux vapeurs. L'intérieur est tapissé  d'une couche de matériau gris qui semble être un mélange de  plomb, de fer et d'antimoine, ainsi que d'une matière organique, composée en partie d'os humain et canins. Des traces de roussi, visibles sur la base de l'athanor, remontent sur  cinq centimètres. Aucune odeur perceptible.

Année de fabrication : date inconnue. On évalue la date de fabrication entre  100 avant J.-C. et 300 après J.-C.

Fabricant : inconnu. Malgrè son ancienneté, la facture de l'athanor est exceptionnellement soignée ; sa forme - d'une simplicité trompeuse - témoigne d'une attention, d'un soin, d'un savoir-faire et d'une adresse rares.

Lieu d'origine : Egypte hellénique. le mot "athanor" provient du mot arabe al tannur, qui signifie four." (la bibliothèque du géographe).


Lexilogos en dit quoi ?
Etymologiquement : Emprunté au latin médiéval athanor « id. » (cf. Liber de Septuaginta, trad. lat. d'un traité ar. d'alchimie ds Mém. de l'Ac. des Sciences, t. 49, 1906, p. 318), de l'arabe al tannūr « id. », proprement « le four », attesté depuis. le Coran, de l'araméen tanūra qui remonte au sumérien tinur, tunur. L'espagnol atanor est attesté plus tard que le mot français (fin xve s. d'apr. Cor. et Al.) mais l'emprunt du latin médiéval à l'arabe a probablement eu lieu dans la Péninsule Ibérique (v. FEW t. 19, s.v. tannūr).

Au fait, c'est un substantif masculin ! on dit UN athanor, c'est un mossieur:p

Le wikipédia dit quoi, lui ?

Un athanor est un terme d'alchimie désignant un four, utilisé pour fournir la chaleur pour la digestion alchimique.
Athanor vient de l'Arabe 'at-tannūr' (التنور) qui veut dire le fourneau, le four à pain ou encore la source d'eau chaude.

Un processus important dans l'alchimie était la distillation. Les substances amenées à l'état gazeux par réchauffement, condensaient sur les parois du vaisseau avant de couler dans un récipient préconçu à cet effet. On pouvait aussi obtenir de la même manière des substances par sublimation: un matériau solide était réchauffé et ses gaz s'accumulaient sous forme de corps solides dans les endroits plus frais de l'appareillage de sublimation. Un troisième procédé était la dite digestion alchimique: les substances étaient placées dans un récipient clos pour un certain laps de temps, à une température régulière, susceptibles d'y subir une transformation chimique ou d'arriver à une quelconque maturation.

Au Moyen Âge il s'avérait difficile de régler la température des fours. L'invention du coulisseau capable de réguler l'arrivée d'air permit d'obtenir des températures différentes dans le même four. Avant l'avènement de cette invention, l'alchimiste devait impérativement posséder un four particulier pour chaque température.

Architecture et types de fours :

Les fours était habituellement construits à base de briques et mastiqués avec une glaise spéciale. Il y eut aussi des fours métalliques à base de cuivre ou de fer, ainsi que des fours en argile. Les combustibles utilisés étaient le bois ou le charbon. Chaque four intégrait en principe une pièce pour les cendres, une autre pour le feu et une troisième qui servait d'atelier, qui étaient toutes séparées l'une de l'autre.

L'athanor était aussi appelé four philosophique, car il devait permettre de réaliser la pierre philosophale (lapis philosophorum). Dans un tel four, une substance pouvait être traitée sur un période prolongée à une température précise et régulière. La construction avait la forme d'une tour, et à son intérieur on trouvait un récipient ovale (l'oeuf philosophale). Ce récipient contenait la substance qui devait se transformer en la pierre philosophale.

Au XVIe siècle un four vit le jour (aussi appelé Henri le paresseux ou en latin piger henricus pour le confort qu'il permit dans son utilisation) qui possédait une buse à combustible séparée, permettant une alimentation du feu en charbon de bois quasi automatique. L'alchimiste n'avait donc pas à surveiller la combustion de manière permanente.

Voilà !!

Pfiouf !


Partager cet article

Repost 0
2 décembre 2007 7 02 /12 /décembre /2007 14:21
3712195.jpgRésumé
Maintenant détenteur d'une licence de privé de l'Etat de Californie, Easy Rawlins envisage d'attaquer un camion blindé avec Mouse, son très violent ami de toujours: il n'a pas les quinze mille dollars qu'il lui faudrait pour sauver Feather, sa fille adoptive, d'une maladie grave. Mais il hésite: outre les risques encourus, enfreindre la loi lui pose problème. Heureusement, un autre ami lui propose une enquête : aller à San Francisco retrouver un riche avocat blanc et sa secrétaire noire, Cinnamon Cargill, qui ont disparu. Mais l'affaire est potentiellement encore plus dangereuse. Son nouvel employeur, Robert E. Lee (oui, comme le célèbre général sudiste), n'est pas très clair et, pour être superbe, Cinnamon n'est pas une tendre.



Mon avis

J'ai eu du mal !!! beaucoup de mal !
A priori, l'histoire a l'air sympa. Un mec qui a besoin d'argent pour sa fille malade et qui, du coup, se retrouve emberlificoté dans une histoire pas possible où il risque sa vie.
L'histoire est bien ... mais quand on retire tout ce qui n'est pas lié à l'histoire citée ci-dessus, il doit rester au bas mot 1/3 du livre ...Bon, on découvre que ça se passe dans les années 60 aux Etats-Unis, qu'Easy est un  black qui a fait la 2eme Guerre Mondiale et qu'il est persuadé que son pays est le plus beau, le plus fort et que non, on ne peut pas avoir pu penser faire des affaires avec les nazis !  On a droit à tous les poncifs du genre "si vous saviez comme c'est dur d'être black dans ce pays". Je ne miminime pas ce fait, loin de là,  mais j'ai trouvé ça très mal amené, pas placé où il faudrait. Bref, je dis bof !

Partager cet article

Repost 0
29 novembre 2007 4 29 /11 /novembre /2007 18:12
J'ai rejoint, il y a peu, une communauté "adoptez un mot" ! Oui ! sauvons ces mots peu usités, mettons les à l'honneur !!

Aujourd'hui, j'ai décidé d'adopter le mot emberlificoter !

Au 18ème siècle, on avait  embarelicoter : "rendre amoureux"
Déformation d'emberlucoquer : "embarasser"
Embirelicoquer, composé du radical berl- désignant un petit objet agité de mouvements divers (voir  Breloque), et de coque, « chose sans valeur ».

Sens 1 : (s') Embarrasser, gêner dans les mouvements (ça m'arrive souvent ça :p)
sens 2 : (s') Emmêler, entortiller.
sens 3 : Amener quelqu'un par de belles paroles à faire ce que l'on souhaite ; le tromper, le duper.
sens 4 : S'embrouiller (dans un récit, une histoire etc).

Les synonymes : cafouiller, s'embrouiller, s'empêtrer, s'enchevêtrer, s'entortiller.(ça peut toujours servir ;)

Et en général, je fais tout en même temps ... Je m'emberlificote dans mes explications tout en m'emberlificotant les cheveux tout en chutant parce que mes pieds se sont emberlificotés !

Partager cet article

Repost 0
27 novembre 2007 2 27 /11 /novembre /2007 19:41
autobiographiecourgette2.jpgRésumé
"Depuis tout petit, je veux tuer le ciel". Ainsi commence l'histoire racontée par Icare, un petit garçon naïf et inculte, surnommé Courgette, qui, à neuf ans, vit à la campagne avec sa mère. Depuis son accident, la mère de Courgette ne travaille plus à l'usine et boit des bières en regardant la télévision du matin au soir. Elle s'occupe peu de son fils qui n'apprend rien à l'école et joue seul pour la plupart du temps. Les rares dialogues échangés passent par la télévision, source d'inspiration de Courgette qui ne connaît la vie qu'à travers le petit écran. Un jour, Courgette découvre un revolver et tue accidentellement sa mère. Le juge le déclare "incapable mineur" et Courgette est envoyé dans une maison d'accueil. Mais pour Courgette, contrairement aux autres enfants, la maison d'accueil est loin d'être "une prison". L'apprentissage d'une vie passe désormais par les Fontaines et tous les rêves de Courgette deviennent possibles.


Conseillé par mon fils virtuel (je dois y voir un message ? Courgette ... tout ça ... :D)

Pour mon avis, rendez vous là haut

Partager cet article

Repost 0
Published by Anne - dans Lus
commenter cet article
27 novembre 2007 2 27 /11 /novembre /2007 13:26
tobielolness.jpgRésumé
Tobie et sa famille appartiennent au peuple de l'arbre qui réside dans un vénérable chêne, ruche de vie. Le jeune héros mesure quelques millimètres, ce qui lui rend la vie bien difficile. Le père de Tobie, grand savant, refuse de révéler sa dernière découverte scientifique qui pourrait bouleverser non seulement leur vie à tous mais aussi les projets de certains membres du Grand Conseil... Ce refus va entraîner la famille de Tobie dans la déchéance. Emprisonné, le jeune héros va se retrouver propulsé seul dans de terribles aventures...


Pourquoi cette envie de le lire ? parce que les commentaires que je trouve sur les différents blogs de lecture  où je me ballade(cf la colonne de gauche), sont enthousiastes au plus haut point ! Je suis curieuse de vori si je partagerais ces points de vue ou pas. C'est un livre jeunesse, soit mais Harry Potter aussi si je ne me trompe ;)

Partager cet article

Repost 0

Menu


Fourre-tout 

  Semblerait que mon fan-club (aheum :D) ronchonne de mon peu de publications ces derniers temps... Je vais tenter de remédier à ça et d'être plus rigoureuse ! (j'ai bien dit "tenter" hein :D)

 

Légére modernisation du blog ! Je vous annonce la naissance d'une page facebook indépendante de ma page perso. Vous y retrouverez, outre les articles ici-présents (et à venir), des avis rapides sur des lectures qui ne feront certainement pas l'objet d'articles ici, des joies ou tristesses livresques.

Retrouvez-moi ! facebook.jpg 

 

PS : Je suis assez longue à répondre à vos comms. Pardon. Mais, ils me font chaud au coeur et je vous remercie de m'en laisser !

Pour me joindre : leslecturesdeRoudoudou(at)gmail.com
Fond d'écran trouvé chez Vladstudio

Rechercher

Lecture en cours !

 

Plein de choses...  Comme toujours :)

Archives

J'en suis membre !

Optimisé pour :

Mes livres sur Babelio.com


Ma Page sur Hellocotonhttp://www.wikio.fr