30 janvier 2008 3 30 /01 /janvier /2008 20:09
Un mot que j'ai toujours trouvé, phonétiquement parlant, joli : nonobstant.

Étymologie

    De non et de l'ancien français obstant lui même tiré du latin obstans, participe passé du verbe obstare, faire obstacle.

Adverbe

   1. Utilisé selon le cas en tant qu'adverbe ou préposition, et signifiant : "sans être empêché par quelque chose", "sans s’y arrêter".
   2. Dans une fédération est utilisé par le membre qui ne veut pas qu'une législation s’applique à lui.

              * Cependant, ajoute-t-il, il faut que le premier ministre accepte une « clause nonobstant » dans la Charte. Trudeau se montre alors intraitable.
              * À la reprise des travaux, en ce matin du 5 novembre, le premier ministre Trudeau donne la parole au premier ministre de Terre-Neuve, Brian Peckford, qui propose une entente en cinq points, dont le plus important est l’inclusion dans la Charte d’une « clause nonobstant ». René Lévesque se rend alors compte qu’il avait mal évalué la solidarité du front commun des huit provinces.
              * «Pour le moment, je vous dis qu'il n'y a aucune option écartée. Toutes les options sont sur la table, de l'option la plus minimaliste jusqu'au recours au nonobstant. Le nonobstant n'est pas rejeté.» (Bouchard n'exclut pas le recours au nonobstant).

   3. Ce terme peut également être utilisé dans le sens de 'cependant’, 'toutefois’, 'néanmoins’, 'par contre', 'pourtant’, 'malgré'.

          Savoir que la cigarette est nuisible et continuer à fumer nonobstant.
          “Nonobstant toute cote de sécurité figurant sur ce document, les renseignements qu’il contient sont désormais considérés comme non-classifiés.

Synonymes

    * cependant
    * toutefois
    * néanmoins
    * pourtant
    * malgré

Partager cet article

Repost 0
28 janvier 2008 1 28 /01 /janvier /2008 20:10
undefinedRésumé
Dans un restaurant de Tel Aviv, une jeune femme se fait exploser au milieu de dizaines de clients. À l'hôpital, le docteur Amine, chirurgien israélien d'origine arabe, opère à la chaîne les survivants de l'attentat. Dans la nuit qui suit le carnage, on le rappelle d'urgence pour examiner le corps déchiqueté de la kamikaze. Le sol se dérobe alors sous ses pieds: il s'agit de sa propre femme. Comment admettre l'impossible, comprendre l'inimaginable, découvrir qu'on a partagé, des années durant, la vie et l'intimité d'une personne dont on ignorait l'essentiel? Pour savoir, il faut entrer dans la haine, le sang et le combat désespéré du peuple palestinien...

Mon avis
Je m'attendais pas à ça. Un très beau roman politique mais aussi humain. Comment un homme découvre que la femme qu'il aime n'est pas celle qu'il croit connaître, mais qu'elle est une kamikaze, comment elle en est arrivée à tuer des inconnus, des enfants,  pour une cause. Il mène une enquête comme tout homme désespéré par la mort de l'être cher. Il se retrouve confronté à ces hommes, ces femmes qui n'ont en tête que cette cause palestinienne. Lui, le palestinien,  qui a réussi en Israël retourne à ses origines, se retrouve confronté à ses souvenirs. La scéne de destruction de la maison patriarcale est très forte d'émotion, de sens. On voit, ainsi, que l'on peut basculer rapidement et devenir un kamikaze. L'auteur montre bien ainsi l'engrenage de ces deux causes, et l'escalade de cette violence.

Merci à Olivier de me l'avoir conseillé et à Marie de me l'avoir prêté.

Partager cet article

Repost 0
19 janvier 2008 6 19 /01 /janvier /2008 17:57

Oula !!! Le salon du livre 2008 arrive à grand pas ! 

Il se tiendra, comme  d'habitude, Porte de Versailles, Hall 1  à Paris.
Les dates ? du 14 au 19 mars inclus !
Le pays  mis à l'honneur ? Israël  !



Qui sera présent ? Le choix du ministère des Affaires Etrangères et du Centre National du Livre (CNL) s’est porté sur 39 auteurs de fiction (roman, poésie, bande dessinée et littérature jeunesse), privilégiant les écrivains de langue hébraïque traduits et publiés en français et qui vivent en Israël : Elie Amir,Aharon Appelfeld, Gabriela Avigur-Rotem, Benny Barbash ,Ron Barkaï, Orly Castel-Bloom, Lizzie Doron, Israël Eliraz, Haïm Gouri, Michal Govrin, David Grossman, Amir Gutfreund, Alon Hilu, Shifra Horn, Miron C. Izakson, Sayed Kashua, Judith Katzir, Etgar Keret, Alona Kimhi, Ron Leshem, Savyon Liebrecht, Mira Maguen, Edna Mazya, Sami Michaël, Agi Mishol, Rutu Modan, Eshkol Nevo, Rony Oren, Amos Oz, Israel Pincas, Igal Sarna, Meir Shalev, Zeruya Shalev, Youval Shimoni, Ronny Someck, Zvi Yanaï, Avraham B. Yehoshua, Nurit Zarchi, Boris Zaidma.

Des animations : La Place des livres, reflet de toute l’actualité du Livre avec 40 débats nous invitant à partager un moment avec les auteurs des dernières parutions, à rencontrer de jeunes talents, à débattre des nouvelles tendances avec des spécialistes, à découvrir les coulisses de l’édition ...

Un fil rouge : la place de la culture en  politique, économie etc …

Innovation : un lecteur studio où chacun pourra enregistrer le texte de son choix et repartir avec !

Un village manga pour les afficionados ! Un coin « lecture de dem@in » où seront mis en avant les e-book ; les supports nomades comme les pda, les blogs ; la numérisation etc.

Et ! Et !! Le Chat de Philippe Gelluck fête ses  25 ans !! Une exposition de 300 m² lui sera consacrée avec bien sur des séances de dédicaces !

Parlons dédicaces justement ! La liste est longue, j’y ai entraperçu Anna Gavalda, Charles Aznavour, Anne Sylvestre, Bernard Pivot, Pierre Naudin, Eric Michel, Renaud Marhic etc.

Un concours : Pour la  3eme année consécutive TECHNIKART lance la 3ème édition du concours manuscrits, après lecture des fictions, romans et recueils de nouvelles, envoyés par les lecteurs de Technikart, le grand gagnant aura l’opportunité de rencontrer la rédaction de Technikart et être lu lors du salon du livre sur le stand de Technikart, au mois de mars. Vous êtes intéressés ? inscrivez-vous là avant le 10 février 2008 :

TECHNIKART
CONCOURS MANUSCRITS 2008
2 rue de la Roquette
Passage du cheval blanc
75011 PARIS.

 

Pour nos jeunes dessinateurs, un Speed Booking se fera à l’escale BD, tous les jours de 10 h à midi ! Le moment où jamais pour se faire aider, conseiller ?

Je sens qu’on va être gâté encore !

Par contre, du coup j’ai un défi : tenter de diminuer ma PAL en un peu plus d’un mois … Sachant qu’il y a des livres achetés au salon 2007 qui me crient « Lis-moi !! Lis-moi !! »



J'ai tout copité là :  salon du livre  2008

Partager cet article

Repost 0
Published by Anne - dans Evénements
commenter cet article
16 janvier 2008 3 16 /01 /janvier /2008 18:38
undefined Résumé
"Depuis tout petit, je veux tuer le ciel". Ainsi commence l'histoire racontée par Icare, un petit garçon naïf et inculte, surnommé Courgette, qui, à neuf ans, vit à la campagne avec sa mère. Depuis son accident, la mère de Courgette ne travaille plus à l'usine et boit des bières en regardant la télévision du matin au soir. Elle s'occupe peu de son fils qui n'apprend rien à l'école et joue seul pour la plupart du temps. Les rares dialogues échangés passent par la télévision, source d'inspiration de Courgette qui ne connaît la vie qu'à travers le petit écran. Un jour, Courgette découvre un revolver et tue accidentellement sa mère. Le juge le déclare "incapable mineur" et Courgette est envoyé dans une maison d'accueil. Mais pour Courgette, contrairement aux autres enfants, la maison d'accueil est loin d'être "une prison". L'apprentissage d'une vie passe désormais par les Fontaines et tous les rêves de Courgette deviennent possibles.


Mon avis
Grand merci à mon fils virtuel de me l'avoir conseillé et surtout offert ! Un pur moment de bonheur ! Un très bel exercice de style de la part de l'auteur qui emploie un style enfantin qui nous fait vraiment rentrer dans la vie du personnage, le héros :  Icare, alias Courgette. On partage tout de sa vie pendant un an, la mort de sa mère, son arrivée dans la maison d'accueil, ses nouveaux amis, des enfants eux aussi blessés par la vie. On y voit, avec beaucoup de pudeur, leurs blessures racontées avec des mots d'enfants, c'est peut être ce qu'il ya de plus bouleversant. Des remarques sur le monde des adultes : "Des fois, les grandes personnes faudrait les secouer pour faire tomber l'enfant qui dort à l'intérieur". Franchement, par moment, j'en oubliais que c'était un adulte qui écrivait tellement j'étais prise par l'histoire. Un bémol, le livre va crescendo jusqu'à l'anniversaire de Courgette et là, après ce chapitre, j'ai ressenti comme un vide. L'ambiance n'était plus la même, un sentiment de chapitres écrits pour combler. Bon, cela ne m'a pas empêché d'y aller de ma tite larme à la fin, bien sur ! (pas qu'à la fin d'ailleurs ;).
Courgette voit, malgré ses blessures, la vie avec de la couleur comme lui dit Camille. Pour les autres enfants, c'est comme une bouffée d'air pur, eux qui ne voient la vie qu'en noir et blanc, comme lui dit Simon. Simon, le pti dur du moins c'est l'impression qu'il donne. Camille, si douce, posée, intelligente, mais blessée elle aussi. Son histoire avec Courgette est mignonne comme tout et fait leur force ! Icare va beaucoup l'aider et inversement ! Cependant, parfois,  je me demandais si la naïveté de Courgette ne cachait pas un léger handicap mental, tellement elle est poussée.

En tout cas, ce livre est une bouffée d'air frais, comme un bonbon que l'on savoure tranquillement !

Partager cet article

Repost 0
12 janvier 2008 6 12 /01 /janvier /2008 10:34
Un mot que j'ai appris cette semaine au travail, "Bicher". Quand mes collègues m'ont dit :  "tu ronchonnes mais tu nous biches quand même", je les ai regardées avec des yeux en soucoupe et un superbe point d'interrogation au dessus de la tête ! Kézako ai-je dis ? et là ce sont-elles qui m'ont regardée étonnées que je ne connaisse pas ! D'après ce que j'ai compris de leurs explications, c'est l'ancêtre du mot kiffer ! Enfin c'est mon raccourci traduction à moi !  (Jespère que j'ai bien capté :D)
Sur Lexilogos, je trouve ça : Embrasser familièrement quelqu'un., mais aussi : Aller bien, être en voie de réussite, s'accorder ensemble.

En tout cas, j'ai trouvé que c'était un joli mot !

Partager cet article

Repost 0
9 janvier 2008 3 09 /01 /janvier /2008 20:33
85.jpgRésumé : Chaque jour, il doit organiser son existence solitaire dans une cité à l'abandon, vidée de ses habitants par une étrange épidémie. Un virus incurable qui contraint les hommes à se nourrir de sang et les oblige à fuir les rayons du soleil... Chaque nuit, les vampires le traquent jusqu'aux portes de sa demeure, frêle refuge contre une horde aux visages familiers de ses anciens voisins ou de sa propre femme.
Chaque nuit est un cauchemar pour le dernier homme, l'ultime survivant d'une espèce désormais légendaire.


Mon avis :  J'ai beaucoup aimé ce livre, conseillé par Chéri d'amour. On est pris par l'atmosphére, cet homme seul qui se retrouve face à des mutants qui  ne sont que ses voisins après tout mais atteints d'un virus. La fin explique le titre très bien. Très prenant, très agréable, je l'ai lu très vite ! Par contre, nous sommes allés voir le film ... Rien à voir avec le livre, très américanisé, plein de bons sentiments, la bonne morale qui va bien etc ... A voir pour passer le temps quoi.

Partager cet article

Repost 0
9 janvier 2008 3 09 /01 /janvier /2008 19:31
undefinedRésumé :  " Ton collègue blond est assez emmerdant mais je l'aime bien, et puis il est généreux. Il se pose des questions sans fond, il s'inquiète et ça fait le bruit des vagues. Toi en revanche, tu fais le bruit du vent. Ça se voit à ta manière de marcher, tu suis ton souffle. Ton ami blond voit une flaque. Il s'arrête, examine la chose et il la contourne, il prépare bien son affaire. Toi, tu ne vois même pas cette flaque mais tu passes à côté sans le savoir, au flair. Tu piges ? T'es comme un magicien... " Il a raison ce clochard, le commissaire Adamsberg est un véritable magicien. Trois nouvelles pour le prouver, trois enquêtes du commissaire, à Paris, là où coule la Seine.


Mon avis : J'aime Fred  Vargas, son commissaire qui a un côté Columbo qui pousse bien (lui manque le chien ;), ses personnages atypiques, ici un clochard et son caddie surnommé Martin, un  type saoul en salle de dégrisement qui réclame un  cintre pour son costume, Danglard, le fidèle assistant un peu beaucoup alcolo ... Il n'y a pas de suspens dans ces 3 nouvelles, elles sont résolues comme ça sans effusion de sang, de courses poursuites etc ... Mais juste par des échanges, des personnalités qui se croisent.

Partager cet article

Repost 0
Published by Anne - dans Lus
commenter cet article
6 janvier 2008 7 06 /01 /janvier /2008 19:45
413S4H3WXWL.-SS500-.jpgRésumé  : Antigone appartient aux légendes attachées à la ville de Thèbes. Elle est l'une des enfants nés de l'union incestueuse du roi de Thèbes Œdipe et de sa propre mère, Jocaste . Antigone est la sœur d'Ismène, d'Etéocle et de Polynice. Elle fait preuve d'un dévouement et d'une grandeur d'âme sans pareils dans la mythologie.

Quand son père est chassé de Thèbes par ses frères et quand, les yeux crevés, il doit mendier sa nourriture sur les routes, Antigone lui sert de guide. Elle veille sur lui jusqu'à la fin de son existence et l'assiste dans ses derniers moments.

Puis Antigone revient à Thèbes. Elle y connaît une nouvelle et cruelle épreuve. Ses frères Etéocle et Polynice se disputent le pouvoir. Ce dernier fait appel à une armée étrangère pour assiéger la ville et combattre son frère Etéocle. Après la mort des deux frères, Créon, leur oncle prend le pouvoir . Il ordonne des funérailles solennelles pour Etéocle et interdit qu'il soit donné une sépulture à Polynice, coupable à ses yeux d'avoir porté les armes contre sa patrie avec le concours d'étrangers. Ainsi l'âme de Polynice ne connaîtra jamais de repos. Pourtant Antigone, qui considère comme sacré le devoir d'ensevelir les morts, se rend une nuit auprès du corps de son frère et verse sur lui, selon le rite, quelques poignées de terre. Créon apprend d'un garde qu'Antigone a recouvert de poussière le corps de Polynice. On amène Antigone devant lui et il la condamne à mort. Elle est enterrée vive dans le tombeau des Labdacides . Plutôt que de mourir de faim, elle préfère se pendre.

Hémon, fils de Créon et fiancé d'Antigone se suicide de désespoir . Eurydice , l'épouse de Créon ne peut supporter la mort de ce fils qu'elle adorait et met fin elle aussi à ses jours.


Mon avis : Décidemment j'aime beaucoup Anouilh. Je vous recommande "Le voyageur sans bagage" d'ailleurs.
Ici, on est en pleine tragédie. Le monologue du Prologue, au début, m'a énormément plu, captivé. Sa présentation des personnages avec eux en arrière-plan est captivante.
On suit Antigone dans son souhait d'être fidéle à ses convictions quitte à en mourir.Créon est un roi débordé par ses fonctions, par ce pouvoir qu'il a accepté parce qu'il ne se voyait pas dire "non". Un peu de Roméo et Juliette avec la mort d'Hémon à la fin et on a une tragédie splendide.

Partager cet article

Repost 0
Published by Anne - dans Lus
commenter cet article
6 janvier 2008 7 06 /01 /janvier /2008 18:08
undefinedRésumé :  ah bah j'en ai pas trouvé ... J'ai juste trouvé ça : 

Le T7 : la fin de la saga Harry Potter

L'ambition du projet de J.K. Rowling est immense, folle… et représente dix-sept ans d'élaboration, de rédaction,de concentration! Les six premiers volumes ont été lus, scrutés, analysés, par un nombre exceptionnel de jeunes et d'adultes… Chacun est suspendu aux révélations que le volume 7 va apporter.
Dix-sept ans, c'est aussi l'âge que Harry va atteindre dans ce volume 7, l'âge de la majorité pour un sorcier, l'âge de la résolution de son destin. . Même si l'on ne croit guère aux symboles, difficile d'ignorer le chiffre 7 qui est en filigrane de l'épopée de Harry Potter : c'est bien le septième mois de la septième année du siècle, en juillet 2007, que le septième et dernier volume des aventures de Harry est paru dans sa langue d'origine, l'anglais - le 21 juillet. En attendant le 26 octobre, date de parution de la version française, aucune ligne de texte ne filtrera pour ne pas décevoir les lecteurs, surtout les enfants.


Mon avis :  Comme beaucoup de monde, j'ai été pendue aux aventures du jeune sorcier et des ses amis et comme tout le monde j'étais pressée de savoir  qui allait l'emporter  Voldemort ou Harry Potter ? Maintenant que je sais, que j'ai lu en une semaine ce tome 7, je me sens un peu comme abandonnée. Je ne vais plus attendre le tome suivant avec impatience ... 
Ce tome-ci est bourré d'aventures, nous ne sommes plus dans  le milieu protecteur de Poudlard, nos héros sont livrés à eux-mêmes avec leurs émotions d'adolescents et on suit leur pérégrination jusqu'à la confrontation finale.
Par contre, l'épilogue gâche tout. Il aurait mieux fallu ne pas en faire un, je pense. Ou plus le développer ? En tout cas, il me gâche un peu mon plaisir. [sous peine de dévoiler la fin je ne peux dire pourquoi il me semble inutile, toutes mes excuses].

Partager cet article

Repost 0
Published by Anne - dans Lus
commenter cet article
2 janvier 2008 3 02 /01 /janvier /2008 18:18
Que cette nouvelle année soit douce pour vous et vos proches, que vos voeux se réalisent, que vos rêves prennent forme, que notre PAL (Pile à lire :p) diminue un tant soit peu, que de nouveaux livres nous attirent, que de nouveaux auteurs nous émeuvent, que de nombreux échanges se fassent, que de nombreux posts se fassent, ponctués de jolis comms, de belles rencontres virtuelles ou réelles.

Bref, une belle année de lecture à toutes et tous !

medium-voeux-2007.5.gif

Partager cet article

Repost 0
Published by Anne
commenter cet article

Menu


Fourre-tout 

  Semblerait que mon fan-club (aheum :D) ronchonne de mon peu de publications ces derniers temps... Je vais tenter de remédier à ça et d'être plus rigoureuse ! (j'ai bien dit "tenter" hein :D)

 

Légére modernisation du blog ! Je vous annonce la naissance d'une page facebook indépendante de ma page perso. Vous y retrouverez, outre les articles ici-présents (et à venir), des avis rapides sur des lectures qui ne feront certainement pas l'objet d'articles ici, des joies ou tristesses livresques.

Retrouvez-moi ! facebook.jpg 

 

PS : Je suis assez longue à répondre à vos comms. Pardon. Mais, ils me font chaud au coeur et je vous remercie de m'en laisser !

Pour me joindre : leslecturesdeRoudoudou(at)gmail.com
Fond d'écran trouvé chez Vladstudio

Rechercher

Lecture en cours !

 

Plein de choses...  Comme toujours :)

Archives

J'en suis membre !

Optimisé pour :

Mes livres sur Babelio.com


Ma Page sur Hellocotonhttp://www.wikio.fr