18 mars 2008 2 18 /03 /mars /2008 15:30

Mon accréditation en poche (oui, il faut bien que ça serve de bosser dans le milieu, quand même ;), je trépignais depuis de nombreuses semaines ! Et enfin, m'y voilà ! Vous avez déjà vu un mome chez Mickey ? Bah je suis quasi pareille ! Emerveillée de tant de livres, d'ouvrages, d'auteurs, de maisons d'édition etc. ! « Par où je commence ? »

 

Faisons cela méthodiquement ! On quadrille, d’un bout d’une allée à l’autre pour ne rien louper ! (ahhh les bonnes intentions du début …). Cela nous a permis (oui nous étions deux, mon chéri d’amour voulait contrôler mon taux de dépenses livresques et trouver des petits quelques choses pour sa fille ;) de découvrir une tite maison d’édition  « l’enfant lumière » 2 ouvrages à la clé pour le moment, un principe sympa :  Raconter la Terre et les hommes et l’urgence de prendre soin d’Elle et de nous. J’ai feuilleté les deux ouvrages, ils sont emplis de poésie aussi bien par les textes que par les dessins qui se suffisent à eux-mêmes. Allez visiter leur site, vous y découvrirez Les enfants du Tigre et L’arbre qui rêvait. 

 

Après ce petit arrêt, nous avons continué notre quadrillage. J’ai tenu 1 heure avant d’acheter un livre … Un exploit ! Bon, il faut dire, les stands à l’entrée concernaient surtout les ouvrages jeunesse.

 

Voilà, mon premier livre acheté et là, c’est le début de la fin … Je ne me suis plus arrêtée ou presque …

 

Quelques achats plus tard (dont la liste suit), un café accompagné d’un brownie, nous voilà direction l’exposition pour les 25 ans du Chat de Philippe Geluck. Trop courte à mon avis !!

 

 

 

Nous avons traversé le stand dédié à l’Israël, bien caché tout au fond du Salon. Il me semble que l’an dernier l’Inde était au début et qu’il n’y avait pas de portiques de sécurité à l’entrée et qu’il y avait beaucoup plus de stands aussi … Boycottage quand tu nous tiens …

 

 

 

Et au détour d’un stand, je vois un ouvrage qui ne m’est pas inconnu « La fausse celtique » de Gordon Zola. Je pile ! Le stand du Léopard Masqué !! Toutes les œuvres de Gordon Zola ! et de ses potes !  Et là, tite discussion sympa avec un des représentants de cette maison d’édition qui mériterait d’être beaucoup plus connue. La seule spécialisée dans la littérature humoristique !  J’hésite fortement à me prendre un Gordon Zola mais il faut savoir être raisonnable parfois ! (si vous ne savez pas quoi m’offrir hein … ). Si vous allez en librairie (une vraie pas un supermarché du livre … où je vais aussi, je vous rassure ;) n’hésitez pas à demander où ils sont rangés. En général, les libraires ne savent pas où les mettre, pas de genre particulier mais tous les genres en même temps !

Inutile de vous dire que notre idée de parcourir le salon en le quadrillant a, depuis un moment, été abandonnée ! 

 

Et voilà, fin du périple, je rampe, crevée, jusque chez moi traînant mon sac plein de livres. (oui j’exagère et alors ? ;)

 

 

 

Liste des livres achetés (la quasi totalité en poche pour ne pas que mon banquier m’appelle …)

Une petite envie de polars là ...

Bon, il semblerait, par contre, que je sois interdite d'achat de livres tant que je n'ai pas fini ceux-ci et ceux figurant sur la liste à gauche. Je trouve ça très bas ...
 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Anne - dans Evénements
commenter cet article
12 mars 2008 3 12 /03 /mars /2008 18:36
undefinedRésumé

C’est dans la trentaine que la vie m’a sauté à la figure. J’ai alors cessé de me prendre pour le roi du monde et je suis devenu un adulte comme les autres, qui fait ce qu’il peut avec ce qu’il est. J’ai attendu la trentaine pour ne plus avoir à me demander à quoi cela pouvait bien ressembler, la souffrance et le souci, la trentaine pour me mettre, comme tout le monde, à la recherche du bonheur. Qu’est-ce qui s’est passé ? Je n’ai pas connu de guerre, ni la perte d’un proche, ni de maladie grave, rien. Rien qu’une banale histoire de séparation et de rencontre.


Mon avis

Une histoire de rupture, vu par le mari. Comme il le dit si justement à un moment : une histoire banale parmi d’autre. Sa particularité : le mari nous parle, s’adresse au lecteur comme on s’adresse à un ami, comme si on les connaissait bien, lui et sa femme. Le roman est écrit sans chapitre, sans coupure. C’est là qu’on se rend compte de l’importance d’avoir à tourner la page en fin de chapitre, d’avoir une demi-page blanche, des titres. Ce sont comme des bouffées d’air dans la lecture. Ici ça manque, c’est le but sûrement. D’où, pour moi, la nécessité de poser ce livre, un temps plus ou moins long, de respirer, sans pour autant en ouvrir un autre. Reprendre ce roman, l’histoire de Gaston après s’être aéré l’esprit. 

Victime et coupable en même temps, il subit sa tyrannique femme qui l’émascule moralement, constamment. On se demande comment il fait pour rester. Il s’identifie à un moment, aux femmes battues par leur mari et qui restent malgré tout, parce qu’elles l’aiment. Lui c’est pareil, il reste parce qu’il l’aime, parce qu’il pense, un jour, avoir un retour d’amour.

Ce qui fut le déclencheur de tout ça ? Il flirte avec une femme, il lui dit, elle se venge avec un autre homme et lui fait savoir. Il s’éloigne, va s’aérer en Italie, chez son père et là, de simples mots vont chambouler sa vie « j’étais derrière toi », une présence physique mais aussi, une présence « morale », celle que l’on cherche tous, cela sous entend : je suis là depuis longtemps dans ta vie mais tu ne me voyais pas. Et là, Gaston la voit, elle … Celle qui lui fait voir la vie avec légèreté, douceur, comme une bulle d’air dans sa vie.

Après moultes déchirements avec sa femme, enfin il réagit …

 

 

Partager cet article

Repost 0
10 mars 2008 1 10 /03 /mars /2008 21:17
Oula ça faisait un moment, tiens ...

Aujourd'hui un verbe dont la sonorité m'a toujours plu et que je n'arrête pas d'utiliser ces derniers jours !
Subodorer !

Qui veut dire :
sentir une trace

au sens figuré 
se douter, pressentir

Synonymes deviner, entrapercevoir, entrevoir, flairer, pressentir, sentir, soupçonner.


Partager cet article

Repost 0
8 mars 2008 6 08 /03 /mars /2008 19:20
Photo0073.jpg Avant j'avais ça ! Un carnet tout pourri pour noter ma  liste de livres à trouver parce qu'envie de les lire ! Il trainait souvent ouvert, au fond du sac d'où son état quelque peu pitoyable. Et je vous dis pas quand j'avais eu la bonne idée d'écrire au crayon de papier ! ça s'efface tout seul ... 






Et maintenant j'ai ça !!! Ze moleskine ! à tits carreaux parce que bon, faut pas pousser, s'il n'y a pas de lignes ça être le binz dedans, je vais écrire dans tous les sens !
Il a quoi de plus, me direz-vous ? Alors, couverture rigide, petit élastique là pour le fermer et mettre plein de trucs dedans qui ne se perdront (normalement) pas et un Marquetapage ! Indispensable, je vous dis !!  undefinedJe n'ai plus qu'à recopier ma liste de livres et mettre, quelque part, la liste des livres qui attendent sur mon étagère, pour ne pas les racheter en allant au Salon du Livre la semaine prochaine !

Je suis débordée !

Partager cet article

Repost 0
Published by Anne
commenter cet article
2 mars 2008 7 02 /03 /mars /2008 17:06
undefinedRésumé

Quand Gaston a pris Marie-Pierre en stop, jamais il n'aurait pensé qu'un tel canon puisse rester avec lui. Pourtant, c'est bien le début d'une nouvelle histoire. Fini les petites combines de recel minables, les soirées chez Saïd avec les poivrots du coin, les fins de mois difficiles. Bonjour les affaires, les grands restos et l'argent... même si une petite voix au fond de sa tête lui chante une bien triste mélopée. La gloire et la fortune ont souvent des revers. La boucle se refermera-t-elle comme l'étau infernal qui lui broie les méninges ?

Mon avis

L'histoire d'une tite frappe qui pense que la tite nana ramassée sur un bord de route, est son porte-bonheur et qui fera tout pour elle. On le voit créer sa boite, quelque peu illégale puis légale, mais toujours en marge. Son passé le rattrape ...

 

Le personnage principal rebondit sur tout et rien, se raccroche à tout pour survivre et exister. Il se la joue kakou mais se retrouve pris à son propre piège. Son passage en Picardie est truculent, à se retrouver dans le journal local comme chef d’entreprise débrouillard !

 

Il pense tout avoir en ayant beaucoup d'argent et réalise que non finalement, l'argent ne fait pas tout. L'argent ne fait pas l'amour ... Pour moi, une très belle histoire d'amour, au final ! Gaston, le héros fait tout pour elle, est prêt à tout pour elle. Mais elle ? …

 
 

Une écriture fluide, familière. Écrit à la première personne, on se met vraiment à la place de Gaston, on souffre avec lui mais on a aussi envie de le baffer parfois ! Il est entouré de personnages secondaires qui à eux seuls valent le détour.

 

 




Partager cet article

Repost 0
17 février 2008 7 17 /02 /février /2008 10:20
undefinedRésumé

Jean-Jacques est marié avec Claire depuis 8 ans et commence à éprouver un certain malaise: plus de tendresse et moins de passion, plus de souvenirs agréables que de présents intenses. Un ami divorcé, mis dans la confidence, lui conseille d'essayer une aventure extraconjugale pour retrouver le chemin de l'épanouissement personnel...

Mon avis  

Tout part d’un couple qui s’essouffle après quelques années de mariage, le mari va voir ailleurs et sa femme le découvre et là, c’est le drame, elle le quitte. Ce livre est l’histoire de cette séparation mais on est loin, très loin des états d’âme des personnages de Douglas Kennedy. Ici, les personnages sont truculents à souhait, on ressent leurs émotions sans tomber dans le larmoyant. Au contraire, j’ai ri par moment, c’est vous dire ! Les beaux-parents sont un sketch à eux seuls. Les situations sont, parfois, vaudevillesques !

Beaucoup d’humour donc, d’émotion aussi … Je vous le recommande, ce livre est un pur moment de bonheur ! 

Partager cet article

Repost 0
16 février 2008 6 16 /02 /février /2008 12:30
undefined Résumé

Antoine a presque dix-neuf ans. Fragile, rêveur, indocile, il sèche le lycée, erre dans le centre commercial de son quartier, et ne fait rien de sa vie. Il cherche l'amour - et les coups. Camille veille sur son grand frère autant qu'elle le peut, et calme ses angoisses en se réfugiant dans la prière. Quant à Marie, leur mère, elle fait ce qu'elle peut. Mais c'est elle, qui, un beau matin, déclenche l'explosion et les conduit à l'ouest. Pas le point cardinal, non, mais cet état second où rien n'a plus vraiment d'importance...

Mon avis

 

 

Une sensation de malaise en lisant ce livre. Ne me demandez pas pourquoi, je ne sais pas. Sans doute parce que la souffrance des personnages est flagrante. Entre un ado de  19 ans complètement paumé qui fait quasi bourde sur bourde ; sa sœur, plus jeune, qui se réfugie dans la religion pour survivre ; leur mère qui ne sait plus quoi faire, qui est complètement transparente au travail … Finalement, c’est elle qui trouve la solution, celle qui fait exploser la famille.

 

L’auteur nous relate leur vie, banale, normale presque oserai-je dire. En cours de lecture je me suis dit « Oula, déjà que je suis un peu déprimée, ce livre ne va pas m’aider » et en fait, si. Il y a comme une envie d’optimisme, d’aider ces personnages, de se dire « ils vont remonter la pente ». Ce récit dérange en fait …

 

Olivier Adam emploie des phrases courtes, vives, incisives, percutantes. Cela donne une sensation de vitesse dans le malaise des personnages, dans leur chute.

 

 

Partager cet article

Repost 0
8 février 2008 5 08 /02 /février /2008 12:11
undefined Résumé

La pièce montée arrive, sur un plateau immense porté par deux serveurs. Vincent voit osciller au rythme de leur marche cette tour de Babel en choux à la crème, surmontée du traditionnel couple de mariés. Il se dit : C'est moi, ce petit bonhomme, tout en haut. C'est moi. Il se demande qui a pu inventer un gâteau aussi ridicule. Cette pyramide grotesque ponctuée de petits grains de sucre argentés, de feuilles de pain azyme vert pistache et de roses en pâte d'amandes, cette monstruosité pâtissière sur son socle de nougatine. Et ce couple de mariés perché au sommet, qu'est-ce qu'il symbolise, au juste ?

Mon avis

J'ai beaucoup aimé ce mariage vu par différents protagonistes : une petite fille de  10 ans, sa mère, le marié, le curé, les cousines, le gros dragueur, la grand-mère, la mariée etc ... Parlons-en de la mariée, personnellement j'ai eu envie de la baffer un certain nombre de fois ;)
On y découvre les souffrances, les peurs, toutes les questions que l'on peut se poser ce jour-là,  parfois le bien être (si si :p), le vécu de chacun.
On entre directement dans la bourgeoisie et ses préjugés. L'auteur est assez caustique par rapport à tout cela et c'est assez jouissif, je trouve ;) J'ai cru me retrouver dans un mariage que j'ai aidé à préparer il y a quelques années trés prout prout coincé et où il fallait que tout soit parfait, pour le "qu'en dira-t'on" surtout ...
J'ai beaucoup aimé la fin qui clôt ce livre sur une note optimiste et un peu émouvante, il faut le dire.


Partager cet article

Repost 0
7 février 2008 4 07 /02 /février /2008 19:17
Aujourd'hui, le mot gable (avec ou sans accent circonflexe)... je l'ai rencontré souvent, très souvent, trop souvent ?  dans le Tableau de l'apothicaire.
Kézako ?

D'après le glossaire du Louvre :  Petit fronton de pierre, ajouré et décoré de crochets ou de fleurons, servant dans l'architecture gothique à masquer les combles et à terminer les arcs en ogive surmontant les ouvertures.
Pour le Patrimoine de France :
Générique : décor d'architecture
Note explicative : Couronnement pyramidé coiffant l'arc de couvrement d'une baie ou l'arc de front d'une voûte.
Note applicative : Le gâble est en général triangulaire.

gable--Small-.jpgLa photo ci-contre illustre les gables hollandais :)

Partager cet article

Repost 0
6 février 2008 3 06 /02 /février /2008 17:18
undefinedRésumé
Au Rijksmuseum, Ruth répertorie les œuvres d'art spoliées par les nazis. L'irruption d'une vieille dame agitée venue réclamer un tableau du XVIIIe siècle vient briser sa routine. Mais pourquoi donc les plus hauts dignitaires nazis avaient-ils convoité une œuvre aussi banale ? Est-ce à cause des mystérieuses inscriptions au dos de la toile ? Pour le savoir, Ruth ouvrira les portes d'un passé qu'il aurait peut-être mieux valu ignorer...

Mon avis

Je me suis perdue à de nombreuses reprises dans ce livre ...  Perdue dans les rues d'Amsterdam ; perdue parmi les noms néerlandais, allemands ; perdue dans  les lois concernant les restitutions d’œuvres d'art ayant été détenues par des Juifs et volées par les Allemands lors de la 2eme guerre Mondiale ;  perdue dans les explications chimiques / physiques etc ; perdue dans les divagations que fait tenir l’auteur à  son personnage principal ; perdue au point de me demander pourquoi l’auteur disait ça à tel ou tel endroit … Qui plus est, j’ai failli le refermer quand j’ai vu les mots « pierre philosophale » « alchimie » … Faudrait vous diversifier là quand même un peu, messieurs-dames les écrivains :)

Un ptit plus : l'explication sur le tableau est un des rares passages qui m'a enthousiasmée :)
 

Bref, en édulcorant certains passages, l’auteur aurait pu faire un bon polar. 


Partager cet article

Repost 0

Menu


Fourre-tout 

  Semblerait que mon fan-club (aheum :D) ronchonne de mon peu de publications ces derniers temps... Je vais tenter de remédier à ça et d'être plus rigoureuse ! (j'ai bien dit "tenter" hein :D)

 

Légére modernisation du blog ! Je vous annonce la naissance d'une page facebook indépendante de ma page perso. Vous y retrouverez, outre les articles ici-présents (et à venir), des avis rapides sur des lectures qui ne feront certainement pas l'objet d'articles ici, des joies ou tristesses livresques.

Retrouvez-moi ! facebook.jpg 

 

PS : Je suis assez longue à répondre à vos comms. Pardon. Mais, ils me font chaud au coeur et je vous remercie de m'en laisser !

Pour me joindre : leslecturesdeRoudoudou(at)gmail.com
Fond d'écran trouvé chez Vladstudio

Rechercher

Lecture en cours !

 

Plein de choses...  Comme toujours :)

Archives

J'en suis membre !

Optimisé pour :

Mes livres sur Babelio.com


Ma Page sur Hellocotonhttp://www.wikio.fr