8 juin 2008 7 08 /06 /juin /2008 15:13

Résumé

La ville de Wind Gap dans le Missouri est sous le choc : une petite fille a disparu. Déjà, l'été dernier, une enfant avait été sauvagement assassinée... Une jeune journaliste, Camille Preak, se rend sur place pour couvrir l'affaire. Elle-même a grandi à Wind Gap. Mais pour Camille, retourner à Wind Gap, c'est réveiller de douloureux souvenirs. A l'adolescence, incapable de supporter la folie de sa mère, Camille a gravé sur sa peau les souffrances qu'elle n'a pu exprimer. Son corps n'est qu'un entrelacs de cicatrices... On retrouve bientôt le cadavre de la fillette. Très vite, Camille comprend qu'elle doit puiser en elle la force d'affronter la tragédie de son enfance si elle veut découvrir la vérité...

Mon avis

1er roman de Gillian Flynn et une belle réussite, je trouve ! Très bien écrit, fluide. Pas seulement un bon polar mais aussi une belle histoire, humaine, qui traite de différents sujets : l'automutilation et ses douleurs psychologiques ; les rapports mère-fille ; soeur-soeur ; le retour aux sources ; la vie dans une petite ville américaine, perdue ; le désir d'en partir, de s'en sortir ou la résignation face à une telle vie ...

Vraiment, beaucoup de belles choses dans ce roman, ce policier. Et je n'ai pas vu venir la fin !

Je l'ai lu en 3 jours, cela veut tout dire non ?

Partager cet article

Repost 0
25 mai 2008 7 25 /05 /mai /2008 18:19
Résumé
  Juillet 1209 : dans la cité de Carcassonne, Alaïs, dix-sept ans, reçoit de son père un manuscrit censé renfermer le secret du Graal. Bien qu'elle n'en comprenne ni les symboles ni les mots, elle sait que son destin est d'en assurer la protection et de préserver le secret du labyrinthe, né dans les sables de l'ancienne Égypte. Juillet 2005 : lors de fouilles dans des grottes, aux environs de Carcassonne, Alice Tanner trébuche sur deux squelettes et découvre, gravé dans la roche, un langage ancien, qu'elle croit pouvoir déchiffrer.
Elle finit par comprendre, mais trop tard, qu'elle vient de déclencher une succession d'événements terrifiants : désormais, son destin est lié à celui que connurent les Cathares, huit siècles auparavant...


Mon avis

J’ai toujours aimé ces romans où d’un chapitre à l’autre, on change de siècle. Ici, on passe du XIIIème siècle au XXIeme inlassablement., des Cathares à nos jours. J’ai beaucoup apprécié les passages sur les Cathares, sur Carcassonne. Il faudra que j’y aille, un jour. Historiquement, j’ai apprécié.

En revanche, en tant que lectrice, j’ai eu du mal. Des incohérences dans le déroulement des faits qui m’ont perturbé, qui m’ont gâché mon plaisir. Pour exemple : deux des personnages sont sur un quai de gare, le train arrive, l’homme prend la main de la femme. Elle ouvre la fenêtre du train pour lui tendre la main. A quel moment est-elle montée dans le train ? Est-ce que l’homme lui a tenu la main durant sa montée ? A-t’il un bras élastique ? Oui, j’exagère mais c’est ce genre d’incongruités qui me gâchent mon plaisir. Il n’y en a pas eu beaucoup mais suffisamment pour que j’ai du mal à finir le livre. Je n’arrêtais pas de me dire : « S’il y a des incohérences dans le déroulement de l’histoire, peut-être y en a t’il dans la retranscription des faits historiques ? ». Et là, le temps m’a manqué pour vérifier !

Bref, polar sympa pour son côté historique (sous réserve d’erreur, je le redis) ; le côté polar n’est pas celui qui m’a le plus marqué, quand j’y songe … J’arrivais à lâcher le livre sans mal, la preuve est le temps mis à le lire ! Un bon polar, je le lis en moins de  2 semaines !

A lire sur la plage ou le métro !

Partager cet article

Repost 0
Published by Anne - dans Lus
commenter cet article
8 mai 2008 4 08 /05 /mai /2008 12:20
Résumé

Il y a bien longtemps, sur des îles aujourd'hui englouties sous les flots de l'océan Atlantique, s'étendait une contrée où le royaume de Faërie vivait en harmonie avec celui de la chevalerie, un monde de magnificence, d'aventure et de sombre magie. De ces Isles Anciennes, jadis, les ancêtres d'Arthur Pendragon s'étaient élancés pour atteindre les côtes de l'Angleterre... Et là vivait Suldrun, une princesse dont la beauté mélancolique déchaînait toutes les convoitises ; et pourrait servir l'ambition sans limite de son puissant et malfaisant géniteur, le roi Casmir de Lyonesse. Là vivait Suldrun, qui un beau jour vit surgir des eaux déchaînées le corps presque sans vie du prince Aillas de Troicinet...

Mon avis

Bon, il parait que c'est un monument de la Fantasy. Je ne dois pas être monument alors ;) Cela faisait longtemps que cela ne m'était pas arrivé : refermer un livre avant de l'avoir fini. Je m'excuse platement auprès d'Olivier qui me l’avait conseillé, mais j’ai pas accroché mais pas du tout du tout. Je ne me suis pas attachée aux personnages, j’ai trouvé Suldrun nunuche, Aillas un peu loin du super héros, les chapitres avec Dhrun et Glyneth m’ont donné l’impression de lire Hansel et Gretel, un conte pour enfants. Je me suis perdue dans les nombreux noms de lieux, de personnages. Bref, c'était pas ça quoi ! 

Je tenterai un autre auteur ou un autre roman de Fantasy, un jour :p Faut toujours essayer deux fois pour être sur, telle est ma devise :D

Partager cet article

Repost 0
20 avril 2008 7 20 /04 /avril /2008 10:34

Résumé

11 h 45. Pour échapper à la canicule de l'été texan, Didi Wood, mariée et enceinte de huit mois et demi, s'est accordé une pause shopping dans un centre commercial de Dallas. " Vous voulez de l'aide ? Vos sacs ont l'air très lourds... " Elle pourrait accepter l'offre de l'inconnu. Un jeune homme aimable, quoique un peu insistant. Elle refuse. Et comprend bien vite qu'elle n'aurait pas dû... 13 h 45. Depuis bientôt une heure, Richard Wood attend sa femme au restaurant. Bizarre, ce retard... Didi a toujours été ponctuelle. Serait-elle en danger ? Pour Richard, le compte à rebours a commencé. Il lui reste onze heures pour sauver la vie de sa femme et celle de leur bébé. Onze heures seulement.

Mon avis

Je cherche encore pourquoi "onze heures". La 4e de couverture est très prometteuse, trop ...
Sinon, polar sympa à lire quand on arrive à occulter les nombreuses (trop à mon goût)  allusions à Dieu. Bon, vous me direz c'est typiquement américain et comme en plus l'action se passe au Texas ... Mais personnellement, la nana qui se fait enlever et qui veut sauver l'âme de son kidnappeur, qui prie souvent, qui se demande pourquoi Dieu l'abandonne, ça va bien un moment mais ça m'a gâché mon plaisir. En même temps, son kidnappeur est pareil, il se demande pourquoi Dieu l'a abandonné à un moment important de sa vie, pourquoi Il n'est pas juste.
Quand on arrive à passer outre tout cela, ça se lit vite, mais il ne restera pas dans ma mémoire comme un livre bouleversant ! A lire pour se vider la tête et ne pas se la prendre !
Je verrai bien une adaptation ciné avec Will Smith dans la peau du type du FBI. Un film d'action basic.

Partager cet article

Repost 0
Published by Anne - dans Lus
commenter cet article
20 avril 2008 7 20 /04 /avril /2008 10:14

Résumé

1939, l'Allemagne nazie envahit la Pologne. Stella a neuf ans. Parce qu'elle est juive, elle doit quitter, un jour de novembre, l'appartement de son enfance pour le ghetto de Cracovie. Elle est ensuite déportée avec toute sa famille dans le camp de concentration de Plaszow, puis à Auschwitz. Grâce à Oskar Schindler, industriel allemand qui sauva plus d'un millier de Juifs, elle est libérée du camp de Brünnlitz.
Près de cinquante ans plus tard, Stella Müller-Madej relate au présent, presque au jour le jour, ses préoccupations d'enfant d'alors, son incompréhension, puis sa prise de conscience.

Mon avis

Bouleversant  ! A lire absolument ! Un des rares, si ce n'est le seul, témoignage d'une Juive sauvée par Schindler. On grandit avec Stella, on souffre avec elle, on pleure avec elle, on profite des rares moments de joie avec elle. Et la sortie du camp n'est pas la fin de ses souffrances mais ça, ça se devine dans les dernières lignes.
C'est une autobiographie très dure. J'ai dû la laisser de côté à plusieurs reprises mais sans avoir envie de prendre un autre livre pour m'aérer l'esprit. Stella était avec moi tout le temps.
Je ne trouve pas les mots pour exprimer mon émotion à la lecture de ce livre si ce n'est "plus jamais ça" même si je sais que, depuis, il y a eu et il y a encore des génocides de par le Monde. En le fermant, je n'avais qu'une envie : prendre Stella dans mes bras.
A lire pour le Devoir de Mémoire.

Partager cet article

Repost 0
14 avril 2008 1 14 /04 /avril /2008 19:50
Résumé
Parce qu’il se sent médiocre et inexistant, un jeune homme va se suicider quand un artiste mégalomane suspend son geste. Il lui propose d’acheter son âme et son corps pour en faire une sculpture vivante, sublime ou monstrueuse, et une marchandise planétaire. Le désespéré accepte le pacte et l’opération, se laisse déshumaniser, et exposer aux yeux des foules, sous le nom d’Adam-bis. Mais peut-il abdiquer entièrement son humanité ? Grâce à l’amour d’une jeune-femme, « l’œuvre d’art » tente alors de sortir de l’emprise de son créateur et de retrouver sa conscience perdue.


Mon avis

Très beau roman sur l'Art, ses  limites, ses dérives. Un artiste peut-il tout se permettre ? Un homme peut-il devenir un objet ? Merci à M. Schmitt d'avoir écrit ce livre et surtout d'avoir eu une telle idée ! Et si une oeuvre d'art était dotée de conscience et d'humanité ?
Une conclusion basique qui me vient : ne pas se fier aux apparences pour voir la beauté des gens (je sais, c'est un poncif mais bon ...).

Partager cet article

Repost 0
4 avril 2008 5 04 /04 /avril /2008 15:53

Résumé

"Tout commença un jour de mars, par un triste après-midi pluvieux : il se produisit je ne sais quelle perturbation dans l’installation électrique de l’immeuble, et toutes les lumières s’éteignirent. Nous étions là, en plein vingtième siècle, mais aussi désemparés, aussi isolés que le fut jamais l’homme au commencement du monde."

Mon avis

Ti polar sympa. Tout le long du livre je me suis demandée qui était David Stillman, victime ? Coupable ? Amnésique ? Ancien espion ? On le suit tout au long de ses courses-poursuites, de sa folie peut être ? Lisez-le en tout cas !

Partager cet article

Repost 0
29 mars 2008 6 29 /03 /mars /2008 11:23

Résumé

 
"  Cela fait une drôle d'impression de ne pas savoir qui on est, d'où on vient ni où on va. Taavetti Rytkönen, soixante-huit ans, était exactement dans cette situation. Il ne savait pas où il allait, ni qu'il venait de sortir d'une agence de la Banque nationale, où il avait oublié son portefeuille et ses papiers d'identité, mais tout de même pensé à fourrer dans sa poche intérieure une liasse de billets épaisse d'un centimètre et demi... " Un géomètre amnésique, un chauffeur de taxi pas du tout pressé de rentrer chez lui, un architecte albanais, un interprète bosniaque, douze naturistes françaises, plus quelques paysans pas mal imbibés...

Mon avis 
Je ne devais pas être dans un bon état d'esprit en lisant ce livre. Un bon road movies comme Paasilinna sait le faire, mais j'avais trop "petit suicide entre amis" en tête en fait.
Là, on suit les tribulations d'un vieil homme amnésique qui embarque dans sa cavale un chauffeur de taxi et on parcourt comme ça toute la Finlande ou presque. On se retrouve à dynamiter une exploitation agricole, à dormir dans un vieux char, à croiser des végétariennes illuminées françaises, à chasser le taureau au bord d'un lac etc. On a droit aussi à des critiques envers la politique finlandaise et européenne, des clins d'oeil envers la socièté.

Partager cet article

Repost 0
22 mars 2008 6 22 /03 /mars /2008 11:24

Résumé

New Hampshire. Hiver 2007. 24 corps sont découverts dans le sable enneigé d'un chantier d'autoroute. 24 cadavres. Tués d'une balle en plein cœur, sans aucune trace de lutte. Sacrifice de secte ? Suicide assisté ? Gigantesque règlement de comptes? Plus incroyable encore : personne ne les réclame. Pas un mari inquiet, pas une mère affolée, pas un collègue de bureau ne prend contact avec la police. Le même soir, Frank Franklin, 29 ans, jeune professeur de littérature, arrive pour son nouveau poste dans une université qui jouxte le chantier des 24. Très vite, quelque chose l'inquiète sur le campus. Bientôt, il va comprendre qu'il a été entraîné dans un terrifiant jeu de dupes...


Mon avis

Dévoré en quasi 24h ! Quand en 4eme de couverture, un critique marque « Une fois qu'on a lu le premier chapitre, on a qu'une envie : connaître la fin », je confirme. Ce livre ne se lâche pas !

On suit avec attention les aventures de Frank Franklin. Tout le long du livre je me suis demandé « mais il est où le jeu de dupes ?» cité en 4ème. Je ne l'ai pas vu venir ! On croit trouver le « truc » lors des confrontations entre les deux romanciers, sous le contrôle du FBI. On croit le trouver, le comprendre à tout moment et à la fin on s'aperçoit qu'on s'est fait duper, nous aussi.

Première oeuvre que je lisais de Romain Sardou, sûrement pas la dernière !

Partager cet article

Repost 0
20 mars 2008 4 20 /03 /mars /2008 09:10
undefinedRésumé
Cela sonne comme un arrêt : la dernière photo. Comme il y a le dernier verre, le dernier jeton ou l’ultime message. Graff invente la forme neuve de la roulette russe : l’objectif à l’œil, comme le canon tout contre la tempe. On presse : y a-t-il une vie, passé le couperet de l’ultime clic ? Jeu, set et match ? Neigel, le héros, se cogne à tous les angles d’un deuil amer, celui de M. Un jour à Rome, Méphisto, entendez un sieur Giancarlo Romani (un homme que l’humain intéresse, ex-prêtre) lui offre un voyage et un appareil photographique. Règle du jeu : clore la bobine en prenant « la dernière photo ». Il n’est pas seul à jouer : d’autres sont là, comme lui, avec leur dernière case à cocher : un Japonais, maître-pêcheur de carpe, un ex-mannequin et Eros (de Bilbao). Alors, que prendre dans les rets du viseur ? Une photo qui tout résumera, apocalypse intime, une photo pour rien, une photo de rien, un souvenir à loger au coin d’un miroir, un fragment d’idéal. Geste dérisoire, simple pression, mais choix décisif. Chacun choisira de prendre ou de ne pas prendre LA photo. Neigel, lui, en fera un rendez-vous fantomatique, une hallucination douce, en reviendra plus léger.Tout cela semble bien innocent. Vraiment ?

Mon avis

J'ai beaucoup aimé ce livre, du moins le début. Le personnage principal, Alain Neigel, suite à la mort de la femme qu'il aimait, n'a plus fait de photo, a rangé son appareil. Il se construit ce qui lui semble être une nouvelle vie. Il part en week-end à Rome avec sa nouvelle compagne. Il accepte un peu contraint de ressortir son vieil appareil. A Rome, une rencontre va changer sa vie. Un italien mystérieux va les prendre en photo et en lui rendant son appareil, il lui dis juste cette phrase « Il ne vous reste qu'une photo à prendre ». Ce qui est vrai, il n'en reste qu'une à prendre sur la pellicule. Mais l'italien joint sa carte à cette phrase. Dés lors commence un jeu. Un rendez-vous est fixé, d'autres personnes sont présentes dans cette quête de la dernière photo. Chacune avec ses blessures, son caractère, sa personnalité. 5 personnes différentes mais mues par la même chose : réussir leur dernière photo. Commence alors un périple qui voit chacun, au fur et à mesure, se retrouver et prendre cette photo, ou pas ... J'ai beaucoup aimé la réaction du japonais. Je vous laisse découvrir ce qu'elle est ...

Pourquoi j'ai moins aimé la fin ? Parce que pour moi elle était prévisible. Un peu trop fantasmagorique à mon goût.

 

Cependant, ce livre que j'ai dévoré en peu de jours, m'a permis de ressortir mon vieux Canon du fond de son placard (cf :D) et m'a redonné envie de prendre des photos. Avec toujours en tête cette question « et si c'était la dernière que je prenais ? ». Finalement, Laurent Graff nous fait nous poser pas mal de questions ...


Partager cet article

Repost 0

Menu


Fourre-tout 

  Semblerait que mon fan-club (aheum :D) ronchonne de mon peu de publications ces derniers temps... Je vais tenter de remédier à ça et d'être plus rigoureuse ! (j'ai bien dit "tenter" hein :D)

 

Légére modernisation du blog ! Je vous annonce la naissance d'une page facebook indépendante de ma page perso. Vous y retrouverez, outre les articles ici-présents (et à venir), des avis rapides sur des lectures qui ne feront certainement pas l'objet d'articles ici, des joies ou tristesses livresques.

Retrouvez-moi ! facebook.jpg 

 

PS : Je suis assez longue à répondre à vos comms. Pardon. Mais, ils me font chaud au coeur et je vous remercie de m'en laisser !

Pour me joindre : leslecturesdeRoudoudou(at)gmail.com
Fond d'écran trouvé chez Vladstudio

Rechercher

Lecture en cours !

 

Plein de choses...  Comme toujours :)

Archives

J'en suis membre !

Optimisé pour :

Mes livres sur Babelio.com


Ma Page sur Hellocotonhttp://www.wikio.fr