13 novembre 2008 4 13 /11 /novembre /2008 09:00
Résumé

" Orpheline, dyslexique, obèse. Les fées ne s'étaient apparemment pas penchées sur mon berceau. Mais cette farouche envie d'exister, que chaque épreuve venait renforcer, et les quelques anges gardiens que j'ai croisés m'ont aidée à devenir celle que je suis : imparfaite mais vivante. " Sauvée par une famille qui l'a cachée pendant la guerre, à la Libération, Odette se retrouve orpheline de ses deux parents, déportés à Auschwitz. Commence alors une enfance ballottée d'orphelinat en orphelinat, loin de ses frères et sœurs. Malgré sa rencontre avec la baronne de Rothschild, son " ange gardien " - qui recueille des enfants en détresse -, le chagrin, les mots qu'Odette n'arrive pas à exprimer et qui pourraient la soulager la plongent petit à petit dans la dyslexie et l'obésité. La vie professionnelle va lui offrir un nouveau souffle. L'amour des enfants dont elle s'occupe comme nurse l'apaise, mais ne soigne pas sa blessure originelle. A trente ans, un homme entre dans sa vie, qu'elle aime éperdument. Mais il se révèle jaloux et la bat. Un enfant naît, l'homme ne se calme pas. Odette et son fils sont obligés de fuir. L'errance reprend. A 55 ans, pour la fondation " Survivants de la Shoah " de Steven Spielberg, elle témoigne pour la première fois de son expérience. Les vannes s'ouvrent alors, un chemin de guérison devient possible : elle découvre la peinture et remplace les mots trop longtemps tus par des couleurs.

Mon avis

Cela fait 3 ans que cette autobiographie est dans ma PAL. J’avais commencé à le lire quand mes amis, eux-mêmes amis d’Odette, me l’ont prêté, mais je ne devais pas être prête.

Avec le recul, je me dis que tous les livres que j’ai lus sur la Shoah ces derniers mois m’ont amené lentement à celui-ci. J’avais sûrement besoin de me préparer moralement. Je craignais ce que j’allais lire, je craignais les souffrances subies par Odette que j’ai eu le plaisir de croiser deux ou trois fois.

Finalement, j’ai plongé et dévoré cette autobiographie en trois jours. Jusque-là, j’avais surtout lu des œuvres « traitant de l’intérieur » l’Holocauste. Avec Odette, on aborde la vie après. Comment se reconstruire, se construire tout court. Odette nous livre sa vie et ses souffrances avec pudeur. Son voyage en Israël m’a bouleversée ainsi que celui à Auschwitz. Voyages nécessaires à son deuil ainsi que son témoignage même si elle ne s’en aperçoit qu’après coup.

En tout cas, j’y ai retrouvé la Odette que j’ai croisée, vive, fraîche, amusante et pleine de couleurs ! Ce livre m’a donnée envie de la serrer dans mes bras sans rien dire parce qu’il n’y a rien à ajouter, tout simplement.


Partager cet article

Repost 0

commentaires

Christiane 28/03/2009 18:31

Et bien moi, j'aimerai bien rencontrer Odette ou dans un premier temps lui écrire par courriel ou par la poste. Il n'y a rien de lourd dans cette tranche de vie qu'elle nous livre avec un don "littéraire", un style qui m'empêche de poser le livre. Cela donne envie de lire d'une traite, même de l'encourager à aller de l'avant, à se respecter, à s'aimer, à se faire confiance, à oser connaître, se connaître pour re-naître, s'estimer. Elle est pleine de talents...encore faut-il en prendre conscience pour les mettre en valeur, les faire fructifier! Toutes ces expériences l'ont enrichie...elle est pleine de trésors...c'est magnifique!Oui, son témoignage donne envie de la rencontrer, de la serrer dans les bras, de regarder ses peintures...qui sait? puisque nous sommes responsables de tout ce qui nous échoit et que nous rencontrons les personnes, les livres, les expériences qui sont nécessaires à notre âme pour son développement...

Anne 03/04/2009 09:59


Bonjour,

J'espère ne pas avoir fait de bourdes, je me suis permise de faire suivre votre commentaire à Odette, via mes amis, ainsi que votre mail. Cela vous permettra si elle vous contacte, de discuter
tranquillement avec elle :)


liliba 28/11/2008 14:11

Trop lourd pour moi, je passe.

Anne 04/12/2008 15:03


J'ai eu peur aussi qu'il soit trop lourd pour moi. Et en fait, il ne l'est pas tant que ça, moins que La voleuse de livres ou Elle s'appelait Sarah. Le début du livre est
difficile, certes mais Odette relate sa vie d'une telle façon qu'on ressent la joie qu'elle éprouve de nos jours.


Menu


Fourre-tout 

  Semblerait que mon fan-club (aheum :D) ronchonne de mon peu de publications ces derniers temps... Je vais tenter de remédier à ça et d'être plus rigoureuse ! (j'ai bien dit "tenter" hein :D)

 

Légére modernisation du blog ! Je vous annonce la naissance d'une page facebook indépendante de ma page perso. Vous y retrouverez, outre les articles ici-présents (et à venir), des avis rapides sur des lectures qui ne feront certainement pas l'objet d'articles ici, des joies ou tristesses livresques.

Retrouvez-moi ! facebook.jpg 

 

PS : Je suis assez longue à répondre à vos comms. Pardon. Mais, ils me font chaud au coeur et je vous remercie de m'en laisser !

Pour me joindre : leslecturesdeRoudoudou(at)gmail.com
Fond d'écran trouvé chez Vladstudio

Rechercher

Lecture en cours !

 

Plein de choses...  Comme toujours :)

Archives

J'en suis membre !

Optimisé pour :

Mes livres sur Babelio.com


Ma Page sur Hellocotonhttp://www.wikio.fr