2 septembre 2008 2 02 /09 /septembre /2008 09:14
Quatrième de couverture

Aujourd'hui je suis plus vieille que toi alors que j'avais neuf ans de moins que vous... " Ainsi commence La Fausse Veuve. Tutoyant et vouvoyant dans la même phrase son amant disparu, l'héroïne lui raconte, et nous raconte, dix ans après, l'histoire qui leur a été volée. Ce que furent leur amour, leurs moments de bonheur, et aussi le désespoir, leurs muets tête-à-tête à l'hôpital quand, victime d'un grave accident cérébral, il s'écroule, et se réveille paralysé et privé de parole. Face au drame du " locked-in syndrome ", face à la destinée légendaire d'un personnage que les médias se sont approprié, une femme n'oublie pas qu'il était un homme. Comment se parler d'un souffle ? Comment s'aimer sans se toucher ? Comment lire les battements d'un cœur au rythme d'un battement de paupières ?

Mon avis

Quand j'ai (comme pas mal de blogueurs) été contactée par Chez les Filles (merci à eux) pour lire en avant-première ce livre, je me suis dit pourquoi pas ? Je me suis renseignée un peu sur l'auteur, Florence Ben Sadoun en me disant tiens encore quelqu'un qui tente le métier d'écrivain ...


J'ai eu un peu de mal avec son style, l'alternance du « Tu » et du « Vous «  est un genre ... mais trop en abuser peut perdre le lecteur. Je n'ai toujours pas compris le pourquoi de ce changement d'ailleurs (et en parcourant d'autres blogs, sur ce livre, je me rends compte que je ne suis pas la seule à ne pas avoir appréhendé la chose).Le livre est court mais il m'arrivait de relire des passages pour les comprendre ...Quand, finalement, j'ai réussi à être accrochée par l'histoire, elle était quasi finie...

Un passage m'a perturbé (je n'aurai pas dû suivre une formation de correctrice avant de le lire :-D) : « Donc, cette femme inconnue est une petite blonde sans lunettes qui ferait bien d'en porter tant elle plisse les yeux pour pouvoir dévisager la valse de ceux qui, en entrant, jettent un œil à la fois rapide et vide sur la salle. Cet air nonchalant de chercher quelqu'un, d'être attendu.

Elle finit par s'asseoir seule face à la salle où tout est regard dans un miroir ». La femme est déjà assise ou elle arrive ?? Étant donné qu'elle dévisage la valse des gens qui entrent ça laisse supposer qu'elle est déjà arrivée, mais donc debout au milieu du café ? Je sais, je bloque sur un rien mais ça m'a perturbée.


Voilà, rapidement, pour la forme. Quant à l'histoire, elle est touchante. Je n'ai jamais lu ni vu « Le scaphandre et le papillon » (d'ailleurs la couverture est un clin d'œil à ce roman avec son aile de papillon) mais, comme tout le monde, j'en ai entendu parler. Là, on se retrouve de l'autre côté de la scène, si je puis dire. Avec « Le scaphandre et le papillon », on avait la vision du malade ; là, on a la vision des « debouts » et, en l'occurrence, celle de la maitresse. En parcourant le net, j'ai découvert que la narratrice était la maitresse de Jean-Dominique Bauby, auteur du « Scaphandre ». La boucle est bouclée ?

On y voit sa souffrance d'être juste la maitresse aux yeux du monde, même si le malade avait quitté sa femme pour elle. Officiellement, elle n'est QUE la maitresse et en souffre. Le passage à l'église, lors de l'enterrement, est flagrant de cette souffrance.

L'auteur nous raconte sa rencontre avec cet homme, les rires, les pleurs ; sa vie de maitresse ; mais aussi un bout de son enfance : quand elle découvre qu'elle est juive entre autre. On sent un ressentiment envers la femme de son amant, même 10 ans après le décès de celui-ci.

On change de sujet comme on tourne les pages mais sans approfondir, c'est dommage. Je pense qu'il y aurait eu matière à « plus  épais », En fait, l'auteur nous raconte beaucoup de choses mais trop succinctement à mon humble avis.

En le refermant, ma première pensée fut : « une belle histoire d'amour ...».

A lire.




Partager cet article

Repost 0

commentaires

sylvie 22/09/2008 16:18

j'ai été touchée par l'écriture, et ce récit d'un deuil bien difficile, mais j'ai tout même quelques réserves sur l'opportunité de publier ce genre de travail intime.

Anne 29/09/2008 16:35


Je me suis faite la même réflexion, il y avait comme un peu de voyeurisme quand même ...


hamnessa 06/09/2008 19:07

Je l'ai également reçu mais je n'ai pas du tout aimé le style narratif :/

Anne 13/09/2008 14:03


Le passage du "tu" au "vous" qui t'a déplu ?


liliba 03/09/2008 08:30

J'avais bien aimé moi aussi, mais les différents avis sur le net sont très partagés. Intéressant de les lire !

Anne 03/09/2008 13:51


Oui, je les ai parcouru aussi, sur le net et c'est partagé :) Je pense qu'il est à lire pour se faire son propre avis :)



Menu


Fourre-tout 

  Semblerait que mon fan-club (aheum :D) ronchonne de mon peu de publications ces derniers temps... Je vais tenter de remédier à ça et d'être plus rigoureuse ! (j'ai bien dit "tenter" hein :D)

 

Légére modernisation du blog ! Je vous annonce la naissance d'une page facebook indépendante de ma page perso. Vous y retrouverez, outre les articles ici-présents (et à venir), des avis rapides sur des lectures qui ne feront certainement pas l'objet d'articles ici, des joies ou tristesses livresques.

Retrouvez-moi ! facebook.jpg 

 

PS : Je suis assez longue à répondre à vos comms. Pardon. Mais, ils me font chaud au coeur et je vous remercie de m'en laisser !

Pour me joindre : leslecturesdeRoudoudou(at)gmail.com
Fond d'écran trouvé chez Vladstudio

Rechercher

Lecture en cours !

 

Plein de choses...  Comme toujours :)

Archives

J'en suis membre !

Optimisé pour :

Mes livres sur Babelio.com


Ma Page sur Hellocotonhttp://www.wikio.fr